TEMPS DE LECTURE : 6 MINUTES« Merci Jean-Luc ! »

Cet article a été publié il y a 6 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Comme tous les ans, vous avez eu dans vos boites aux lettres une invitation pour assister aux vœux du maire, comme tous les ans vous l’avez jeté négligemment. Aparté y est donc allé pour vous, parce qu’on est là pour ça.

voeux vue générale

« Je vous ai compris » – Photo dégueu de mon smartphone

On ne peut pas dire que Aparté soit très Moudenc Friendly, mais on essaye d’être un maximum objectif. Du coup, mon calepin et moi on est allés voir les vœux de Jean-Luc Moudenc aux toulousains du centre ville. Entre manteaux de fourrures et galette des rois, plongée aux cœur de la mondanité toulousaine.

Cidre et frangipane

Dans l’immense et belle salle des Jacobins, j’ai pu compter au moins six tables débordant de galettes des rois et de cidres bretons. Mais pas touche, tant que la star de la soirée n’a pas parlé on n’en profite qu’avec les yeux. La salle se remplit et les stéréotypes sont respectés : à vue de nez, la foule est composée de 98 % de toulousains (et toulousaines) blancs d’environ 55 ans.

Vingt minutes après l’heure fixée par le flyer, c’est le début des hostilités. Après l’intervention de deux élues (dont la première a répété « Merci Jean-Luc » au moins 5 fois) c’est au tour de Jacqueline Winnepenninckx-kieser (deux places offertes pour la prochaine soirée Aparté à ceux qui prononcent son nom) de prendre la parole et d’annoncer, entre autres choses, la mise en place d’une zone limitée à 30 km/h dans le quartier Saint-Aubin, mesure qui devrait être étendue au centre ville d’ici peu. Après s’être auto-clashée sur son nom de famille, elle laisse la parole au demi-dieu de la soirée : J.L. Moudenc.

voeux galette

Places stratégiques autour du buffet pour avoir la fève – Photo dégueu de mon smartphone

Caméras, travaux et tranquillité

Les discours étaient limités à 5 minutes par personne. Excellente idée dont les trois premières intervenantes ont subi les conséquences en condensant leurs paroles dans le temps imparti. Bien entendu, Jean-luc Moudenc n’était pas concerné par ces limites. Nous avons donc eu le droit à quarante-cinq longues minutes d’un discours, il faut le dire, bien construit, et récité quasiment sans regard sur ses notes. Un grand orateur, notre maire.

Comme le but de cette article est de vous éviter de vous rendre à ce genre d’évènements en vous proposant à la place un compte-rendu, voici résumé en quelques lignes la substantifique moelle de ce qu’a dit l’héritier des Capitouls en ce qui concerne notre quotidien (parce que c’est de cela qu’il s’agit tout de même) :

Sécurité : 20 caméras de vidéo-surveillance au début du mandat, 101 aujourd’hui, 234 pour fin 2016 et autour de 330-350 à la fin du mandat susnommé. C’est pas les mêmes que dans Secret-Story, celles-ci sont accompagnées d’une police municipale dont l’effectif a augmenté de 75 fonctionnaires en 2015 et qui doit doubler sur tout le mandat. Vous avez encore peur ? Une brigade d’intervention rapide s’est mise en place cette année, avec des grosses motos qui brillent. Vous avez encore peur ? Tous ces gens sont armés 24h/24. Vous avez encore peur ? Ne vous inquiétez pas, ils patrouillent aussi la nuit. Bon ça va, là normalement vous êtes rassurés. Tout ça coûte une fortune bien sûr, mais avec les attentats de 2015, personne ne vient remettre ce nouveau dispositif  en cause pour le moment. Passons à des sujets plus légers.

Éducation : 166 millions d’euros d’investissement dans les écoles et les crèches, « du jamais vu » commente le maire. Plus d’écoles, plus modernes, plus grandes, mille places de crèches supplémentaires sur tout le mandat. Bon là on est d’accord l’éducation c’est important, rien à dire, merci patron.

Tranquillité : là on touche un point sensible pour notre lectorat à majorité étudiant (ou en tout cas, qui aime participer à la nuit toulousaine). Jean-Luc Moudenc se déclare « pas satisfait en ce qui concerne la tranquillité » et explique qu’il y a encore « trop de problèmes à ce niveau ». Un « aaaaaahhhhhhh » de contentement retentit dans l’auditoire. La gestion des relations entre fêtards et couches-tôt est un casse-tête qui, il est vrai, doit donner des migraines. Mais il y a un des deux partis qui vote plus que l’autre, du coup ça aide. Pour régler les conflits plus rapidement, le maire annonce que toutes les autorisations (et interdictions) de terrasses sont disponibles sur internet. Vous pouvez ainsi dénoncer (ou pas) plus rapidement le bar en face de chez vous. C’est vrai que c’est agaçant les villes vivantes où il se passe des trucs la nuit, c’est mieux quand tout est fermé. Mauvaise foi mise à part, le problème de la nuit toulousaine est toujours d’actualité, on se rappelle par exemple du Rio Loco, qui doit arrêter ses platines à 00h30 parce que bon, il serait dommage que le voisinage passe de mauvaises nuits quatre jours par an.

Travaux : J’espère que vous aimez les travaux, parce que c’est pas ça qui va manquer dans les mois et les années à venir. Pas mal de rues seront refaites dans le centre ville, au premier rang desquelles la rue des Lois, qui sera pavée sur le même modèle que la rue Pargaminières. Pareil pour tout le quartier Matabiau et la rue Bayard, qui se prépare à accueillir la LGV en 2024. On attend aussi les travaux de la troisième ligne de métro, annoncée pour 2024 également. Pour le coup, le métro on aime bien ça chez Aparté, c’est underground et écolo. Mais c’est pas encore fait, on demande à voir.

Point commun de tous les travaux : le temps. En 2016, on peut envoyer des robots sur mars, voir des films en 3D, envoyer des mails avec une montre, par contre pour repaver une rue de 500m il faut plus d’un an. C’est un peu relou, mais il faut ce qu’il faut.

Le scoop du jour : L’église de la Daurade sera rénovée, annonce faite sous les hourras du public. Moudenc signale également la construction d’un nouveau parc des expositions, avec pour objectif affiché d’accéder au troisième rang national pour l’offre en congrès et conventions.

Bilan

Un discours beaucoup trop long bien que mené par un orateur de qualité, deux malaises témoins de la moyenne d’âge plutôt élevée de l’assistance (oui, rester debout pendant 1h30 c’est pas si facile) et précipitation sur les galettes. Voilà ce que l’on peut retenir des vœux du maire 2016 en plus de tout ce que je vous ai dit plus haut. On notera tout de même l’absence d’un seul petit mot sur le monde étudiant (après tout, ce n’est qu’environ un quart de la ville), mais, à la décharge du maire, étant donné qu’aucun étudiant n’était présent, c’est assez logique.
On rajoute à cela plusieurs références aux attentats de Paris, et un final sur le thème du respect de l’autre (à un moment où plus grand monde n’écoutait, il est vrai que la frangipane commençait à donner vachement envie autour de 20h).

PS : on a aussi eu en cadeau des petits calendriers avec photo dédicacée du maitre, rien que pour ça, merci Jean-Luc !

voeux jean luc

Et surtout, la santé ! – verso du petit calendrier « 2016 Toulouse Fraternelle »
Cet article a été publié il y a 6 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Article rédigé par Pierre Collas

Rédacteur en chef d'Aparté.com since septembre 2015, ex-dictateur de Good Morning Toulouse, ex-etudiant modèle à l'UT2J, ex-cycliste au GSC Blagnac. Actuellement étudiant à l'école de journalisme de Toulouse et livreur de junk food pour Deliveroo, également marathonien à ses heures perdues. Aime les hiboux et les chansons de Raphaël.

(A)parté pas si vite !

Qui nous protège de la police ?

[#7 La photo de la semaine]

Cet article a été publié il y a 1 an. Il commence à dater mais …