TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESEn Aparté avec … El Gringo, (très) jeune dessinateur

Bientôt majeur, le Toulousain El Gringo publie sur son compte Instagram ses dessins axés sur l’actualité nationale et mondiale. Depuis sa chambre de confiné, l’élève de terminale ES explique —par téléphone— pourquoi il dessine.

 

 

Un bon dessin de presse, «c’est faire passer un message tout en étant drôle». El Gringo, 17 ans, atteindra sa majorité civile «cette année» et passera le bac en contrôle continu, en raison de la pandémie du coronavirus—Covid-19, en série «économique et sociale». Surnommé «El Gringo» par ses cousins en raison de son métissage franco-chilien, le jeune homme ne souhaite pas décliner sa véritable identité, pour l’interview et sur sa page Instagram, et préfère se réfugier derrière son pseudo. Dans sa famille, on baigne dans les arts: sa maman est restauratrice de tableaux de peinture et son paternel est chef peintre-décorateur dans le cinéma et le théâtre. Ses parents sont ses premiers lecteurs, jamais aphones pour l’«encourager et donner leurs avis». Aîné d’une fratrie qui compte deux enfants, il a une petite sœur qui —déjà— «dessine beaucoup».

Plus jeune, il suit des cours avec «un prof de dessin de BD pendant trois ans». «Je pense que le talent existe bel et bien et qu’il doit forcément se lier avec une pratique quotidienne […] mais quand on n’a ‘pas le talent’ je pense qu’avec cette pratique quotidienne on peut arriver facilement ‘au niveau’ [espéré]», complète le dessinateur. El Gringo n’a pas de modèle ou de «père fondateur» comme il dit. Néanmoins il a une pensée pour Albert Uderzo, le co-créateur avec René Goscinny d’Astérix & Obélix, car sa véritable source d’inspiration c’est le monde de la BD. Sur son compte Instagram, ses premières caricatures sont majoritairement en noir et blanc et à plus d’un titre. Daltonien, El Gringo «détestait les couleurs» mais s’est finalement résolu à en mettre, par petites touches d’aquarelle, pour «égayer et compléter [ses] dessins». Parmi l’une de ses créations, celle de Mango, un homme (un adulte ou un ado, selon votre interprétation) avec un crâne rasé. Cette «expérimentation» éphémère est celle d’un personnage fictif qui «se balade dans la société et voit tous les défauts sans rien dire». Pour élaborer ses caricatures, le Toulousain procède à des recherches et «s’appuie sur des articles fiables» de la presse nationale. À l’affût d’une déclaration qui fera le buzz, il scrute parfois à contrecœur les chaînes d’info en continu. «Je fais un texte, comme si j’écrivais un article, puis j’entoure les paragraphes qui peuvent représenter un dessin et j’essaie de trouver des blagues».

 

 

Depuis les attentats Charlie hebdo, El Gringo a «encore plus envie» de dessiner. Il s’exerce tous les jours «et pas forcément» sur des dessins d’actualités. Conscient que se lancer demain dans une carrière de dessinateur de presse peut-être «difficile», il souhaite devenir «journaliste de presse écrite». «Le dessin viendrait en complément de mes articles», ajoute encore El Gringo. Pour y parvenir, le lycéen de 17 ans se donne tous les moyens. Après un stage en 3e à Siné mensuel où on lui a «donné toutes les ficelles» du métier, il participe en 2o18 au concours de BD de Colomiers (Haute-Garonne) et remporte un second prix.

Sur le papier, El Gringo n’a aucun interdit mais prend «des pincettes» sur certains faits de société comme la religion. «Je veux parler d’un sujet pas facile [d’ici la fin de l’année] sur la relation entre l’islam et les médias». Autre thème qu’il aimerait aborder, celui de la situation politique du Chili et l’histoire de ce pays «qui le concerne personnellement» en raison de ses origines familiales. Selon El Gringo, outre «le système ultralibéral [qui engendre] des conflits de classes sociales», il décèle le spectre nostalgique de l’ancien dictateur Augusto Pinochet «encore perçu comme un sauveur». En septembre prochain, si Parcoursup le veut, il débutera une double-licence en histoire et Espagnol. En attendant, le lycéen reste confiné chez lui. Avec une feuille de papier et plusieurs feutres à portée de main.

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier – Rédacteur en chef Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …