TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESUkraine : « Les restaurants sont devenus plus chers qu’en France »

Le documentaire Maïdan de Sergeï Loznitsa sera diffusé ce jeudi 05 juin au cinéma ABC à Toulouse. Le film retrace l’Histoire immédiate depuis la place Maïdan qui avait fait tomber l’ex-président Viktor Ianoukovitch. Aparté.com est parti à la rencontre d’une expatriée qui revient tout juste de Kiev dans le cadre des élections présidentielles.

13908691593_f1d7d0a882_b

La semaine dernière, les élections présidentielles ont eu lieu dans certaines villes ukrainienne, quand les citoyens ont pu trouver une urne. Élu au premier tour avec 54% des voix face à l’ex-Première ministre Ioulia Timochenko, Petro Porochenko sera investi le 7 juin prochain président de l’Ukraine.

Elle revient tout juste avec son mari de Kiev, Iryna âgée de 30 ans est une expatriée ukrainienne. Elle s’est mariée il y a quatre ans avec un Français. Lui a été «observateur de la commission électorale» et elle traductrice dans le cadre du scrutin des présidentielles. Partis pour une semaine, ils sont restés 3 jours à Kiev entre autres : «Sur la place Maïdan, la rue principale est bloquée. Il y a encore des barricades, des pneus et des tentes toujours plantées», a constaté sur place Iryna.

« On ne parle que de la guerre civile »

Dans la vie de tous les jours, beaucoup d’éléments ont changé. Économiquement d’abord car avec un taux de change qui fluctue, la monnaie locale tout comme « les prix des denrées alimentaires ont beaucoup augmenté » . « Ici à Kiev, les restaurants sont devenus plus chers qu’en France! » fait-elle remarquer avec humour.

La toute jeune trentenaire se souvient aussi que si la vie « est calme au quotidien« , dans des lieux comme un marché de livres à ciel ouvert qu’elle a pu fréquenter, l’objet de toutes les discussions demeure celui « de la guerre civile » qui se déroule en Crimée ou encore à Donetsk, ville décrite comme « vraiment instable » par Iryna. Toujours au quotidien, les pro-Maïden font attention à la provenance des produits, savoir si ce qu’ils consomment est russe ou ukrainien afin de «ne pas favoriser le pays qui veut nous envahir».

11592472916_8237f00c28_b

Un 14 juillet 1789 ukrainien

À Donetsk, les checkpoints qui ont été installés ne sont «pas très rassurants» confie Iryna. Tout comme le fait ne pas pouvoir sortir au-delà de 22 heures sans son passeport : «Ce n’est pas un couvre-feu mais il existe une restriction de circulation». En Crimée, du côté de Yalta, les pro-ukrainiens prennent des risques et sont inquiets. Dans cette scène diffusée sur YouTube qui se déroule dans une école, les élèves chantent l’hymne ukrainien, «les professeurs ont été questionnés et persécutés» par des milices pro-russes.

Beaucoup de jeunes se sont engagés dans «la révolution» et notamment dans les universités, «ce qu’il s’est passé en France le 14 juillet 1789 vient de se dérouler sur la place Maïdan» il y a quelques mois, poursuit la jeune femme.

« L’oligarque du chocolat » tient la barre

«Les gens ne pensent pas pour le moment au futur car il n’est pas encore très clair» fait remarquer la jeune expatriée. Depuis novembre dernier, le public «des grands rassemblements» du dimanche sur la place Maïdan pose à chaque fois ses exigences : l’instauration des réformes, la lutte contre la corruption et de nouvelles élections législatives. Le « peuple de Maïdan » attend beaucoup de «l’oligarque du chocolat». Dans le volet des réformes, tout doit être revu: police, justice, éducation, santé … et pour mener à bien toutes ces réformes, Iryna juge nécessaire de changer les députés qui sont les mêmes depuis novembre dernier.

Sur la corruption, elle est «encore forte», regrette la trentenaire n’hésitant pas à citer un exemple s’étant produit dans un hôpital. Alors que la machine permettant de réaliser des radios est tombée en panne depuis plus de deux mois, un «joli canapé» donné par un député a atterri dans le bureau du responsable. Contraint, le directeur de l’hôpital a finalement vendu le canapé pour financer la réparation de l’appareil de radiographie.

L’Ukraine d’aujourd’hui est un pays ivre d’espoirs : «Il y a tantôt beaucoup d’espérances, tantôt de dépits quand on récence les morts parmi les civils dans les journaux».

Présenté en sélection officielle au Festival de Cannes dans la catégorie «séances spéciales», Maïdan sera projeté à l’ABC ce jeudi 05 juin. Une rencontre-débat sera organisée après la diffusion avec le collectif EuroMaïdan Toulouse.

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier – Rédacteur en chef Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …