TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTESDe passage à Toulouse, le train du climat

Cet article a été publié il y a 7 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Le train du climat est une exposition itinérante visant à sensibiliser la population au réchauffement climatique. Parti de Paris le 06 octobre, il parcourt la France de gare en gare jusqu’au 25 octobre. A l’occasion de son escale toulousaine le 13 octobre, Aparté s’est rendu sur place.

Aparté-0234

Le public scolaire est l’une des cibles privilégiées pour la journée de sensibilisation. | Photo : Clément Gruin, Aparté.com

 

Mardi 13 octobre, le Train du climat s’est arrêté à la gare Matabiau, à Toulouse. Le train était annoncé en gare au même titre que les trains ordinaires. Suite au traditionnel jingle de la SNCF, les voyageurs étaient invités à se rendre voie 1B.

L’exposition s’inscrit dans le cadre de la Fête de la Science et de la COP21. Le train est divisé en trois wagons thématiques. Le premier s’intéresse à ce qu’est le climat, le second aux effets de l’homme sur le climat. Enfin le dernier est consacré aux solutions possibles pour éviter le réchauffement climatique.

Christophe Cassou : « Nous voulions aller à la rencontre des publics, des citoyens, des écoles. »

A bord du train on retrouve différents supports. De l’audiovisuel au graphique, les outils sont adaptés à tous les âges et à tous les niveaux de connaissance. On apprend par exemple ce que sont les calottes glaciaires. Ou encore que la répartition des émissions de CO2 se fait entre l’eau, l’air et la végétation. La visite peut s’effectuer de manière libre ou en compagnie d’un des Messagers du climat.

Sortir des laboratoires pour aller à la rencontre des publics

Des chercheurs toulousains sont à l’initiative du projet. Christophe Cassou, climatologue et chercheur au CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique, ndlr)  explique : « nous voulions aller à la rencontre des publics, des citoyens, des écoles ». Il précise que l’exposition rassemble 40 chercheurs, sortis de leur laboratoires tant pour « répondre aux questions que pour susciter des débats ».

Emmanuel Combet : le dernier wagon est pensé comme « un espace ouvert de réflexion et de débat ».

Emmanuel Combet est Messager du climat. Il est monté à bord du train dimanche 11 octobre pour une semaine. Économiste au CIRED, il a contribué à l’élaboration du dernier wagon, pensé comme « un espace ouvert de réflexion et de débat ». Ses recherches l’amène à faire discuter l’ingénierie et les sciences sociales. Il étudie ainsi les différents scénarios possibles au regard de l’équité, de la réduction des inégalités ou encore des choix technologiques.

Emmanuel Combet, économiste au CIRED et Messager du climat. Photo : Clément Gruin, Aparté.com

Emmanuel Combet, économiste au CIRED et Messager du climat | Photo : Clément Gruin, Aparté.com

 

Les Messagers accompagnent des centaines de visiteurs par jour et font face à des réactions bien différentes. « Il y a quelques personnes sceptiques, d’autres qui au contraire connaissent avec précision des points de détails », explique-t-il. « Ce qui m’a marqué, c’est le fait que les gens s’approprient ces discussions complexes ». Il raconte que parmi les groupes scolaires,  certains s’offusquent :  « Qu’est-ce qu’on fait nos parents ? ». D’autres ont au contraire une idée bien précise des innovations qu’ils comptent mettre en place pour stopper le réchauffement climatique.

Un dispositif particulièrement adapté aux groupes scolaires

Parmi les visiteurs, on retrouve de nombreux groupes scolaires. Comme les élèves de seconde, du Lycée Bellevue (Toulouse), venus visiter le train du climat avec leur professeur de physique. Ils apprécient en priorité l’originalité et l’interactivité du projet. «C’est la première fois que je vois une exposition dans un train », témoigne une lycéenne. « Le fait qu’ils montrent des images, des vidéos, c’est parlant », complète une autre élève. Pour son camarade, c’est « avec les graphiques qu’on se rend plus compte des différences ».

Un Messager du climat explique les effets de l’activité humaine sur le climat | Photo : Clément Gruin, Aparté.com

 

Aparté a également croisé les élèves du Collège Olympe de Gouges de Montauban, venus spécialement pour l’escale toulousaine du train du climat. Ces élèves de 6ème, 5ème et 4ème, se sont portés volontaires.

Youcef, 14 ans : « Le climat c’est important, il faut en prendre soin ».

En tant qu’ « éco-délégués », ils auront pour mission de retransmettre à leurs camarades ce qu’ils ont appris lors de la visite. Youcef, 14 ans, prend des notes de manière appliquée. « Le climat c’est important, il faut en prendre soin », explique-t-il. « Il faut éviter de trop rouler, puisque le CO2 pollue », renchérit Enzo, 13 ans.
Alan, 12 ans, explique qu’ils ont mis en place différent type d’actions dans leur collège : « Nous recyclons le papier et nous compostons les déchets de la cantine. On a aussi une notice sur le frigo pour ne pas le laisser ouvert trop longtemps, et faire des économies d’énergie ».

Un programme « instructif, ludique et interactif »

De nombreuses activités annexes étaient proposées. Plusieurs stands de présentation et d’expérimentation étaient installés le long de la voie.  Le CNES (Centre National d’Études Spatiales) était venu présenter son activité et faire découvrir de manière ludique le fonctionnement d’un satellite d’observation. Météo et Climat, ainsi que Météo France étaient également présents.

Des stands d'expérimentation étaient présents le long de la voie 1B. Photo : Clément Gruin, Aparté.com

Des stands d’expérimentation étaient présents le long de la voie 1B | Photo : Clément Gruin, Aparté.com

 

Des conférences étaient organisées. Le train a accueilli à 15h les participant souhaitant débattre autour du thème « climat et économie circulaire« .

L’initiative regroupait également des manifestations artistiques. On retrouve par exemple les Ambassadrices du « Clownistan ». Elles sensibilisent le public aux enjeux du réchauffement climatique sur un ton humoristique et décalé. « Nous sommes à la recherche de solutions pour réchauffer notre pays. Il y fait trop froid. Et puis tout le monde roule à vélo, c’est un problème ! »

Les ambassadrices du "Clownistan". Photo : Clément Gruin, Aparté.com.

Le train stationne aujourd’hui en gare de Libourne et finira son tour de France à Nancy le 25 octobre.

Cet article a été publié il y a 7 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Article rédigé par Mélanie Volland

(A)parté pas si vite !

Qui nous protège de la police ?

[#7 La photo de la semaine]

Cet article a été publié il y a 2 ans. Il commence à dater mais …