TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESFILM / The Tree of Life


Titre : The Tree of Life

Réalisateur : Terrence Malick

Date de sortie : 17 Mai 2011

Pays : USA

Le film en un tweet : « #Naissance. #Mer. #Destruction. #Renaissance. #Éternité. #Sentiments. #Peur. #Vie. #Vie. #Vie. #Disparition. #Ciel  » 

Commentaires : Voir The Tree of Life est une façon de s’initier à un autre cinéma, non pas le cinéma hollywoodien des films à effets spéciaux, bien que Malick y a eu recours, mais au cinéma spirituel voir philosophique. À quoi sert-on ? Comment nait-on ? Comment meurt-on ? L’Homme, tout comme la Terre avant lui, nait, vit, puis meurt et chaque étape est observée et vécue à travers une caméra en or, sans bruit, sans dialogue. The Tree of Life fait parti de ces films qui sont fait pour être vus sur grand écran. Assis devant un 125 cm, la nature perdrait ses propres droits et son immensité. Cette même immensité qui surplombe l’espèce humaine est le fil conducteur de cette fable. L’homme a peur, dont le personnage jouer avec brio par Brad Pitt, peur de l’avenir, des autres, de ne pas réussir, car si la nature est la représentation même de la grandeur, l’homme n’en ai que le produit, le pantin. Cependant, le film tend à assommer les moins curieux, en partie à cause de la rareté des dialogues et des actions. Seule la musique classique rythme la lenteur des scènes. À l’inverse des documentaires que l’on regardait au collège, Terrence Malick n’a jamais cherché à se sentir pédagogue, bien au contraire, il s’impose en maître, en gardien. Il montre, fait observer, sans jamais expliquer. Finalement, si The Tree of Life a tant fait débattre sur sa légitimité, c’est sans nul doute à cause du caractère religieux de cette histoire. La vie n’est-elle pas une forme de croyance ? L’arbre de la vie finit toujours par mourir après tout.

Contexte : En quatre décennies, alors que des réalisateurs ambitieux auraient réalisé une vingtaine de films, Terrence Malick n’a à son actif que cinq films. Néanmoins, chacun d’eux fut véritablement acclamé par les critiques et considéré à ce jour comme des chefs d’oeuvre. Souvent comparé, à tort ou à raison à Stanley Kubrick, il partage avec son aîné un goût pour la musique classique très présente dans leurs oeuvres ainsi que le cinéma cosmique et spirituel. De The Tree of Life, il en fera son 2001, l’Odyssée de l’Espace et en obtiendra la Palme D’Or à Cannes en 2011. Brad Pitt, alors que simple producteur, décidera à la lecture du script qui bouillonné dans la tête du maestro dès 1970, de demander le rôle de Monsieur O’Brien. Attendu comme le messie, The Tree Of Life sort enfin en 2011 après 5 ans de suspense où les informations sortaient au compte goutte.

Séquence dispensable : Absolument aucune. Certaines scènes peuvent paraître interminables notamment celle avec Sean Penn mais sans elles, il manquerait un côté profond et solennel qu’apporte son charisme.

Séquence indispensable :L’ensemble des scènes évoquants la naissance de la Terre, les scènes où Mr O’Brien impose à sa famille une pression pour survivre, avec une rage à demi retenue.

Les acteurs qui auraient pu jouer : Pour jouer de tels rôles qui demandent avant tout une présence visuelle et non pas verbale, le trio Pitt-Penn-Chastaing ne peut être changé. Chacun est parfaitement à sa place.

Réplique à retenir : « Frappe-moi, vas-y fils, frappe-moi ! « 

Morale : La vie est précieuse, elle n’est pas acquise et peut disparaître en une seconde, à l’image de la mort des cellules.

Pourcentage : 95 %

Avis du conseil : Miraculeux, ce film est un chef d’œuvre profond et spirituel sans le pathos habituel des documentaires scientifiques pompeux.

Suite logique : Vivre (et prendre le temps de voir ou revoir ses autres films)

© dvdclassik.com

Article rédigé par Magalie Laur

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …