TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESRetour vers le… passé.

(c)cinetelerevue.be

A l’heure où nous avançons doucement dans l’année 2012 et d’une fin de notre civilisation, les chaînes de télévision n’ont rien de mieux à faire que de nous resservir des émissions sorties, pour la énième fois, du congélateur. Et comme tout le monde le sait, à force de recongeler, le produit n’est plus consommable.

Pourtant tout commencait bien, le 29 novembre, tout le pays connait une révolution. Bonjour la télévision numérique et ses nouvelles chaînes. Mais… notre écran boudeur refuse de vieillir et nous présente une multitude d’anciennes séries et d’émissions qui nous rendent nostalgiques des années 80 et 90.

Série fais moi peur !

Il y a un premier syndrome qui se manifeste par la rediffusion des séries phares. Direct 8 rachète Beverly Hills 90210, personne n’a oublié le couple mythique Dylan et Brenda. (Vous voyez, vous êtes touchés). L’avantage de ces séries est leur coût (faible). En effet, pour des chaines émergentes de la TNT, c’est une bonne occasion de combler les grilles de programmes avec des émissions ayant déjà fait leur preuve.

Pour vous faire un bref détail des séries, on retrouve : Les filles d’à coté (1994) programmé sur TMC et sur NT1 à la même heure; L’amour du risque (1979) sur Direct 8; Friends (1994) sur NRJ 12 et France 4; Urgences (1994) sur France 4 et pour finir cette liste qui est n’est qu’un aperçu, Parker Lewis ne perd jamais (1990) sur MCM.

« Viens danser, sous les sunlights des tropiques »

Le second syndrome est je pense le plus vicieux car il y a un plaisir coupable à vouloir le regarder. Ce sont les émissions récemment diffusées sur M6 , « Les années 90… le retour! » aussi déclinées pour les années 80 et 2000. La chaîne nous le vend très bien à l’aide de cette fabuleuse phrase que nous traduirons ensuite: une soirée exceptionnelle placée sous le signe de la nostalgie.

Les artistes les plus marquants des années 90 seront là sur scène pour interpréter leurs plus grands tubes de l’époque dans des versions inédites, sous forme de medley ! Traduction: une soirée qui va plaire à la ménagère car elle va pouvoir chanter comme si elle avait vingt ans de moins , en regardant des artistes qui chanterons en play-back, tout ça non pas par plaisir mais pour de l’argent, bien sûr ! Je suis médisant je vous l’accorde, mais un Benny B ou un Boris ça passe toujours aussi bien.

Le million, le million !

Le dernier syndrome que je tiens à évoquer, ce sont les jeux télévisés. Les roi de l’accès prime-time sur les chaines généralistes se partagent la tranche horaire a tour de rôle. Un coup Le juste prix, un coup Une Famille en Or ou encore La Roue de la Fortune. Rien de nouveau juste un nouveau casting et une actualisation du décor. D’autres ne changent pas comme les Z’amours ou Motus. C’est le moment familial idéal, un jeux pour tous, des cadeaux qui font rêver et un soupçon de niaiserie. Et oui c’est ça la recette du succès, pourquoi faire autre chose ? Mais tous ces coming back n’ont pas réussi une minute de silence pour Tournez manège, Fasila Chanté et tous les autres…

Finalement, nous avons le Stockholm Syndrome, nous nous sommes attachés à ce que nous avons en face de nous à force de la voir tous les jours. J’espère juste que la crise de la quarantaine de notre télévision ne durera pas trop longtemps. Regardons enfin droit devant , il ne faut pas avoir peur. De toute façon rien ne peut être pire que les boys band, les chemises bouffantes rose pâle et l’eurodance.

Je vais finir par cette petite phrase qui vous fera réfléchir je l’espère.

Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. (Patrick Le Lay, ex-président de TF1)

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Déconfinement: masque obligatoire, barrage filtrant et gel désinfectant dans les transports à Toulouse

[Publication: 07/05/20. MàJ 15/05/20: avec les précisions du président de Tisséo-Collectivités sur la distribution de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *