TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESFILM / Scott Pilgrim Vs. The World

Cet article a été publié il y a 10 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

 

Titre : Scott Pilgrim Vs. The World

Réalisateur : Edgard Wright (d’après les bandes dessinées de Brian Lee O’Malley)

Date de sortie : Décembre 2010

Pays : Canada/USA

Le film en un tweet : « Donnez-moi ses cheveux, et son copain #RamonaFlowers »

Commentaires : Scott Pilgrim à 22 ans, il est bassiste pour le groupe de rock les Sex Bob-omb mais surtout, c’est un sacré loser. Handicapé avec les filles, il sort avec une jeune lycéenne avant de voir sa vie bouleversée par l’arrivée de Ramona Flowers, jeune fille énigmatique qui en vient à hanter ses pensées. Il parvient maladroitement à sortir avec elle, mais c’était sans compter sur les sept ex maléfiques de Ramona. Pour obtenir le droit d’être le petit ami de cette dernière, Scott va devoir combattre. Lui qui n’est déjà pas capable de quitter sa petite amie lycéenne dignement. Toute la saveur du film réside dans ses références constantes au monde du jeu-vidéo. Des bruitages, aux scènes de combat orchestrées comme des parties de Tekken, en passant par l’anecdote de Scott sur PacMan pour aborder une fille, chaque aspect du film agit comme une madeleine de Proust électronique. On ressort du film avec l’irrésistible envie de porter des t-shirts ringards pour jouer sur une vieille console en écoutant le garage rock des Sex Bob-omb.

Contexte : Le réalisateur du très récompensé Shaun Of The Dead s’attaque ici, avec succès, à une BD originale, entre comic et manga. Depuis Scott Pilgrim est -en toute logique- devenu un jeu vidéo, complétant ainsi l’univers lié au personnage.

Séquence dispensable : En toute subjectivité, aucune.

Séquence indispensable : La battle musicale des Sex Bob-omb face aux jumeaux-ex de Ramona. Joussif.

Les acteurs qui auraient pu jouer : Je ne vois personne pour remplacer Michael Cera dans le rôle de Scott Pilgrim tant l’image du loser attendrissant semble lui coller à la peau. J’aurais bien remplacé Mary Elizabeth Winstead (Ramona) par une actrice à l’air un peu plus enfantin mais tout aussi blasé et mystérieux. Je trouve qu’elle forme un couple vraiment assorti avec Michael Cera.

Réplique à retenir : « Est-ce que vous avez vu une fille avec des cheveux… comme ça ? »

Morale : N’importe quel loser peut sortir avec la fille de ses rêves. Il suffit d’être musicien.

Pourcentage : 90%

Avis du conseil : Très bon travail. Pas de hors-sujet, un développement dynamique et un dénouement intéressant. Continuer ainsi.

Suite logique : Une partie de jeu vidéo ou un concert de rock. Reprendre sa résolution d’apprendre à jouer sérieusement de la basse/batterie/guitare. S’acheter de la teinture rose pour les cheveux.

 

Cet article a été publié il y a 10 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Article rédigé par Victoria Bach

(A)parté pas si vite !

Museum de Toulouse : une expo consacrée aux «Magies et sorcelleries»

Cet article a été publié il y a 1 an. Il commence à dater mais …