TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTES#myUT1, la fac qui vous retweete

Ouverte en 1229, l’Université Toulouse 1 Capitole (UT1) approche bientôt des 800 ans. Mais il n’y a pas d’âge pour se lancer sur les réseaux sociaux. Depuis deux ans, l’UT1 sévit sur le « web social ». Maude Riout (assistante web éditoriale) et Elodie Jambon (assistante communication) en sont les community managers. Elles nous dévoilent la face cachée du réseautage social de l’UT1, un job assez chronophage.

IMG_0665

Elodie et Maude, CMs d’UT1 © Guillaume Ghrenassia / Aparté

#, @, « like », « fav » et « RT » sont le quotidien de Maude et Elodie, les community manageuses de la fac’ de l’Arsenal. Preuve s’il en est : notre demande d’interview a eu lieu sur Twitter un samedi soir à 22h00, et a reçu une réponse quasi-instantanée moins de 5 minutes plus tard.

Stratégies digitales

L’UT1 se lance dans l’univers des réseaux sociaux à la rentrée 2012. Afin de ne pas démarrer dans la précipitation, comme ont pu le faire (avec succès ou non) d’autres universités et écoles de France, l’UT1 dit avoir « attendu quelques temps » pour s’armer de « contenus de qualité pour alimenter ses réseaux ». Excuse bien rôdée pour se disculper de ce retard impardonnable ? Elodie dit en tout cas avoir passé une année entière, en compagnie de la prédécesseure de Maude, à auditer « tous les rouages et tous les services » afin de bien connaître l’environnement de l’UT1 et adapter ses « posts ».

Les comptes Facebook et Twitter de l’UT1 sont conjointement créés. En décembre, elles se dirigent vers les réseaux professionnels Linkedin et Viadeo. Le compte Instagram arrivera juste après, en février 2013. Elodie et Maude s’acclimatent à ces différents réseaux afin de propulser la meilleure stratégie digitale possible.

Être présent sur le web social, c’est une façon pour l’UT1 de rester en lien avec sa communauté étudiante, qui investit massivement ces espaces virtuels, et de susciter avec celle-ci des interactions moins formelles.

Screen shot 2014-11-03 at 15.45.03

Faux tweet d’UT1 Capitole / Capture d’écran lemmetweetthatforyou

Doper la viralité

Pour doper la viralité de l’UT1, elles tâtonnent et lancent le hashtag #myUT1, à destination des étudiants. L’idée : envoyer, via Vine, des vidéos de 6 secondes maximum pour « déclarer (leur) amour à l’Université » en n’omettant pas de faire apparaître le fameux « mot-dièse ». Ils sont tous désormais catalogués sur cette page.

Finalement très peu utilisé par les étudiants de l’université, ce projet n’a pas abouti (malgré la participation de l’auteur de ces lignes au projet à l’époque). Mais pour les retardataires, il est encore temps de « viner » massivement les réseaux sociaux pour faire revenir ce hashtag en force.

Leurs efforts n’ont pas été vains. Cette année, l’université a notamment reçu le prix du « coup de coeur du jury » en communication numérique grâce à sa newsletter externe « comprendre pour entreprendre », destinée aux partenaires et anciens diplômés de l’université.

.

L’autre surprise n’a pas tardé. Notre interview ayant eu lieu le lendemain de la remise du prix de la banque de Suède (vulgarisé « Nobel ») à Jean Tirole, Elodie raconte que, ce jour là, « (leurs) smartphones ne s’éteignaient pratiquement jamais à cause des notifications de retweets ou de mentions sur Twitter ».

Grâce à ce tweet-coup de projecteur sur l’UT1, la fac’ a connu un petit sursaut dans son nombre d’abonnés sur Twitter. Ce saut est cependant beaucoup plus faible que celui de Jean Tirole himself, qui a créé son compte il y a quelques jours et culmine déjà à 3 000 abonnés, avec un compte certifié en une petite heure ou deux. Apparemment, ça aide d’être distingué d’un (simili-)Nobel.

CM à l’UT1, 24/7

Bien qu’elles soient salariées d’une université publique, n’allez pas leur dire qu’elles ont « des horaires de fonctionnaires ». Car si vous jetez un oeil aux comptes Instagram (classé 3e compte universitaire plus populaire de France, et favorisant le « sentiment d’appartenance ») et Twitter, vous vous apercevrez bien vite que celles-ci sont souvent présentes pour immortaliser le temps d’une photo les différents événements auxquels prend part l’université. Il n’est alors pas rare de voir des posts nocturnes en plus de ceux de la journée.

Nous avons été reçus dans une prestigieuse salle de l'université ! - (c) Guillaume Ghrenassia / Aparté.com

Nous avons été reçus dans une prestigieuse salle de l’université © Guillaume Ghrenassia / Aparté

Et pour cause. Elles n’hésitent pas à valider une vérité absolue en matière de community management : gérer des réseaux sociaux, ce n’est pas du 9h-17h00, c’est 24h/24. Quitte à être survoltées. « On a un smartphone « de permanence » qui nous sert à gérer les réseaux sociaux quand on est en dehors du bureau »,  atteste Elodie. « Le soir, le weekend, pendant les vacances, on a un accord avec l’université qui nous permet de travailler en gros 24/7 « . Presque du télé-travail. Exit, les 35 heures…

.

Infos pratiques

Pour promouvoir ses réseaux sociaux, l’UT1 s’équipe de marque-pages donnés en début d’année et laissés en libre accès à la fac et où tous sont référencés. Retrouvez donc votre fac’ (ou ex, future, ou future-ex fac’) à ces adresses :

facebook.com/ut1capitole
twitter.com/ut1capitole
instagram.com/ut1capitole
dailymotion.com/ut-capitole
linkedin.com/company/universit-toulouse-1-capitole
fr.viadeo.com/fr/company/universite-toulouse-1-capitole
scoop.it/u/ut1capitole

Article rédigé par Guillaume Ghrenassia

Auteur - blogueur - chroniqueur - sérievore, mélomane, gamer (Nintendo-addict), adorateur de houmous, mannequinat, luxe et foodporn.

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …