TEMPS DE LECTURE : 6 MINUTESShining, The Great Old Ones et Plebeian Grandstand envoutent le Metronum

Le Metal extrême était à l’honneur en Septembre au Metronum avec Shining et son chanteur psychotique Niklas Kvarforth, The Great Old Ones et Plebeian Grandstand. Retour sur l’incendie avec explication de texte pour les profanes.

IMG_1874

Photo Arthur Sarthou, Aparté.com

Aparté n’est pas vraiment réputé pour ses chroniques Metal, mis à part ses quelques incursions récentes chez Lofofora ou Tagada Jones qui y vont quand même encore assez mollo sur la double pédale, les hurlements et les paroles sur le désespoir profond de ta vie. Mais cette fois, nous vous amenons dans le gros Metal bien nocturne. N’ayez crainte, ces gens là ne sont pas (tous) fous.

Préambule : le Black Metal, ses amis, et Jamiroquai

Demandons à Wikipedia :  » Le black metal se caractérise avant tout par une musique crue, agressive et épique aux atmosphères sombres. Ce son est produit par des tempos rapides, un chant hurlé, des tremolo picking, de fortes distorsions, des blast beat à la batterie, des morceaux non-conventionnels et un son de mauvaise qualité. Il peut être très brut et violent, mais il peut aussi favoriser la recherche d’atmosphères sombres et oppressantes. Une autre caractéristique du black metal est son imagerie médiévale et/ou satanique avec par exemple l’utilisation du célèbre corpse paint. « 

Il ne faut surtout pas le confondre avec le Death Metal dont les thématiques sont moins démoniaques et glaciales, et tendent plus vers la brutalité et la violence. Le Death est également réputé plus complexe au niveau du jeu et des structures et son chant est en général plus grave que dans le Black. Au niveau du look, le Death est beaucoup moins peinturluré que le Black.

Parmi ces trois images, sauras-tu trouver le groupe de Death, le groupe de Black et le groupe de Hardcore Doom Symphonique (attention il y a un piège, réponses en bas de l’article) ?

 immortal-apner_portene

normal_Cannibal_Corpse_5

Korn1-630x420

Il faut garder à l’esprit que tout cela reste des généralités. Par exemple, aucun des groupes du concert pourtant très Black Metal que nous allons narrer n’a usé d’un maquillage (ou alors jusque d’un discret mascara, qui sait). Bien sur, l’oreille du béotien n’entendra pas beaucoup de nuances entre les différentes variantes de metal et tout ça lui rappellera la blague du bon chasseur et du mauvais chasseur (ou la différence entre deux morceaux de Jamiroquai). Sachez pourtant, profanes, que cette musique recèle une extrême richesse et que ses musiciens sont parmi les meilleurs techniciens au monde.

Plebeian Grandstand : Black Metal Hardcore

Ça commence très fort par les toulousains de Pleibeian Grandstand avec leur mélange Black Metal et Hardcore devant un public injustement clairsemé. Le groupe porté par le chanteur et son T-shirt au drapeau jamaïcain dégage une grosse énergie (un spectateur fin d’esprit nous dira « Je pense qu’ils faisaient un morceau de plus et on perdait le chanteur »). L’éclairage presque uniquement blanc ne nous laissera pas voir le visage des musiciens et maintiendra une ambiance hallucinatoire se mêlant parfaitement à la violence de la musique. Pour ceux qui n’écoutent que de l’électro posay, c’est équivalent à se prendre une avalanche de claques sous acide alors que l’apocalypse atteint son apogée.

IMG_1839

Photo Arthur Sarthou, Aparté.com

The Great Old Ones : Post Black Metal Atmospheric Ambient

Commence ensuite le set tout en puissance de The Great Old Ones dont l’univers tourne autour du mythe de Cthulhu de H. P. Lovecraft. Pour ta grand-mère, c’est comme se prendre un raz-de-marée continu de poulpes démoniaques. Le groupe bordelais est une des valeurs montantes de la scène française avec notamment un deuxième album Tekeli-li très remarqué et une seconde participation au Hellfest cette année.

Encore une fois l’éclairage principalement dans le dos des musiciens ne nous laissera distinguer que très furtivement leurs visages. On verra par contre très bien le portrait iconique de H. P. Lovecraft en fond de scène et ce qui semble être un masque de Chtulhu en métal sculpté au premier plan. Cette ambiance collera parfaitement avec la musique imposante du groupe (trois guitaristes) et les cris des deux chanteurs aux allures de rugissements démoniaques. Dans la fosse, la possession sera complète et le public acclamera largement la formation.

IMG_1970

Photo Arthur Sarthou, Aparté.com

Shining : Black Metal Heavy Hard Rock Blues

Avec son leader Niklas Kvarforth, Shining délivre une prestation énergique allant du Heavy Metal au Black avec un chant taquinant parfois pleinement le blues. Leur set délivre ainsi une grande variété musicale. A ta petite sœur qui écoute du rap équestre, tu diras que c’était entre le champ de bataille du Mordor, un film de vampire romantique avec quand même trop de sang, et la chevauchée des paladins à la belle chevelure blonde. Ce dernier point, c’est pour le look des musiciens qui ont un style assez Heavy, tandis que Kvarforth est tout vêtu de noir avec gants et bandana (avec la cravache de bon aloi).

Un homme qui chante sur scène avec une bouteille de vin rouge à la main ne peut qu’avoir notre sympathie

Niklas Kvarforth, notamment connu pour son apologie du suicide et ses scarifications régulières, serait le genre de gars à s’isoler sans boire ni manger dans la montagne pour être certain que ses paroles soient suffisamment négatives. Pourtant, malgré toute la mystique noire du groupe on qualifierait presque l’ambiance de bon enfant tant le chanteur interagit avec générosité avec le public. Certes, cette générosité semblera parfois un peu particulière. Un fan au premier rang demandera par exemple à Kvarforth d’écraser un mégot sur son poignet. Le chanteur s’exécutera laissant le fan authentiquement ravi de cet échange humain.

On dirait bien à ta petite sœur que dans le Metal tout cela n’est généralement que du second degré et que ces gens ne sont pas vraiment tarés. Dans le cas de Kvarforth, et bien disons que c’est l’exception qui confirme la règle. Mais tout de même, un homme qui chante sur scène avec une bouteille de vin rouge à la main ne peut qu’avoir notre sympathie.

IMG_2256

Photo Arthur Sarthou, Aparté.com

Le sens du spectacle du chanteur, ses rires macabres, ses éclats et sa prestance de maître de cérémonie ainsi que les poses et le look Heavy des autres musiciens donneront au set une allure parfois grotesque au sens noble du terme. Shining restera sur scène pas loin de deux heures, éclatant ainsi le timing initial et servant au public des morceaux de plus en plus anciens et Black.

La monumentale prestation du groupe clôturera cette soirée aux accents variés. Pour les non-initiés qui n’ont pas froid aux tympans, jetez donc une oreille curieuse à la musique de ces trois formations :

Réponses au quiz

Par ordre d’images nous avons Immortal (Black Metal), Cannibal Corpse (Brutal Death Metal) et Korn (Neo Metal)

Le diaporama

  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • Shining | © Arthur Sarthou
  • The Great Old Ones | © Arthur Sarthou
  • The Great Old Ones | © Arthur Sarthou
  • The Great Old Ones | © Arthur Sarthou
  • The Great Old Ones | © Arthur Sarthou
  • Plebeian Grandstand | © Arthur Sarthou
  • Plebeian Grandstand | © Arthur Sarthou

Prochains concerts organisés par Noiser :

  • Kvelertak + guest le 29 Octobre au Saint des Seins
  • Solstafir + Mono + The Ocean le 2 Novembre au Metronum

A lire également sur Aparté.com

 

Article rédigé par Arthur

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *