TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESLumières sur le quai : des sciences et de l’art pour tous

Cet article a été publié il y a 7 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Dans le cadre de l’ouverture du Quai des savoirs qui aura lieu début 2016, une visite temporaire des lieux s’est tenue le week-end du 21 du 22. Intitulé «Lumières sur le quai», l’événement s’est articulé autour d’un objectif de diffusion de la culture scientifique dans une atmosphère ludique, conviviale et artistique.

Le Quai des savoirs vu de l'allée Jules Guesdes | Image Mairie de Toulouse

Le Quai des savoirs vu de l’allée Jules Guesdes | Image Mairie de Toulouse

Se promener le long des allées Jules Guesde, c’est déjà plutôt agréable en soi. Mais lorsqu’on y ajoute un bâtiment style 19ème dont les façades sont ingénieusement éclairées par des projecteurs, c’est l’ensemble du quartier qui prend une tout autre dimension. Au cours d’une froide soirée d’hiver, j’aborde l’édifice qui, il faut le dire, a été conçu pour vous en mettre plein la vue. L’ancienne faculté des sciences retrouve le devant de la scène après 3 ans de travaux. Elle se nomme désormais « Quai des savoirs » et s’étend sur 800 m², faisant d’elle la plus grande salle d’exposition de Toulouse.

Entre art contemporain et diffusion des connaissances scientifiques

Arrivé devant l’entrée, il faut déjà parvenir à s’arracher de l’émerveillement procuré par l’observation des éclairages pour pénétrer dans l’enceinte. Le hall d’entrée s’apparente à une foire d’activités en tous genres. Si vous aimez les stéréoscopes, les chambres de voyages, les spectromètres, les héliostats ou encore les microscopes pétrographes optiques, vous êtes servis. Si vous n’y connaissez rien, les animateurs veillent… Plus loin dans la salle, ce sont les ateliers de toutes sortes qui vous accueillent dans une ambiance musicale expérimentale style ARTE produite par une violoncelliste cachée derrière un rideau. L’écoute de gammes déroutantes ne vous empêche pas pour autant d’en apprendre un rayon sur les ondes qui se propagent dans l’atmosphère, ou de vous observer en infrarouge dans une tente obscure. Mais l’audace ne s’arrête pas là : dans la cour intérieure, une actrice brave la température glaciale pour déclamer un texte inspiré des installations sphériques qui y ont été exposées. Le quai des savoirs, c’est également un hommage rendu aux vastes espaces. On peut bien sûr mentionner le planétarium, mais l’attraction majeure se situe dans la salle principale où les visiteurs sont invités à se plonger au milieu de projections lumineuses variantes sur un fond sonore envoûtant.

Projections dans la salle principale | Image Aparté

Projections dans la salle principale | Image Aparté

« Où qu’elle est la Grande Ourse ? »

C’est peut-être en dehors du bâtiment que l’événement prend sens de la manière la plus concrète. Des télescopes y sont disposés ainsi qu’un dispositif de modélisation 3D de l’espace. Après avoir pu observer la lune, voilà le public retombé en enfance devant le spécialiste du ciel lui demandant de situer telle ou telle étoile. Car c’est bien de cela qu’il s’agit aussi, créer une interaction didactique et faire voyager les gens un tant soit peu.

Si certains estimeront qu’il est impossible de décrocher la lune, « Lumières sur le quai » a déjà le grand mérite de vous la montrer. Une annonce prometteuse à l’approche de l’ouverture définitive des lieux.

 

Cet article a été publié il y a 7 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Article rédigé par Thibault Grimaldi

(A)parté pas si vite !

Museum de Toulouse : une expo consacrée aux «Magies et sorcelleries»

Cet article a été publié il y a 1 an. Il commence à dater mais …