TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESLIVRE / « Dracula », Bram Stoker

Titre : Dracula

Auteur : Bram Stoker

Date de sortie : 1897

Pays : Royaume-Uni

Le livre en un tweet : « Préparez vos crucifix et gousses d’ail ! » #arméefrançaise

Commentaires. Dracula est le genre de livre duquel on a beaucoup d’attentes. On comprend rapidement que la pérennité de son mythe provient de la sobriété et du réalisme avec lesquels son histoire est racontée. Composé uniquement de journaux intimes de tous les personnages principaux, le lecteur possède tous les points de vue sur l’action. Arpentant les rues d’un Londres brumeux et inquiétant, Bram Stoker ne perd jamais de vue son but, et ne dérive jamais du style littéraire qu’il s’est promis de suivre. Dans un style laissant place aux longueurs, et qui ne plaira pas à tout le monde, l’angoisse est malgré tout permanente, et l’on prend un véritable plaisir à découvrir les personnages. Ceux-ci piétinent longtemps dans l’ignorance, même lorsqu’ils se croient à l’abri, et le désespoir les gagne alors que le danger semblait avoir été vaincu. La ruse du vampire est terrifiante, et l’on ne sait jamais quelle atrocité il se prépare à commettre. A la manière d’un auteur comme H.P. Lovecraft, le fantastique est une infime partie de l’histoire. L’important, ici, c’est le cheminement de pensée d’un personnage condamné et que l’on prendrait presque en pitié. L’important, ce sont les sentiments des personnages et l’insécurité permanente qui ne leur laisse aucun repos. La présence des deux médecins Van Helsing et Seward apporte un aspect scientifique qui nous aide à comprendre le fonctionnement du comte, sa manipulation des êtres et à quel point ses desseins ont été calculés. Après plusieurs centaines de pages, on a l’impression d’avoir vécu aux côtés des personnages durant une partie importante de leur vie, et d’avoir senti notre cœur battre à la même vitesse que le leur.

Contexte. Dans la période gothique de la fin du XIXème siècle, et dans le pays où est né ce courant, l’ambiance qu’installe Bram Stoker ne semble pas si loin de la réalité, vampires en moins. Personnage très intéressant, l’auteur écrira de nombreux romans, et rencontrera les plus grands écrivains de son époque, Oscar Wilde en tête de liste.

Page dispensable. Peut être la longueur de la description journalistique de l’arrivée du bateau, dans le premier quart du roman.

Page indispensable. Le piège tendu à Miss Lucy monstrueuse, pureté enfermée dans un corps diabolique qui n’a plus le contrôle d’elle-même.

Il aurait pu rendre jaloux : Il rend jaloux tous les écrivains du dimanche qui publient des sagas vampiriques. Je ne citerai personne.

Morale : Ne pas inviter n’importe qui à entrer chez soi. Cela peut occasionner une gêne passagère, et parfois, une métamorphose en vampire.

Ce qu’en diront les autres. « Dracula. Juste ces trois syllabes, jetées sur une page blanche. Ça ne paye pas de mine. Et pourtant, tant de symboles sont rattachés à ces trois petites syllabes. Le vampirisme évidemment. Mais aussi l’amour. L’élégance. La cruauté. » Lestat sur Livres.krinein.com

Pourcentage : 83%

Avis du conseil. Félicitations du jury pour votre imagination, votre cohérence, et la trace indélébile que vous avez laissé dans le paysage artistique.

Suite logique. Voir les dérivés cinématographiques qu’a engendrés l’œuvre, du Nosferatu de Murnau au Dracula de Coppola, et ne pas voir la comédie musicale.

Article rédigé par Olivier Cherfan

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …