TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESPrix Claude Nougaro : « Faire des morceaux ne suffit pas à se faire connaître »

Comme chaque année, le Conseil régional Midi-Pyrénées organise son « prix d’écriture Claude Nougaro ». Écriture d’une nouvelle, bande dessinée, scénario de court-métrage ou encore chanson ; la semaine dernière, 15 jeunes, ont été récompensés. Seront-ils les futurs créateurs de la scène Midi-Pyrénées ? Petit tour d’horizon de ceux qui seront sans doute les nouveaux talents de la région.

MFache_21052013_Région Midi-Pyrénées_Prix d’écriture Claude Nougaro_Toulouse
Les lauréats du Prix Claude Nougaro / ©Morgan Fache, Conseil régional Midi-Pyrénées

Ils ont entre 15 et 25 ans et sont principalement toulousains. Dans la catégorie de l’écriture d’une nouvelle, le « 1er Prix Tremplin » a été attribué à Trevor Garcia. Agé de 23 ans. Venant de terminer son Master 1 à la faculté de droit à l’Arsenal, le jeune homme aux yeux bleus a choisi pour titre de sa nouvelle « Le Menteur » : « C’est l’histoire d’un vieux monsieur qui raconte beaucoup d’histoires, il les présentes comme étant vraies mais écrites par personne », énonce Trevor. Ce qui fait la particularité de ce personnage, c’est que ce « conteur est à la fois rejeté par la société parce-qu’il affabule trop mais il est en même temps aimé pour son côté drôle ». Pour ce concours, Trevor Garcia « avait préparé plusieurs » nouvelles et a proposé « la meilleure » au jury. Il lui a fallu « une semaine » pour écrire « Le Menteur ». « J’ai eu tout de même quelques difficultés, la contrainte du temps tout d’abord en raison des révisions des partiels ». L’autre élément a été pour lui sur les dialogues où il avoue avoir « du mal » termine le jeune écrivain.

Encore dans le plongeon de l’adolescence, Claire Renaud, 15 ans, sort lauréate dans la catégorie « bande dessinée ». Histoire inspirée par les films Inception et Brazil, cette bande-dessinée raconte la vie d’un « homme sans ressource qui vole une voiture et écrase un piéton en prenant la fuite. Dans la soirée, il dort à l’hôtel et vole un poste de télévision. Entendant un bruit suspect, il s’échappe et une course-poursuite s’engage sur les toits ». Pour connaître la suite, il faudra lire sur les planches de cette première création de la jeune artiste. Il lui a fallu deux mois pour imaginer l’histoire et réaliser les dessins « qui se dégradent » au fil des pages, fait-elle remarquer en riant.

Côté court-métrage, Romain Gaubert, âgé de 18 ans, a convaincu le jury avec son histoire d’une mère célibataire accro au chocolat qui tombe amoureuse du prof de sport de son enfant. Dévorée par son addiction et la volonté d’appartenir à cet homme, le dilemme et « les problèmes dans son quotidien » donneront du grain à moudre au personnage principal.

Écrire une nouvelle, réaliser une bande-dessinée, concevoir un scénario ou encore composer une musique, est-ce à la portée de tout le monde ? Pour Romain, « il ne le pense pas », lui qui est en BTS audiovisuel option image au lycée des Arènes, il a déjà remporté un prix à Paris pour le festival lycéen « Clap » qu’il a écrit et réalisé.  Si plusieurs d’entre-eux ont encore des projets en tête et qu’ils aimeraient en faire leur métier, les débouchés sont difficiles. Ainsi pour Léa Helba et Robin Elisée, tous deux lauréats dans la catégorie musique, tout a été réalisé depuis chez eux : « L’enregistrement des morceaux a été un peu galère, tout comme le mixage où il a fallu présenter un contenu professionnel. »

« Je vais avoir un suivi toute l’année prochaine avec des professionnels, ça c’est cool. Pour se faire un nom, il y a une question de marketing, de communication. Faire des morceaux ne suffit pas à se faire connaître » conclut Romain Gaubert.

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier – Rédacteur en chef Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …