TEMPS DE LECTURE : 1 MINUTESBigFlo & Oli, rappeurs normaux

Ils font l’actu. A la sortie de leur premier EP, « Le Trac », chroniqué par France Inter, Le Monde ou encore le Libé, les jeunes pousses toulousains âgés respectivement de 21 et 17 ans clament haut et fort leur conformisme et leur attache à la Ville rose avec leur dernier clip Gangsta.

Alors que Rohff fait parler de lui après avoir attaqué une boutique de la marque Unkut créée par Booba, les rappeurs BigFlo & Oli, eux, restent tranquilles. Par leur jeune âge, ou par leur envie de demeurer de jeunes adultes normaux, ils se constituent en ambassadeur d’une jeunesse pacifique. À l’heure où l’imaginaire collectif défini le rap comme violent et sexiste, BigFlo & Oli démontent les clichés : nan, ça parle pas de meuf, ça parle pas de thune ni de drogue, mais juste d’une routine à laquelle le premier adolescent venu peut s’identifier. En toute honnêteté, le clip est tourné successivement dans un quartier résidentiel toulousain où « il y a beaucoup de morts parce qu’il y a beaucoup de vieux« , dans le métro entre les stations de La Vache et Trois Cocus, et au Fresh Burger de Blagnac. Juste histoire de ne pas oublier que BigFlo & Oli sont jeunes avant tout, et que la figure du « gros dur » est loin d’être nécessaire pour avoir du succès dans le rap game.

Article rédigé par Paul Lorgerie

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …