TEMPS DE LECTURE : 8 MINUTESEn Aparté avec… Margarita Safarova

Alors que les fashion shows de l’hiver se préparent sous les ores des grandes maisons de couture, en Ouzbekistan, on se remet de la Art Uz week. Cette semaine de la mode qui a eu lieu du 23 au 28 octobre en est à sa cinquième édition. Margarita Safarova, jeune créatrice ouzbek s’exprime sur sa passion de la mode et nous distille quelques conseils en ces temps de fêtes.

Avec  des master class de l’école Martinière Diderot, des défilés de créateurs comme Kamishima Shinami, des concerts dont celui d’Enio Morricone, c’est le monde qui s’est invité dans cette ex-république d’URSS. Mais ce qui a retenu notre attention, ce sont les talents locaux  mis en avant lors du défilé  Underground Youth Fashion Show. Beaucoup nous ont touché, que ce soit Lidia Andre, Da-Shick ou Klara Runa. Mais c’est Margarita Safarova, jeune créatrice de 24 ans, que nous avons rencontrée. Elle se distingue par son talent à mélanger les influences, entre tradition ouzkeck et modernité des coupes.

Margarita Safavrova entourée de ces manequins, Art Week Style.uz 2011 (c)
Margarita Safarova entourée de ses manequins, Art Week Style.uz 2011 (c)

Aparté.com : Pourquoi la mode ?

Margareta Safarova : Je me sens à l’aise dans la mode et le design. Je suis passionnée, toujours ravie de créer, essayer de comprendre l’âme de chaque personne, de chaque individu.

Qui est Margareta Safarova ?

M.S : Je pense que même les personnes qui ont du vécu ne se connaissent pas elles mêmes. Que répondre à cette question ? Pour commencer, je peux affirmer que je suis une personne positive. Les mauvais cotés de la vie, je les prends comme des expériences nécessaires à  l’existence qui ne peuvent que vous faire grandir et aller de l’avant. D’un autre coté, je suis très critique vis à vis de mon travail ce qui est très important à mon sens pour une personne  qui travaille dans la mode. C’est pour moi une qualité primordiale qui pousse au perfectionnisme ! J’aime les voyages et cela m’inspire beaucoup pour mes créations. J’y mets aussi beaucoup de désir et un supplément d’âme ! En ce moment, j’attache de l’importance au contact avec les gens qui m’entourent. Dans mon école  et dans mon métier, je suis environnée par des gens créatifs et plein d’humour qui m’apportent beaucoup. Mes rencontres avec des gens différents m’apprennent à comprendre l’altérité.

Parlez nous de votre cursus universitaire…

Après avoir terminé mes études primaires et secondaires, j’ai continué au Collège polytechnique de Tashkent. Là bas, j’ai compris le côté technique de ma future profession de créatrice, la modélisation, la conception de vêtements etc. En 2009, je suis entrée à l’Institut National d’art et Design de Tashkent. Mes études dans cet institut me  donnent une base stable, une culture importante.

défilé Safarova, Art Week Style.uz 2011 (c)
défilé Safarova, Art Week Style.uz 2011 (c)

Où trouvez-vous l’inspiration ? Quels sont vos créateurs préférés ?

Pour moi, l’inspiration est un état d’esprit sans lequel il n’est pas possible de créer de belles choses. Mes inspirations pour cette collection se résument en un seul mot : « Voyages ». Il  combine pour moi l’histoire et les traditions, comme une sorte d’environnement, d’habitat, ce qui est toujours très intéressant. Quand je commence à créer une collection d’une certaine manière, je suis dans un voyage, cela m’apporte des idées. J’ai été une fan de la culture rap, pop, qui ont influencé le choix des marques et des vêtements que je portais adolescente. Je me souviens aussi de la période durant laquelle mes vêtements choquaient toujours les gens autour de moi par leurs cotés extraordinaires avec des couleurs fortes.

Mais pour moi, il existe LA marque, à propos de laquelle je peux parler des heures entières. Vous pouvez penser que c’est banal, mais pour moi, c’est Chanel. Gabrielle Chanel, la créatrice de cette maison était une personne pleine d’intuition, ce qui est une qualité première en ce qui concerne la mode. C’est peut-être ce qui fait que différentes générations adorent cette marque.

Pourquoi vous être inspirée de l’artisanat traditionnel ouzbek pour vos créations ?

Les motifs d’Asie centrale sont à l’apogée de la popularité aujourd’hui. La preuve :  les collections de designers de renom tels que Gucci et Oscar de la Renta en sont pleins (ndlr : même les célébrités en portent). L’idée de mettre ce tissu à motifs ikat dans ma collection Printemps-Eté a grandi en moi il y a longtemps. Ce qui  m’étonne dans le motif  Ikat, c’est le fait que ce soit une technique de la fabrication des tissus hyper complexe, difficile et traditionnelle à la fois. Pour moi, c’est une haute manifestation de l’art.  Ma collection signifie la création pure pour le printemps et l’été. C’est donc le style, qui identifie le temps qui fait.

Motif ikat, Traditional Uzbek Art, Fashion and Design Exibition, Art Week Style.uz 2011 (c)
Motif ikat, Traditional Uzbek Art, Fashion and Design Exibition, Art Week Style.uz 2011 (c)

Connaissez vous Kamola Akilova, artiste Ouzbek, membre de l’Académie des arts et commissaire d’exposition majeure d’Asie Centrale ? Que pensez-vous de son exposition d’art traditionnel Ouzbek ?

Je ne la connais pas personnellement, mais elle est bien connue ici et en Asie Centrale pour son travail dans le domaine de l’art traditionnel ouzbek. Je pense qu’elle est une personne de talent et très professionnelle. Elle met en avant  notre culture et la présente d’une manière riche et extraordinaire. J’ai particulièrement apprécié l’exposition qu’elle à mis en place pour la semaine de la mode et de l’art. Elle a fait monter une yourte, c’est une tente des nomades de l’Asie centrale,  dans le musée. Je  trouve cela génial, grâce à ça nous pouvons montrer à nos invités de l’étranger la beauté extraordinaire de notre artisanat traditionnel.

Que pensez-vous du festival international d’art et de design qui s’est fini en Octobre ?

Mes professeurs à la fac disent toujours que dans notre métier de designer, il est important de réaliser plusieurs projets en même temps. Faire bouger les vies artistiques, essayer de faire vivre même les idées étranges, tout ça, c’est notre travail ! La première semaine de l’Art Style.Uz est un projet culturel majeur dans une région comme l’Asie centrale. Ici, les participants ont l’occasion de montrer  l’originalité de leur travail. Je pense que c’est bénéfique à l’appréciation du talent des personnes qui vivent dans notre pays.  Je connais ce projet depuis 2008 et cela fait deux ans que je rêve d’y prendre part. C’est  un événement qui ouvre des portes aux jeunes talents.

Quels sont vos conseils vestimentaires pour cet automne et cet hiver ?

Je vous présente un  look très simple avec des couleurs vives qui sont de rigueur pour une occasion particulière : un pull en laine à col roulé assorti à un jean avec une ceinture orange, par dessus un épais manteau d’hiver, à vos pieds des compensés bleues intense. Pour finir, les indispensables gants et bonnets de cette saison. Je porte personnellement une écharpe motif Ikat qui unit toutes les couleurs de ce look. Cet accessoire vous aidera à vous démarquer. La touche finale, un joli bracelet et un maquillage discret, nude même.

C’est bientôt Noël puis le Nouvel An, que nous conseillez-vous de porter ?

Dans notre pays il n’y a pas beaucoup de gens qui fêtent Noël. Nous fêtons surtout la Nouvelle Année la nuit du 31 décembre. Ces deux jours de fêtes sont des moments inattendus, plaisants, gais et chaleureux. La couleur maîtresse de cette période est selon le style Safarova, le jaune. Pour un Noël en famille, la femme portera  une robe en mousseline de soie jaune au dessus des genoux avec un cardigan tricoté. Pour les accessoires, de longues boucles d’oreilles bleu indigo et des bracelets de perle de Kuzmynchock. Pour le nouvel an à l’extérieur, je suggérerais la même robe, portée avec une petite veste de cuir suédé  motifs ikat. La touche finale devrait être mise  avec des boucles d’oreille de diamants jaunes.

De gauche à droite, de bas en haut : robe Safarova, robe COS, gilet motif ikat Marc Jacobs, bracelet Mango, cardigan Lexuemo, chaussures plateforme Zara, boucles d'oreille Accessorize, noeud-papillon Sound Pellegrino, costume Zara
De gauche à droite, de bas en haut : robe Safarova, robe COS, gilet motif ikat Marc Jacobs, bracelet Mango, cardigan Lexuemo, chaussures plateforme Zara, boucles d’oreille Accessorize, noeud-papillon Sound Pellegrino, costume Zara

Quels sont vos projets de défilés, de collaborations ?

Je n’ai que  24 ans, c’est le début de ma carrière de designer !  Présenter ma collection au Art week Style.Uz était un départ parfait ! Et je suis l’une des sept lauréats du festival dans le défilé Underground. Il y a déjà des nombreux projets qui comprennent également la participation à l’ Art  Week Style.Uz 2012. Cette année, et particulièrement pendant cette semaine de la mode, j’ai rencontré beaucoup de gens intéressants d’ici et de l’étranger. J’ai eu diverses propositions de co-créations qui m’ont intéressées. Mais le projet qui m’occupe le plus ces temps-ci est de finir mes études universitaires.

Traduction de l’anglais Nsengimana Mukashyaka

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

En Aparté avec … El Gringo, (très) jeune dessinateur

Bientôt majeur, le Toulousain El Gringo publie sur son compte Instagram ses dessins axés sur …