TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESLe chapristea : un bar à chat qui a la baraka

En avril dernier, le premier bar à chat de Toulouse a ouvert ses portes, imitant ainsi plusieurs initiatives françaises similaires. Aparté s’est rendu sur le lieu pour en savoir plus. 

bar à chat
L’amusante entrée — Photo © Philémon Barbier pour Aparté.com

Mardi, 6 h du soir. La tenancière raccompagne les derniers clients. Les haut-parleurs du salon diffusent un morceau de jazz lounge relaxant. « Vraiment très honnête », glisse à sa compagne un jeune homme visiblement plus intéressé par les prix que l’originalité du lieu. Cette originalité tient à la présence de félins dodus. Une pléthore de félins dodus.

Un succès fou

Charlotte, la patronne, a décidé de s’en occuper pour développer son business. Cette ancienne chargée de formation reconvertie nous avoue être débordée chaque jour, et, bien entendu, particulièrement le week-end. Il faut bien dire que le lieu, qui a ouvert en avril dernier, est l’unique bar à chat de Toulouse. Mais pourquoi ce changement radical de vie ? « J’adore les chats », nous a-t-elle simplement répondu. « Et puis aussi, le déclic est venu de l’ouverture du premier bar à chat à Paris ».

Quid de l’hygiène ?

Pour la sélection, les chats ont été triés sur le volet. À l’aide d’un comportementaliste et de partenariats avec des lieux d’élevage, il a pu être analysé quels matous seraient aptes à, par exemple, ne pas soulager leurs besoins naturels sur vous. Concernant les visiteurs, eux-mêmes doivent se nettoyer les mains à l’aide d’un gel hydro-alcoolique dès leur entrée.

chat
Le sous-sol du bar — Photo © Philémon Barbier pour Aparté.com

Une spécificité française ?

Le concept est né à Taiwan en 1998 et s’est fortement développé au Japon par la suite. L’arrivée en France ne date que de 2013 avec l’ouverture d’un premier bar à Paris. Existe-il un bar à chat « à l’occidental » ? Selon Charlotte, les français exercent un traitement bien plus approprié. Alors que certaines enseignes asiatiques n’hésiteraient pas à exploiter leur animaux au détriment de leur bien-être, leurs homologues français s’estiment être aux petits soins. « Nous n’avons pas la même vision des animaux« , affirme-t-elle.

Il ne vous reste plus qu’à tester par vous-même !

Le Chapristea, 4 rue Jules Chalande
Ouvert de Mardi à Dimanche, de 12h à 19h
http://www.chapristea.com/

A balle d’autre chats du bar avec ce lien

Article rédigé par Thibault Grimaldi

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *