TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES[Expo] Vis ma vie d’astronaute !

Avec sa nouvelle exposition temporaire Astronautes, la Cité de l’Espace à Toulouse plonge les visiteurs dans la vie des voyageurs de l’espace, au cœur de la Station spatiale internationale. L’exposition se découvre jusqu’en décembre 2018.

3a5c1911

Combinaison pour les sorties extra-véhiculaires – Photo Clément Gruin, Aparté.com

 

C’est ce jeudi 17 novembre 2016, depuis Baïkonour, que l’astronaute français de l’Agence spatiale européenne (ESA) Thomas Pesquet va rejoindre la Station spatiale internationale (ISS). À bord du Soyouz MS-03 commandé par le cosmonaute russe Oleg Novitski et l’astronaute américaine Peggy Whitson, ils devront accomplir la mission Proxima pendant six mois.

Dans la vidéo, retour sur la préparation avant le « grand départ » de Thomas Pesquet – © CNES

 

En parallèle de cette mission, la Cité de l’Espace propose une nouvelle exposition temporaire axée sur la vie quotidienne des astronautes dans l’ISS. Cette dernière est en orbite à plus de 400 km de la Terre, depuis 1998 elle accueille en permanence six astronautes. La vie dans une station spatiale est bien différente que celle sur notre planète, les gestes du quotidien et l’organisme doivent s’adapter aux nouvelles impressions de l’impesanteur.

« Pour les pays de l’UE et les USA, dites ‘astronautes’. En Chine, ce sont des ‘taïkonautes’ et en Russie il faut dire ‘cosmonautes’. »

Sur 500 m² d’exposition, plusieurs ateliers « sensoriels » sous forme de défis permettent de se rendre compte des difficultés éprouvées par les locataires de la station spatiale. Dans l’espace, tout prend une nouvelle dimension. L’une des expériences les plus parlantes est celle de « la chambre inversée » qui bouleverse totalement les repères visuels. Autre conséquence sur votre organisme, si on gagne plusieurs centimètres grâce à l’apesanteur le revers de la médaille est que tous les fluides remontent à la tête. En début d’exposition, vous pourrez (tenter de) vous asseoir sur le siège de Soyouz qui est utilisé pour la phase de décollage et d’atterrissage. A quelques pas, vous pourrez tester un véritable gant pressurisé de scaphandre qui reproduit les mêmes sensations que si vous étiez en sortie extra-véhiculaire.

D’ailleurs, que mange-t-on à l’heure du repas ? Comment fait-on pour se laver ? Autant de questions auxquelles des astronautes répondent à travers des vidéos. Présent pour la visite inaugurale de l’exposition temporaire, le français Philippe Perrin de la mission STS-111 nous rappelle que « le premier problème de l’espace, c’était les toilettes ». Une question récurrente de la part du public qui pourra découvrir l’ingénieux système personnalisé de wc…

3a5c1970

Hum ! Des produits lyophilisés, bon appétit ! – Photo Clément Gruin, Aparté.com

 

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »

Une station spatiale « est une formidable machine écologique », explique la commissaire de l’exposition. Il y a quelques années, « 70% de l’eau consommée était de l’eau recyclée, aujourd’hui, nous atteignons les 90% », poursuit l’astronaute français. Oui, ce que vous buvez dans l’espace est de l’urine recyclée. Côté énergie, 100% de l’électricité provient des panneaux solaires. Cependant l’autonomie n’est pas complète, sur la question du ravitaillement alimentaire, Philippe Perrin estime qu’en l’état actuel il n’y aura « pas de voyage sur Mars tant que le problème de nourriture n’est pas résolu ».

Les locataires de l’ISS se doivent d’être polyvalent et il faut tout savoir faire car au moindre pépin, par exemple médical, aucun toubib ne pourra prendre sa fusée pour venir vous soigner. Dans ce milieu humainement hostile mais propice à des expérimentations scientifiques, chaque voyageur de l’espace aura plusieurs missions, dont quelques unes commandées par le CNES pour Thomas Pesquet.

L’exposition Astronautes à la Cité de l’espace est une immersion réussie dans le quotidien des habitants de l’ISS. Parfaitement compréhensible pour le jeune public, elle reste très intéressante pour les adultes. Vous avez jusqu’à la fin décembre 2018 pour y mettre le pied. Sans supplément, l’accès à l’expo temporaire est inclus dans le billet d’entrée.

Cité de l’espace: Tarifs ici et horaires

Avenue Jean Gonord
BP 25855
31506 Toulouse cedex 5

 

 

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier – Rédacteur en chef Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *