TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESMuseum de Toulouse : une expo consacrée aux «Magies et sorcelleries»

Amulettes, chat noir, chamans et autres prestidigitateurs se retrouvent au Museum de Toulouse jusqu’au 02 janvier 2022. Dans un voyage à la fois temporel et géographique, le musée propose un tour d’horizon des croyances qui nous animent depuis la nuit des temps. En raison du contexte sanitaire, la visite «Magies et sorcelleries» est possible après réservation d’un créneau horaire sur le site Internet du Museum.

 

Amulette exposée au musée des Confluences, à Lyon (Rhône) – Olivier Gacin

 

Disposés comme dans un théâtre, les rideaux rouges intriguent. Sommes-nous dans la réalité ou dans l’une de ses représentations ? Au niveau -1 du Museum de Toulouse, la mise en scène plonge le visiteur dans la quasi-obscurité de la nuit. Une haie de bois flottants se dresse vers vous et semble dessiner des figures animales qui vous observent avec insistance. Sur 450 m², sciences et croyances se confrontent mais aussi se confondent. Pierre et Marie Curie, tout deux prix Nobel de physique en 1903, étaient adeptes de séances de spiritisme. « Nous avons besoin de croire, parfois au détriment du savoir », explique Gaëlle Cap-Jedikian, muséographe et cheffe de projet de l’exposition.

Il y a les croyances occultes vécues collectivement et d’autres individuellement. Ces « magies de l’intime » théorisées dans le poltergeist permettent de « matérialiser les invisibles » : des chaises qui s’envolent, une table ronde qui tourne sur elle-même, etc. Ces objets proviennent du quotidien mais peuvent aussi prendre la forme d’une amulette. Cette dernière a, pour la personne qui l’a possède, la vertu de protéger et d’ensorceler le mal. La présence d’un « mage guérisseur » peut compléter l’acte psychomagique. Au cours de leurs rituels, les chamans prononcent des incantations, chantent et utilisent des percussions pour (faire) atteindre un état de transe. Des études menées sur le plan neurobiologique tendent à prouver que la transe chamanique pourrait avoir les mêmes effets que l’hypnose.

Les plantes font également l’objet de croyances populaires. Elles peuvent nourrir, guérir mais aussi provoquer la mort. L’une d’entre-elles, la mandragore, a été popularisée au Moyen-âge et est toujours utilisée. Classée comme neurotoxique, elle est commercialisée dans des solutions homéopathiques. Cette plante dont les racines font penser à une ossature humaine est associée aux sorcières et la légende voudrait qu’elle pousse au pied d’une personne pendue.

 

Le pouvoir des pierres ?

À l’image de la pierre philosophale, les minéraux sont considérés comme des éléments de guérison ou d’actions auto-réalisatrices. Certains peuvent vous faire gagner de l’argent, d’autres trouver l’amour, quand d’autres encore peuvent tout simplement déclencher … la pluie. Dans cet ensemble d’actions, se distingue la lithothérapie. D’après ses adeptes, une hématite concrétisée peut procurer « des bienfaits pour le sang » alors que l’azurite, elle, atténuerait les « fractures, les migraines, les problèmes de dentition et favoriserait la croissance d’un embryon dans l’utérus ».

Les animaux ne sont pas en reste et certaines espèces sont jugées comme des bouc-émissaire. Depuis le Moyen-âge, le chat noir est associé au malheur, à la sorcellerie et l’animal reste, pour ces quelques raisons, encore délaissé. Mais ce rejet n’a pas toujours été valable selon les périodes et les situations comme l’explique (vidéo ci-dessous) l’Académicien Frédéric Vitoux. Et comme un clin d’œil à l’actualité, le Museum de Toulouse expose un pangolin naturalisé dans le cadre de « Magies et sorcelleries ». Le mammifère est accusé à tord d’être à l’origine du covid-19.

 

« Les premiers grands magiciens étaient des scientifiques », poursuit la cheffe de projet. Avant d’être surnommé « le père de la magie moderne », Jean-Eugène Robert-Houdin était ingénieur et inventeur. Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, la magie devient progressivement un spectacle. D’abord rudimentaire, « la magie blanche » se base sur des jeux d’illusion utilisant les principes mathématiques, mécaniques, chimiques ou physiques. Aujourd’hui, les prestidigitateurs fourmillent avec leurs vidéos sur les réseaux sociaux. Certains ont même, à l’image du duo Penn & Teller, des émissions à leur nom sur Netflix.

Le Museum de Toulouse rouvre le 19 mai 2021 mais en raison du contexte sanitaire, il faudra réserver depuis le site Internet du musée un créneau horaire et respecter (pour l’instant) la jauge de 45 visiteurs dans la salle.

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier – Rédacteur en chef Aparté.com

(A)parté pas si vite !

[FILM] «Au loin s’en vont les nuages», d’Aki Kaurismäki

Au loin s’en vont les nuages : quelques mots qui pourraient sortir de la bouche d’un …