TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESMass Hysteria : Matière Noire

Groupe phare du paysage Metal alternatif français, Mass Hysteria revient avec un huitième album studio, Matière Noire. Avis de tempête sur l’Hexagone

MASS HYSTERIA 2015 - Crédit Photo Eric CANTO - (8)

MASS HYSTERIA 2015 – Crédit Photo Eric CANTO

Originaire de Bretagne, Mass Hysteria est un des principaux groupes de la scène amplifiée française tant pour sa qualité que sa longévité. Formé en 1993, le groupe est très remarqué dés son premier album  Le bien être et la paix (1997). Gros son, textes en Français, le groupe en remet une couche avec Contraddiction (1999), moins industriel et avec plus d’influences Hip-Hop. En 2001, le groupe sort De cercles en cercles. Plus atmosphérique, encore un peu plus teinté de Hip-hop avec notamment un featuring d’Acid et Base de La Brigade, le groupe déçoit sa base de fan (les Furieux, d’après le morceau Furia) mais élargit son public avec cet album plus accessible qui est à notre avis de très grande qualité (La puissance Bienvenue, Coup2Mass…).

En 2005, rien de va plus. Le groupe sort un album éponyme beaucoup plus pop-rock. Serait-ce un souhait de surfer sur la vague Rock (comme pas mal de groupes à l’époque, à commencer par Pleymo et dans une certaine mesure Watcha) qui à l’époque semble prendre la relève de la vague Néo-Métal ? Bien qu’il leur ouvre les portes des grandes radios, cet album est encore plus déroutant pour les fans du groupe. À une direction artistique pas toujours très comprise (et à notre avis pas très heureuse) s’ajoute un production qui est de l’aveu même du groupe ratée avec un son entre Metal et Rock qui se cherche sans toujours se trouver. L’album contient quand même quelques pépites (Poison d’asile, Emo clef) et une collaboration avec Miossec qui signe plusieurs textes de l’album. On saluera l’audace et le souhait d’évoluer.

En 2007, tout rentre dans l’ordre avec Une somme de détails. Retour au sources stylistiques avec quelques influences Néo-Metal bien digérées, le groupe pose ici les bases d’un style qu’il gardera sur les deux albums suivants, Failles (2009) et son successeur L’armée des ombres (2012). Il faut également mentionner un live vidéo capté en 2011 enregistré dans notre Bikini local ainsi qu’un premier album live (Mass Hysteria à l’Olympia) en 2013. Que nous réserve donc leur dernier album, Matière Noire ?

MassHysteria_MatiereNoire_Cover2

Matière noire et lumière blanche

Plus sombre et engagé que les albums précédents, L’armée des ombres faisait vaciller le mantra du groupe, « positif à bloc ». Alors que l’impression générale de cet album était entre la colère et l’impuissance face à la marche du monde et ceux qui la dessinent, Matière Noire donne le sentiment de relever la tête dans la tourmente. À la différence des autres albums, les textes des deux derniers opus sont plus concrets et ancrés dans le présent, notamment grâce à l’utilisation de noms propres et des références explicites à l’actualité (« Sans-dents », « La guerre sans l’aimer »).

Au niveau du son, Mass Hysteria continue son évolution. L’album fait la part belle à de nouveau arrangements : harmonica, violons, chœurs lyriques, percussions, tout en conservant les machines frénétiques hallucinées de L’armée des ombres. Tout cela produit de nouvelles sonorités très réussies (Vae Soli, Vector Equilibrium) et donne une intensité nouvelle à l’œuvre de Mass Hysteria. Pour nous, c’est vraiment ça qui fait la grande qualité de cet l’album et son originalité. Le reste (structures, guitare-basse-batterie, paroles…) est efficace,  mais reste globalement du Mass Hysteria assez classique des derniers albums avec une exception pour Plus que du Métal, avec un côté plus fusion-indus qui rappelle les premiers albums.

MASS HYSTERIA 2015 - Crédit Photo Eric CANTO - (9)

MASS HYSTERIA 2015 – Crédit Photo Eric CANTO

Mass Hysteria zénithal

Dans la continuité des trois précédents albums tout en apportant une nouvelle fraicheur, Matière Noire est une réussite avec des paroles plus concrètes et des arrangements parfaits qui mettent une pression continue tout le long de cet album. Bien qu’une partie de la recette soit peut-être un peu la même depuis quelques albums, Matière Noire est un tsunami qui ne vous lâchera presque pas pendant 50 minutes. Il ne vous reste plus qu’à aller les voir en concert au Bikini le 14 Novembre avec leur nouveau guitariste Frédéric Duquesne (ex-Watcha). Courez, furieux que vous êtes !

A lire aussi sur Aparté.com :

 

 

 

 

 

Article rédigé par Arthur

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *