TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES#Municipales2020: abstention record et «un espoir historique» à gauche

Dans un contexte d’abstention record liée à la pandémie du covid-19, le candidat Jean-Luc Moudenc (encarté chez Les Républicains et soutenu par La République en marche) arrive sans surprise en tête mais se trouve dans une position inconfortable. Il est talonné par deux listes de gauche qualifiées au second tour. L’écologiste Antoine Maurice (Archipel citoyen) propose une alliance avec Nadia Pellefigue (UNE-PS-PRG-PCF) et l’ancien maire socialiste Pierre Cohen, aujourd’hui chez Génération.s.

Photo Clément Gruin, Aparté.com

 

De toutes les soirées électorales, celle du dimanche 15 mars 2020 pour le premier tour des élections municipales est la plus irréelle. La pandémie du covid-19 qui impacte quasiment le monde entier relaye l’exercice démocratique au statut de l’anecdote. Dans les résultats définitifs, l’abstention à Toulouse est de 63,34%. Sur les 244.761 électeurs inscrits, seules 89.738 personnes ont voté. Une abstention record dont l’une des explications peut provenir des nombreuses communications gouvernementales qui conseillent d’«éviter les rassemblements, de limiter les déplacements et les contacts». Néanmoins, le pouvoir exécutif s’est refusé d’annuler ou de reporter les élections municipales.

19h45. Au local de campagne de la candidate Nadia Pellefigue (UNE-PS-PRG-PCF), il y a plus de journalistes que de sympathisants. À l’étage, la dizaine de militants politiques se transforme en «encodeurs» et centralise tous les résultats en faveur de la vice-présidente du conseil régional. Comme un écho à l’actualité, on entend une précaution: «chacun son stylo hein» ou encore un autre se justifier d’ouvrir la porte d’entrée. Plus d’une heure après la fermeture des bureaux de vote, c’est encore l’effervescence à l’étage. Les journalistes patientent à l’extérieur avec un vent d’Autan qui glace le visage. Une poignée de reporters porte le fameux masque de protection mais tous attendent la déclaration de Nadia Pellefigue. À 21h37, l’AFP publie sur Twitter «une estimation».

 

 

 

Placé en tête dans les sondages publiés avant le 1er tour, le maire-candidat (LR) Jean-Luc Moudenc adoubé par son parti et La République en marche obtient, dans les résultats définitifs publiés par le ministère de l’Intérieur, un score de 36,18%. En deuxième position, Antoine Maurice, tête de liste d’Archipel citoyen qui rassemble des colistiers d’EE-LV, de La France insoumise, de dissidents socialistes et des citoyens tirés au sort récolte, quant à lui, 27,56% des suffrages exprimés. Également qualifiée pour le second tour, Nadia Pellefigue recueille 18,53%. De son côté, l’ancien socialiste Pierre Cohen (aujourd’hui chez Génération.s) décroche le chiffre de rond de 5.ooo voix, soit 5,66%. Un score qui lui permet de fusionner avec l’une des listes qualifiées pour le second tour. L’ex-premier magistrat de la Ville rose a plaidé pour un «rassemblement de la gauche (…) derrière» la liste d’Archipel citoyen.

A contrario, pour Nadia Pellefigue la solution du ralliement n’est pas aussi limpide et acquise. «Je suis convaincue que c’est dans la clarté et la cohérence [qu’une] dynamique commune indispensable (…) [va] permettre la victoire de la gauche toulousaine». Selon la candidate, il reste à «construire les termes [et] la méthode d’un rassemblement». À l’instar de Carole Delga, la présidente (PS) du conseil régional d’Occitanie, elle s’interroge sur la pertinence du maintien des élections et attend du gouvernement «les décisions [qu’elle] espère ‘responsables’ de l’éventuelle tenue d’un second tour».

 

Photo Clément Gruin, Aparté.com

 

Vers 22h30, c’est sur la place du Capitole qu’Antoine Maurice et ses colistiers arrivent devant à la presse locale pour une courte déclaration. La place, quasi-vide, surveillée par des fonctionnaires de police à pied est toujours balayée par le vent d’Autan glacial. «L’émergence d’une véritable alternative pour Toulouse est possible. Ce soir, un espoir historique est né à Toulouse, comptez sur moi (…) pour qu’il puisse devenir réalité». Et pour ouvrir «une nouvelle ère écologique, sociale et démocratique», Antoine Maurice va «prendre contact avec Nadia Pellefigue et Pierre Cohen qui partagent avec [Archipel citoyen] la volonté de changement».

Il faudra attendre 23h pour avoir sa réaction. Jean-Luc Moudenc s’est contenté d’un communiqué de presse et déplore une abstention qui le dessert. «Nous sommes la liste qui subit le plus l’effondrement de la participation». Contrairement à l’électorat de gauche, celui de la droite s’est démobilisé et cette situation profite à la gauche que le candidat-maire qualifie de «radicalisée [et] en mesure de gagner Toulouse». Élu pour la première fois au conseil municipal en 1987, Jean-Luc Moudenc «lance un appel» et agite le chiffon rouge. «Seuls les abstentionnistes du 1er tour, en venant voter au 2ème tour, permettront d’empêcher l’arrivée d’une gauche mélenchoniste irresponsable aux commandes de notre ville!».

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier – Rédacteur en chef Aparté.com

(A)parté pas si vite !

[#6 La photo de la semaine]

Double exposition. Photo, Thomas Campoy, collectif Abisto