TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESVincent & Juliette: duo de rue pour chansons jolies

Ils se prénomment Alice et Tristan, mais dans la rue c’est Vincent & Juliette. Deuxième groupe invité à se produire pour la Dominicale «X-mas Swing» le 16 décembre dernier au bar La Maison, leur répertoire se compose essentiellement de morceaux de jazz et de « chansons jolies ». Nous avons cherché à en savoir plus sur leur projet et leur identité musicale. Portrait.

"Le duo en acoustique place de Belfort à Toulouse" - ©Vincent & Juliette

Vincent est vêtue d’une robe un brin rétro, très années 1960, vert pomme à grands carreaux bleus, collants noirs, un gilet gris bleuté qui chapeaute le tout. Juliette, guitare en main, porte une chemise dans les mêmes tons bleus-verts. D’une voix douce, leurs mélodies sont en complète adéquation avec  les odeurs sucrées qui envahissent La Maison en cette dernière Dominicale de l’année 2012. Leur répertoire, ce sont des «chansons jolies», comme tient à me souligner la charmante Vincent. Avec un zeste de nostalgie aussi.

Le duo existe depuis presque un an désormais. Mais Vincent (Alice Besnard), au chant, et Juliette (Tristan Luginbuhl), à la guitare, se produisent essentiellement à l’air libre dans les rues toulousaines depuis juillet dernier. Ils sont étudiants en musicologie à l’université du Mirail et ont à peine la vingtaine. Ils voient avant tout leur projet musical comme une aventure à deux, un peu expérimental par passion pour la musique. «Nous ce qu’on fait c’est pour jouer ensemble, c’est aussi pour gagner des sous, pour mener des projets voilà, pour progresser et bosser vraiment la musique », me fait remarquer Vincent. Elle ajoute: «Le répertoire n’est pas à nous. On le met à notre sauce avec des arrangements forcément persos puisque c’est guitare et voix, mais on n’a pas la même marge de manoeuvre avec ce genre de musique».

De la balade nostalgique aux grands standards de jazz en passant par la chanson posée et attendrissante, voilà de quoi se compose leur répertoire. Il s’agit exclusivement de reprises jazz avec cette volonté des deux jeunes musiciens de ne pas s’enfermer dans un style prédéfini. L’idée de composer leurs propres textes et mélodies ne leur est pas étrangère: « On commence à monter des compos, donc ça prendra peut-être une forme différente, peut-être une autre couleur avec des choses plus personnelles. Mais pour l’instant il s’agit d’un duo acoustique de reprise jazz et de chansons jolies », nous confie Vincent. « Pour l’instant, nous, on aime jouer, voilà. Est-ce que tout vaut la peine d’être enregistré ? ». La question est posée.

La rue comme espace de production

« C’est pour ça qu’on joue dans la rue et pas dans des bar,s parce qu’on a du mal à vendre ce qu’on fait dans le sens où c’est pas à nous. (…) C’était la première fois qu’on jouait en intérieur. On joue rue Alsace Lorraine d’habitude », complète Juliette. Sur ce thème, ils sont à l’unisson: la rue est leur espace de production privilégié où ils peuvent jouer et s’exprimer pour progresser avant de se poser les questions sur leur avenir.

Car le jeune duo est travaillé par toute une série d’interrogations sur le devenir de leur aventure: faut-il enregistrer un album? Vont-ils faire de leur musique leur profession? « Ce sont des questions un peu philosophiques sur la musique qu’on prend pas forcément à la légère parce que justement c’est récurrent. On est dans un milieu de jeunes musiciens où on est amené à voir des gens qui évoluent là dedans avec tous les doutes que ça amène. On nous demande forcément ce qu’on veut faire après, donc on pense aussi peut-être à en faire un métier. Ce sont des vrais questions quoi », conclut Vincent. Mais pour l’heure, la rue attend leurs douces balades.

Retrouvez le duo Vincent & Juliette sur leur page Facebook et sur le pavé toulousain à l’occasion.

 

Article rédigé par Florian Bardou

(A)parté pas si vite !

La confusion sexuelle: pour du vin sans pesticide

[AUDIO] La confusion sexuelle permet aux vignerons de lutter contre les parasites du raisin sans …