TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESFilm / Les Infidèles

Cet article a été publié il y a 10 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

 

Réalisateurs : Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Emmanuelle Bercot, Fred Cavayé, Michel Hazanavicius, Eric Lartigau et Alexandre Courtes

Date de sortie : 2012

Pays : France

Le film en un tweet : « Je pensais que Guillaume Canet ne pouvait pas faire pire que le déguisement d’ananas, je me suis trompé. #WTF #LesInfidèles »

Commentaires : Avant même d’être sorti en salle, le film a fait couler beaucoup d’encre dans les médias suite aux réactions vives de féministes en colère. Les affiches de promotion proposées par Jean Dujardin et Gilles Lellouche ont même été victimes de censure, jugées dégradantes pour l’image de la femme. Il y a un peu d’audace certes, mais n’est-ce pas le but premier de la publicité d’être tape à l’oeil ?  Nous sommes tellement choqués de rien aujourd’hui, que l’on en oublie même l’adage que l’on nous apprend enfant : « il ne faut pas juger un livre à sa couverture » . Cela est d’autant plus énervant que le film ne se veut pas une comédie lambda, comme nous le vend l’objet du scandale. Ce que nous propose les deux acteurs est un projet abouti mêlant comédie oui, mais drame également. On navigue entre le premier degré et le troisième sans cesse, en passant par le caricatural, tout en restant dans une sincérité épatante. L’envie était de rire des choses, de les assumer dans le jeu, et de jouer parfois avec les clichés ou d’écorner les idées reçues en s’affranchissant de toutes lois censées régir le genre. Mesdames n’ayez crainte, vous n’êtes pas les plus mal loties dans ce film. Le retour de bâton pour les messieurs est plus que violent.

Contexte : Ce film est né d’une idée de Jean Dujardin et de Gilles Lellouche de faire un film à sketchs avec la variété que cela permet dans un format cinéma. Le thème de l’infidélité est venu très vite après que le tandem ait entendu une fourberie intéressante pratiquée par un homme pour tromper sa femme. Ne se voyant pas endosser tout le poids que la réalisation d’un tel film demande, le duo s’est attribué les services de réalisateurs confirmés à l’instar de Michel Hazavicius ou encore de Fred Cavaye. Idem pour l’interprétation en contactant des personnes de talent, comme certains de leurs amis (Guillaume Canet, Manu Payet…) et même leurs compagnes (Alexandra Lamy, Mélanie Doutey…). Le film se veut une aventure entre copains (comme nous avons pu le voir dernièrement avec “Les Petits Mouchoirs”) au thème délicat certes, mais abordé d’une main de maître.

Séquence dispensable : Peut être la dernière partie de l’épilogue.

Séquence indispensable : La dernière pastille d’entre sketchs avec l’excellente Sandrine Kiberlain.

Réplique à retenir : « Le castor est fidèle, c’est normal il a la queue plate.»

Ce qu’en diront les autres : « Jean Dujardin et Gilles Lellouche ont accouché d’un film machiste et  irrespectueux à l’égard de l’image de la femme. Ils ne contribuent en aucune façon au changement des mentalités afin de valoriser son statut dans la société.  » – Une représentante d’une association féministe montée au créneau.

Pourcentage : 82%

Avis du conseil : Un projet de groupe très intéressant bien qu’ambitieux. Tout le monde a fait gage d’implication, félicitations.

Suite logique : Mettre fin à ses relations extra-conjugales pour ceux qui en entretiennent, et pour les autres, partir en road-trip avec un pote.

 

 

 

 

Cet article a été publié il y a 10 ans. Il commence à dater mais n'est pas forcément obsolète.

Article rédigé par jordanm

(A)parté pas si vite !

Museum de Toulouse : une expo consacrée aux «Magies et sorcelleries»

Cet article a été publié il y a 1 an. Il commence à dater mais …