TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTES« La vraie vie des Toulousains » : un buzz WTF ?!

Avec 240 000 vues en dix jours, la vidéo « La vraie vie des Toulousains » fait le buzz. Si les clichés sont assumés, ce succès est de mauvais goût.

chauvin

« J’suis pas chauvin, mais Toulouse, c’est quand même la plus belle ville du monde ». D’accord. Les bases d’une vidéo tout cliché sont d’emblée posées. Postée il n’y a pas deux semaines sur la toile, et destinée à faire la promotion de la pièce 1 de perdu, 10 façons de se retrouver – titre alléchant – au Théâtre des 3T,  « La vraie vie des Toulousains » fait le buzz. Un miracle, une désolation, tout dépend de quel côté de l’écran on se place. 240 000 vues en dix jours, des commentaires à gogo clamant des « Viva Tolosa » ou précisant « Chui aller a toulouse aujourd’hui »: je reste pantois devant un tel succès.

Certains, enfin, regretteront l’absence de l’accent français le plus sexy. Je corrigerai : merci à eux de nous avoir épargnés.

Largement inspirés du format court « Dans la bouche… », programmé le samedi midi sur  Canal+, les acteurs s’amusent à stigmatiser les habitants de la ville rose en cataloguant les lieux communs les plus évidents. Facile. Le régionalisme, le quart d’heure toulousain, la rivalité bordelaise, Tariquet, Saint-Pierre, tapas… Tout y passe. Un scénario des plus recherché, en somme.

On notera le must : les scènes tournées dans la capitale enchaînant, avec tendre humour, les amalgames volontaires d’une Parisienne informée. « Tu connais Jean-Luc Reichmann ? » –  j’ignorais qu’il était toulousain – « Y a la mer à Toulouse ! C’est génial ! » – « C’est là qu’il y a le Futuroscope, nan ?« (AH…). Vous ne saviez pas que mon grand-père était Claude Nougaro et que je suis un potentiel descendant de Jean  Jaurès ? Non mais…

« Vous ne saviez pas que mon grand-père était Claude Nougaro et que je suis un potentiel descendant de Jean  Jaurès ? »

Excusons les clichés pour l’heure, et passons au jeu d’acteur. Les deux comédiens, Frédéric Menuet et Mélissa Billard, livrent leur texte d’une façon des plus naturelles. Surjouées et fausses, les intonations agacent. Débit trop rapide, gestes incontrôlés, la vidéo donne la fièvre, doublé d’un mal de tête rythmé par le slogan, d’usage entraînant, des supporters du Stade. Certains, enfin, regretteront l’absence de l’accent français le plus sexy. Je corrigerai : merci à eux de nous avoir épargnés, les comédiens étant d’origine vendéenne, la vidéo aurait perdu toute crédibilité.

Paris

En attendant la publication de la prochaine vidéo, vous pourrez, si vous le désirez, vous rendre au Théâtre des 3T pour assister à la représentation de 1 de perdu, 10 façons de se retrouver, en scène jusqu’au 30 novembre: mais ce sera sans moi.

 

Article rédigé par Paul Lorgerie

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …