TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESEn Aparté avec… Pierre-Jean Cassan

Jean-Philippe Moulet (c)

Pierre-Jean Cassan est musicien dans le groupe toulouso-rennais, Asian Porn Stars. Il joue du synthétiseur dans ce groupe multirégional et vit sa première expérience au sein d’un groupe. Premier concert, première tournée et première interview pour un garçon sage, mais pas trop.

 

Quel est le meilleur souvenir de tournée que tu gardes en tête ? 
C’était notre concert à La Marquise, à Lyon. L’ambiance était géniale, les gens venaient nous féliciter à la fin du concert. J’ai pas vraiment eu l’habitude de vivre ça, c’est ma première expérience en groupe et surtout, en live.

Tu as rejoint le groupe il y a peu de temps, c’était ton premier concert. Comment as-tu vécu cette première fois ?
Ce jour-là, à Lyon, j’étais très excité, jusqu’au moment où il a commencé à pleuvoir. C’était une pluie torrentielle. Je me suis dit qu’il y aurait personne à cette soirée, j’étais un peu dégouté et je boudais dans un coin de la salle. Je me disais que les gens ne viendraient jamais. Je faisais un peu la gueule. Mais finalement, les gens étaient là, en nombre. La salle était pleine, et pour être honnête, je me suis éclaté.

Tu t’es bien senti sur scène ?
Oui, ça allait. Les autres membres du groupes m’ont dit que ça allait aussi. Mon test était réussi, donc nous avons poursuivi ensemble l’aventure.

Il y a un moment particulier dont tu as le souvenir en tournée ? 
C’était à Toulouse, il n’y avait pas de matériel, pas de backline, pas de sonorisation. C’était un concert catastrophique, l’électricité coupait entre les morceaux. C’est ce que j’appelle un mauvais souvenir.

Vous n’êtes signés nulle part, comment vous organisez le déroulement et la gestion de la tournée ?
Le bouche à oreille et nos contacts sont pour le moments nos seules alternatives à un tourneur professionnel. Tant qu’on ne joue pas à perte, on joue.

Vous tournez comment ?
La mère du chanteur à une grande voiture. On l’utilise à chaque concert, c’est notre moyen de locomotion attitré. On remplit la voiture à ras-bord et on dévale les autoroutes.

Un souvenir rigolo de votre tournée ? 
Oui, un mec à Lyon voulait absolument faire la fête avec nous. A la fin du concert, on le trouvait plus. C’est que plus tard que l’on s’est rendus compte que ce mec était en train de faire caca en plein milieu de la salle. Il s’est finalement fait virer, mais c’était quand même assez drôle sur le coup.

Et si tu devais raconter un moment de cette tournée à tes enfants ?
Notre passage au Bus Palladium était un moment exceptionnel. Le son, les lumières, tout était réuni pour un concert inoubliable. C’est une salle mythique, on a vécu une super expérience.

En tournée, tu te débrouilles comment pour tuer l’ennui ?
On dort, on fait les cons et on se filme en permanence. De toute façon, la plupart du temps, on est assez pressés car on n’est pas encadrés par une structure ou un staff technique.

Quelque chose te manque en tournée ? 
Le confort, peut-être. Quoique, on n’est pas encore partis assez longtemps pour s’en plaindre. En fait, non, c’est cool, tout va bien (rires).

Pour finir, tu as quelque chose à rajouter ?
Oui : amour.

Asian Porn Stars sur Myspace

Retrouvez la suite du dossier « On the road again » ici

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

En Aparté avec … El Gringo, (très) jeune dessinateur

Bientôt majeur, le Toulousain El Gringo publie sur son compte Instagram ses dessins axés sur …