TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTESY’a pas d’arrangement #5 : la balade des gens heureux

On prend les mêmes et on recommence. Jeudi 19 mai avait lieu une nouvelle journée de mobilisations contre la loi travail avec grèves et blocages dès 5h du matin. Aparté était à la manifestation organisée l’après-midi, et suivie par une action du collectif « Y’a pas d’arrangement ».

Fuck les rageux – Photo Kevin Figuier

 

Après la manif’ de la police mercredi, retour sur le terrain hier, jeudi 19 mai, pour les désormais traditionnelles manif’ et autres actions contre la loi travail et assimilés. Un cortège de quelques milliers de personnes s’est baladé le long des boulevards, du quartier Compans Cafarelli jusqu’au Grand-Rond. On ne sait plus trop quoi raconter sur les manifs, alors pour résumer : le grand ballon rouge de la CGT a pris l’air, les syndicalistes ont fait flotter leurs drapeaux et les lycéens ft étudiants se sont époumonés sur des slogans qui peinent à se renouveler.

On a aussi pas mal sursauté au rythme des pétards contre les policiers, entre Jeanne d’Arc et Jean Jaurès, mais alors qu’on croyait que la manif’ allait partir en fumée comme celle de la semaine dernière, tout s’est terminé dans le calme sur le coup de 16h30, à François-Verdier.

Pouët pouët – Photo Kevin Figuier

 

Y’a pas d’arrangement : le retour

Pas le temps de s’attarder. À  17h30 c’était rendez-vous à Jean-Jaurès pour la nouvelle opération « Palme d’or » du collectif « Y’a pas d’arrangement » (DAL + Nuit Debout + CIP + Attac + Patron solidaire + Lycéens & étudiants + Guests), la cinquième du nom. Comme l’action suivait chronologiquement la manif’, beaucoup de monde était présent, y compris chez les forces de l’ordre.

Dès 17h15, les allées Franklin-Roosevelt sont encadrées par les forces de l’ordre.  Autour du métro, les commerces ont pris leurs précautions et abaissé leur grille : les cinémas UGC et Gaumont, la Fnac, le McDo, le restau Les Pyrénéens et le Starbucks fraîchement inauguré. Du coup, changement de tactique du côté des organisateurs : « On appelle les responsables G1, G2, G3, G4, G5, G6, G7 » entend-on au mégaphone. C’est un peu la pagaille, on ne comprend pas trop ce qu’il se passe, mais l’opération va, semble-t-il, se dérouler par groupes.

« G1, G2, G3 vous pouvez partir, G4, G5 préparez vous, je demande le responsable de G7 ». On ne comprend toujours pas ce qu’il se passe, mais une quinzaine de personnes commence à s’éclipser discrètement vers les boulevards, donc on les suit et on s’incruste. Apparemment c’est le groupe G3. On avance tranquillement vers Jeanne d’Arc, pas trop rapidement pour ne pas éveiller l’attention. Au total, seuls trois petits groupes réussissent à partir, les autres restent à Jean Jau’, bloqués par la police.

IMG_6912

Carton plein – Photo Marie Desrumaux

 

G3 bifurque à St-Sernin. Très peu de personnes ont l’air de savoir où l’on va, et les spéculations continuent autour du thème Cannes et palme d’or : un cinéma, un coiffeur, un tapis rouge ? Rue du Taur, une voiture de police commence à suivre notre petit groupe de maintenant 20-30 personnes. Arrivés place du Capitole, on aperçoit un autre groupe qui s’insère rue Saint-Rome et on fait une pause devant le bâtiment mairie. Tout cela semble n’avoir ni queue ni tête, on se demande d’ailleurs si le but de l’opération n’est pas de faire tourner les forces de l’ordre et les commerçants en bourrique. Méfiant, le McDo Capitole baisse son rideau devant nous.

Encore des petits tours dans les rues, puis on emprunte la grande Alsace-Lorraine, où un autre groupe, peut-être le même que rue Saint-Rome, nous rejoint. On accélère, puis c’est franchement la course dans la rue du lieutenant colonel Pélissier où l’on se faufile rapidement au 6, dans l’hôtel Duranti qui appartient à la mairie.

IMG_4449

C’est la danse des canards – Photo Philémon Barbier

 

En tout, entre cent et deux cents personnes ont réussi à monter jusqu’à la salle Antoine Osète. On nous explique qu’une réunion du parti radical de gauche (PRG) doit s’y tenir à 19h30, en présence de la présidente du parti Sylvia Pinel, ancienne ministre du logement, vice-présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et députée du Tarn-et-Garonne, qui n’a pas participé aux motions de censure contre le gouvernement au moment où le Premier ministre Manuel Valls faisait passer la loi travail avec le 49-3, sans amendements ni débats. Le collectif « Y’a pas d’arrangement » se propose donc de participer à la réunion politique pour discuter avec les élus.

IMG_6943

Bric à BAC – Photo Marie Desrumaux

 

Dans le couloir, les policiers municipaux et la BAC sont déjà là. Ils ont d’ailleurs ramené un maître-chien.

A l’extérieur, devant le bâtiment , la foule grossit, avec un climax à environ deux ou trois cent personnes face à une trentaine de CRS. L’ambiance est détendue, les slogans habituelles reviennent. Chants, batailles de confettis et câlins géants sont au programme.

A l’intérieur aussi les confettis volent. Plusieurs personnes improvisent des chaises musicales, quand d’autres tracent des slogans au feutre noir sur des feuilles de papier, pour les coller au scotch sur les murs et les portes. Pas question de dégrader le bâtiment ou le matériel, les organisateurs savent que c’est une condition indispensable au bon déroulement de l’action et une garantie pour que les forces de l’ordre n’interviennent pas.

Sortie des artistes – Photo Kevin Figuier

 

Très vite on apprend que Sylvia Pinel a annulé sa venue. Une sortie sans interpellations est négociée. C’est l’heure de se mettre en rang trois par trois et de quitter de la salle. Des agents casqués empêchent l’accès aux autres salles ou étages et tracent la voie vers la sortie.

La procession débute sous les cris de « Valls, Macron, démission« . Les occupants de la salle sortent sous les confettis et l’ovation du public. Tout ce beau monde repart alors en grand cortège vers la place Wilson puis le Capitole, dans la bonne humeur, pour rejoindre la Nuit Debout qui commence à s’installer.

IMG_4660

Retour au Capitole – Photo Philémon Barbier

Pierre Collas et Marie Desrumaux.

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *