TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESWhere is my fucking Oscar nomination ? Season 2

Il y a tout juste un an, je m’éparpillais dans un nombre incalculable d’oubliés, cette année, l’académie m’a offert une liste de noms tout à fait délectable. La plupart des acteurs que je chéris tendrement sont là, Joaquin Phoenix, Daniel Day-Lewis, Anne Hathaway, Amie Adams, etc. Et surtout, la jeune et jolie Jennifer Lawrence. Cette inconnue au bataillon chez les plus de 16 ans est en réalité l’actrice principale du film Hunger Games, film dont elle est sortie grandie grâce à une très belle interprétation et qui concourt pour son rôle de veuve dans Hapiness Therapy. Une belle cérémonie en perspective, bien que certains nuages commencent à apparaître.

©vanityfair.com

En effet, en France on boude, on est pas content, bref on fait la gueule : Intouchables et De rouille et d’os n’ont pas été nominés, ni au meilleur film ni au meilleur film étranger. Bien qu’Emmanuelle Riva, incroyablement touchante dans Amour, soit nommée à l’Oscar de la meilleure actrice, nous, on voulait Marion Cotillard et Omar Sy. À coup de titres racoleurs, la France s’offusque, comment ont-ils pu les oublier ? En même temps quand tu vois que Jean Dujardin reçoit tous les prix possibles dans le monde entier sauf le César, tu te poses des questions. Une fois la colère passée, mes concitoyens décident de s’attribuer les mérites d’Amour, qui est à la base estampillé autrichien, en disant grosso modo: « de toute façon il a été tourné en France », dois-je rappeler que The Artist a été entièrement tourné aux USA ? Oui, il semblerait qu’on soit un peu amnésique dans l’hexagone et très mauvais joueur.

Cas d’école

Alors venons-en au cas d’Intouchables et à son scénario. Quand on voit ceux des films comme Zero Dark Thirty, Lincoln, The Master, qui jouent réellement dans le registre du drame et Intouchables qui a le cul entre deux chaises (pardonnez-moi l’expression) avec ses blagues made in Canal Plus nouvelle génération : « pas de bras, pas de chocolat », on se pose quelques questions. Et si vous doutez encore, comparez ce film à Django Unchained par exemple, qui mélange drame et comédie. Alors ? Oui, de suite c’est plus parlant. On peut également parler technique avec la façon française de filmer qui confond film et pub Ikea (photo 1) et  l’américaine (photo 2). Le véritable problème ne vient donc pas du tout des acteurs qui sont bons, il vient du besoin de « popularité » et de succès. On va pas s’en cacher, un scénario où un vieux riche mourant côtoie un ex-taulard banlieusard, c’est du gâteau ! Mais c’est surtout bien insuffisant pour rivaliser avec des scénarios où la réalité est décriée noir sur blanc, sans être enjolivée de blagues lourdingues. Ils auraient tellement pu faire mieux avec une histoire aussi touchante. Finalement, on en restera à l’immense succès commercial amplement mérité, un très bon divertissement.

À l’inverse, De Rouille et d’Os, avait de bonnes raisons d’aller plus loin, niveau technique c’est impeccable, niveau scénario c’est pas mal, mais dans l’ensemble le film est plutôt pompeux. Bien que Cotillard soit encore une fois brillante dans son interprétation, elle ne trouve pas la force de porter le film pour autant. Au final, la prestation de Marion est oubliée, peut être à cause de l’attitude -que je trouve- prétentieuse du réalisateur et qui se retranscrit dans son bébé. Bref, on est cependant content pour Emmanuelle Riva, moi j’en suis extrêmement heureuse et je pense sincèrement qu’elle est bien partie pour entendre « And the Oscar goes to Emmanouelle Riva ».

Intouchables ©blogs.furman.edu
(photo 1)

Lincoln ©slate.fr
(photo 2)

Les éternelles absences

Côté anglophones, il y a mes prédictions passées avec The Hobbit et The Dark Knight Rises, j’y croyais dur comme fer, car c’était des avions de chasse dans les films à venir. Nolan et Jackson, qui ont toujours émancipé leur genre des diktats imposés, méritaient au moins une nomination autre que technique, un genre de remerciement pour service-rendu au cinéma. Puis il y a aussi des films comme Skyfall, Moonrise Kingdom, Killing Them Softy et surtout Looper. Ainsi que des acteurs, en particulier Sunraj Sharma qui m’a terriblement émue dans L’Odyssée de Pi, mais également Leonardo DiCaprio, toujours boudé par les membres, Samuel L. Jackson, Jack Black, Matthew McConaughey, etc. Le plus surprenant vient principalement de l’absence de Ben Affleck et de Kathryn Bigelow à l’Oscar du meilleur réalisateur. Niveau blague, on a rarement fait mieux à l’académie, à moins que les non-nominations de Michael Fassbender et de Ryan Gosling peuvent encore être considérées comme des blagues. En hommage aux autres snobés, voici une petite vidéo hommage : Enjoy It !

Encore une fois, beaucoup d’oubliés mais beaucoup de gratifiés, il fallait faire un choix, et ce n’est pas plus mal ainsi.

Article rédigé par Magalie Laur

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …