TEMPS DE LECTURE : 1 MINUTESToulouse. Expulsions, la loi des séries

Cet article a été publié il y a 8 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Squat "Brazil" à Toulouse © Stéphane Giner/Flickr
Squat « Brazil » à Toulouse © Stéphane Giner/Flickr

Arrêté anti-prostitution, squats fermés, CREA expulsé, report sine die de la Cité de la danse, chasse aux SDF, déménagement du Mix’art Myrys renvoyé aux calandes… Pour nettoyer la Ville rose des indésirables, des « nuisances » et des projets culturels « trop coûteux », la nouvelle municipalité n’a pas lésiné sur les mesures choc. Nombreux sont acteurs sociaux et culturels priés de décamper du centre-ville, ou de mettre un frein à leur projet. Résultat des courses, une esthétique de la ville bien proprette. D’expulsions en privations, à Toulouse l’histoire se répète.

Les pièces du dossier :

/// Olivier Arsac, « monsieur Sécurité » chargé d’expulser les prostituées
Le nouvel adjoint à la sécurité au maire applique le programme souverainiste de droite. « Nous allons mettre la police partout. »

/// Petit guide pour plomber la culture à Toulouse en 3 étapes (à l’usage du maire)
« 2. Mobiliser les finances vers les vieilles pierres et le style néo-cassoulet. »

 

 

 

Cet article a été publié il y a 8 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Festival ManifestO : la photographie internationale émergente s’expose à Toulouse

Cet article a été publié il y a 5 ans. Il commence à dater mais …