TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESFILM / Radiostars

Titre : Radiostars

Réalisateur : Romain Lévy

Pays : France

Date de sortie : Avril 2012

Le film en un tweet : « J’ai de la radioactivité qui me transperce le corps à cause de @Radiostars. Ouvrez la douche à vannes et purifiez moi de fous rires! » @GgRrEegOorY

Commentaires : Le film de Romain Lévy se veut cool et dans l’air du temps. Faire de la musique indépendante actuelle le sujet d’un film français, c’est osé. Cependant, le soufflé se dégonfle très vite: la musique est très peu présente durant le film, présentant un groupe d’animateurs radio plus boute-en-train les uns que les autres. Le jeu des acteurs est plutôt bon, et il est plaisant de voir Clovis Cornillac dans le rôle du leader au franc-parler, qui offre de beaux moments d’émotion malgré tout. Là où le film voit juste, c’est dans cette passion que dégage chacun des protagonistes envers leur métier. Souvent des bras cassés, le rôle principal passe un peu au second plan et ne luit pas par son originalité. Certains moments sont délectables, comme le boeuf dans le bus qui vise juste, ou la rencontre avec le rappeur et sa femme, véritable bimbo chiffonière. Ce qui est dommage dans Radiostars, ce sont les blagues qui sont parfois faciles, et un manque de concrétisation des moments forts. Ainsi, la scène finale laisse sur sa faim, on sent clairement qu’il manque quelque chose pour la compléter. On sent la volonté de créer une ambiance à la Good Morning England, mais il manque le point de vue très spécifique des anglais, et le second degré fait parfois artificiel. Bel essai, avec de bonnes idées mais un manque d’expérience malgré tout. Au-dessus de la moitié des daubes françaises qui sortent tous les mois.

Contexte : Fort d’un casting d’acteurs en vogue, le film s’immisce dans un cinéma français navrant dans 90% des cas. Les 10% restants étant souvent des drames ou des films moins grand-public, on apprécie l’idée de ce film, qui arrive à point nommé pour raviver ce sombre tableau et redonner un peu de gaieté aux gens. Romain Lévy, notamment scénariste des 11 Commandements et de Cyprien, signe ici son premier film en tant que réalisateur. Merci à lui d’avoir au moins mieux choisi le sujet de son film.

Réplique à retenir : « Alors Ben, toi, tu fais tout à l’envers : tu te suicides d’abord et ensuite t’écoutes Mylène Farmer »

Scène dispensable : Des longueurs, et du sexisme parfois douteux.

Scène indispensable : Clovis Cornillac qui s’énerve contre le père d’un jeune garçon plein de rêves.

Les acteurs qui auraient pu jouer : Booba dans le rôle du rappeur, ce qui aurait été le parfait reflet de la réalité. Philippe Katherine dans le rôle du père marié avec des gosses, joué dans le film par Philippe Demolon, aurait été jouissif.

Pourcentage : 55%

Morale : Parler de musique, c’est bien. L’écouter, c’est mieux.

Avis du conseil : Il transparaît de cet essai que pour son créateur, l’amitié est importante. Bon sens de la collectivité.

Suite logique : Créer une radio.

Article rédigé par Olivier Cherfan

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …