TEMPS DE LECTURE : 1 MINUTESALBUM / Bloc Party « Four »

Vigoureux, Bloc Party revient avec un quatrième album délicieusement régressif, aux faux accents hard rock, aux vrais morceaux de bravoure saccadée.

On croyait Bloc Party perdu dans les méandres de leur pop incisive, instaurée avec brio par Silent Alarm, confirmé dans une indifférence un peu injuste avec les deux suivants. Après l’escapade solo de leur leader Kele Okereke il y a deux ans, le quatuor décide de remettre le couvert avec un quatrième album sobrement intitulé Four, revenant à des sources rock dans une espèce de synthèse des sous-genres diablement efficace. Octopus, single en trompe-l’œil, dans la lignée de leurs tubes sous convulsions, n’était que l’arbre qui cachait la forêt : emphase FM pour Day Four ou Truth, qui nous rappellent l’âge d’or pop que nous traversons avec des groupes comme Two Door Cinema Club, côtoyant l’inattendu, l’explosif, et les connotations loud punk boursoufflées de Kettling ou Coliseum, que l’on jurerait tout droit sortis d’un disque de Beck ou Death from Above 1979. Avec Four, Bloc Party ferme le cercle qu’il avait lui-même commencé à dessiner à coup de scalpel mécanique il y a 8 ans, pour l’achever dans une orgie cinglante et consciente.

Article rédigé par Matthias Haghcheno

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …