TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESTazasproject, collectif graphique entre objet et numérique

Rencontre avec Guillaume Beinat de chez Tazasproject, un collectif spécialisé dans le numérique et les arts graphiques.

Le Tazasproject, c’est au départ deux hommes, Guillaume Beinat et Alexandre Suné. Autour du noyau des deux fondateurs se greffent d’autres artistes qui planchent sur des œuvres liées au graphisme, aux nouvelles technologies ou au design.

Tazasproject ? Ça rime à quoi ?

Tazasproject crée des produits innovants dans le champ du numérique et des arts graphiques : des productions graphiques papiers de la carte postale au poster, des goodies, des boîtes métalliques ou des carnets de stickers.

Ils se sont illustrés auparavant avec « des t-shirts et du mobilier en série limitée, cube light lumineux ou stèles interactives ». Le prochain projet est la commercialisation de « ghettoblasters interactifs ».

« On le fait vivre, mais on ne peut pas dire qu’on en vit »

Quand on l’interroge sur ses recettes, Guillaume nous lance : « On le fait vivre, mais on ne peut pas dire qu’on en vit ».

Le marché de Tazasproject est étendu, voire mondial. Ses produits sont distribués en Espagne ou encore au Japon. Lors de ses voyages de jeunesse, Guillaume s’est créé un carnet d’adresses, un réseau de distributeurs et d’amis. Leurs diverses créations sont vendues dans plusieurs magasins européens et outre-atlantiques.

Tazasproject, c’est aussi une application mobile

Tazasproject dispose d’une application mobile (iOS/android) en réalité augmentée. Cette application « a vertu à prolonger l’expérience » en donnant une vie interactive aux créations du collectif. Elle titille notre imagination. L’équipe de Tazasproject se questionne sur une possible « deuxième vie de l’objet », une vie « numérique ».

L’application veut créer une « interaction ludique et pédagogique » avec le produit. Le collectif a misé sur l’humour, le jeu et les mutations continuelles du numérique. Finalement, l’application prolonge les produits matériels qui deviennent de véritable « supports numériques vivants ».

Boîtes métalliques issues du site de Tazasproject

On rejoint le crew comment ?

Le Tazasproject accueille de nombreux stagiaires depuis quelques années. Dans les domaines du graphisme, de la communication ou du développement informatique, chacun est libre d’apporter sa pierre à l’édifice. Seulement, il ne suffit pas de se ramener un CV en main en assurant qu’on veut faire quelque chose.

Tazasproject est un espace d’échange autour de ses propres membres, mais aussi un espace ouvert aux propositions extérieures. Guillaume imagine son projet comme un endroit où « on partage l’idée, mais on ne la créé pas ». En soi, Tazasproject est toujours prêt à accueillir des gens, si leurs projets sont intéressants.

Lot de cartes postales issu du site de Tazasproject

Ça a de l’avenir ce projet Tazas ?

Sollicités pour le festival Electro Alternativ en septembre, une référence en matière numérique et sonore, ils planchent sur plusieurs projets. En parallèle, ils poursuivent leurs initiatives à Bordeaux visant à créer des applications de paysages sonores. L’idée est de pouvoir télécharger une application et se balader en écoutant une création d’un compositeur contemporain dans un lieu spécifique. Tazasproject peaufine des systèmes interactifs pour poursuivre ou revivre le plaisir d’une exposition ou d’une installation artistique visitée.

Leur approche originale de la technologie et des moyens de communication offre à l’association d’incroyables opportunités.

// Retrouvez-les sur leur site, leur page Facebook ou leur profil Twitter

Article rédigé par Guillaume Ghrenassia

Auteur - blogueur - chroniqueur - sérievore, mélomane, gamer (Nintendo-addict), adorateur de houmous, mannequinat, luxe et foodporn.

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *