TEMPS DE LECTURE : 7 MINUTESEn Aparté avec… Jean Nipon

Mercredi 14 Décembre. 21h00. Dehors, il fait très froid. Dedans il fait très bon. Confortablement installé dans un canapé à l’étage d’un célèbre bar toulousain, Aparté.com attend l’insaisissable Jean Nipon, entre autre figure célèbre du feu label Institubes, et tête d’affiche du Laboratoire quelques heures plus tard. 3,2,1 et c’est parti pour une séance de questions et réponses à battons rompus, une joute verbale déjantée dans laquel Jean gagnera par Nipon.

Jean Nipon, illuminé en interview ©Rémi Arcoutel

Aparté.com : Ton dernier E.P., Bakemono, sorti l’été dernier a été chaleureusement salué par la critique. Comment pourrais-tu le décrire aux lecteurs d’Aparté en trois mots
J.N.: En trois mots: énervé, stupide et belge (Ndlr : origine de son nouveau label). A l’origine, mon label voulait que je oriente cet EP vers une production abrasive, un objet techno énervé. Pourtant à l’époque, mes influences puisaient dans la scène anglaise, l’U.K. base, soit un savant mélange hypertravaillé, hyperproduit et absolument pas agressif.

Peux-tu nous en dire plus sur ton nouveau label Midnight Munchies ?
Ceux qui gèrent actuellement le label m’avaient fait jouer plusieurs fois en Belgique auparavant. J’avais réalisé le remix de Do It de Lee Mortimer,  lui aussi signé sur le label, et j’en avais eu de bons retours. Suite à la sortie de l’EP « Bakemono », je suis maintenant concentré sur mon prochain maxi qui devrait bientôt sortir sur un autre label belge.

Un nom à ce maxi ?
Oui… Il se nommera Girl Complex. Ce maxi sera plus en  phase avec la musique que j’écoute, et que  je joue en ce moment. Il devrait rendre hommage particulier aux stars du R&B Américain, que je défonce, comme Ciara, Brandi et Monica. Ça va être cool !

Après la disparition regrettée  d’Institubes début 2011, comment vois-tu l’évolution de la scène électronique française ?
Depuis la fin d’Institubes, Marble et Sound Pellegrino, les deux labels qui lui ont succédé, ont continué à imprimer leur marque à la scène française, et chacun avec un style qui leur est propre. Le premier produit un objet sonore non identifié, discoïde et trash à la fois; le second une house futuriste, avant-gardiste et étrange. Bref, c’est génial vu les nombreuses sorties de maxis! Cette nouvelle scène française est composée des  mecs de chez Marble, Sound Pellegrino, aussi de chez Club Cheval. C’est la déferlante créative, hyper salutaire, post Justice et Bloody Beetroots, la musique que l’on appelait «  turbine ». Désormais, la production est différente, plus recherchée, plus cérébrale. Le futur, quoi !

Toujours en bons termes avec Marble et Sound Pellegrino ?
Bien sûr, nous sommes toujours très potes ! En mars et en avril prochains, nous organiserons ensemble un  festival avec les artistes de Marble, Sound Pellegrino, Institubes. Pendant trois jours, ça va être l’orgie !

Tu y joueras ?
Absolument !

©Rémi Arcoutel


Paris, ville morte la nuit. Thème vu, revu et corrigé. Après les états généraux de la nuit parisienne en Novembre 2010, penses-tu  qu’il est toujours pertinent de parler de ce sujet ?

Paris semble avoir perdu la culture de la fête. Là bas, c’est « on ne fume pas », « on baisse le son », « on appelle les flics ». En comparaison, Berlin est une ville hédoniste, ayant le sens du partage, bref à des années lumières de Paris. A Paris, il reste quoi…le Social Club, Le Club Silencio, le nouveau club créé par David Lynch et quelques évènements originaux comme les nouvelles soirées Concrete sur un péniche avec une programmation de qualité et underground . Ouais, sinon c’est pas la joie, ouais!

Et à propos des initiatives en région ?
Les festivals sont géniaux! Mais ils restent limités à quelques jours par an. La plupart du temps il faut compter sur les initiatives d’activistes, comme ceux qui me reçoivent ce soir (Ndlr: Dynamik), et qui sont forcés de se taper des gérants de clubs relous pour organiser la moindre soirée. Bon, à Bordeaux j’ai vu qu’un nouveau club cool avait ouvert, le I.Boat, c’est une péniche sur la Garonne. Je crois qu’il manque quelque chose dans ce genre à Toulouse. Même s’il y a bien le Bikini, c’est quand même une grande salle de concert excentrée,et  le White Club qui est apparemment trop « washi-washa ». C’est vrai qu’il manque un vrai club dédiée à la musique électronique, assez humble et pour les jeunes à Toulouse.

Qu’évoques Toulouse pour toi ?
« Dès l’aérogare, j’ai senti le choc… »/ Nougaro, Nougaro, Nougaro, bien sûr ! Zebda, bien moins.

Décembre. Ça fleure bon le sapin, le vin chaud, les chocolats et le débordement de bons sentiments. Bref, toute la magie de Noël. Qu’est-ce que tu aimerais trouver sous ton sapin au matin du 25 Décembre ?
Alors sous mon sapin, j’aimerais trouver l’abrogation de deux textes de lois. Le premier portant sur l’interdiction de fumer dans les clubs, et le deuxième portant sur la limitation à 105 dB dans ces mêmes endroits.

La fin de l’année approche à grands pas. La période est parfaite pour une rétrospective 2011. Je te laisse commenter comme bon te semble les éléments que j’évoque.

Le Printemps arabe et son lot de départ anticipés de dictateurs : Ben Ali, Kadhafi, Moubarak?
Je trouve ça hyper bien que les manifestants soient allés jusqu’au bout de leur action. Moins que les populations se retrouvent avec la charia en guise de régime. J’espère simplement que les barbus ne prendront pas la place des ex-dictateurs.

Tsunami au Japon? Fukushima ? (Ndlr : Jean Nipon y a vécu quelque temps, d’où son pseudonyme)
C’est horrible ! Les Japonais en ont pris plein la gueule avec un séisme, un tsunami énorme, et des répliques pendant des mois. Tout se déroule comme dans n’importe quel film catastrophe américain! D’un côté les politiques assurent que tout va bien et disent  » Hé, regardez je bois l’eau de la centrale, ce n’est pas si contaminé que ça »  et de l’autre les responsables de compagnie Tepco, ayant un comportement hallucinant,  disent:  » Hé, ça va, ça va, on peut faire de l’agriculture à côté de Fukushima ». La différence avec Tchernobyl c’est qu’en Ukraine, ils avaient la possibilité d’isoler largement la centrale. Au Japon, la place manque, l’île est exiguë et les japonais ne peuvent pas aller ailleurs.
C’est ignoble, ils ont niqué une partie très importante de cette belle l’île.

Xavier Dupont de Ligonès ? Toujours introuvable ?
La seule explication possible est que ce mec s’est caché dans la résidence de Christian Clavier !

La disparition de DJ Medhi ?
Les meilleurs partent toujours en premier. C’est une sorte de règle implacable. C’est horrible ! Il est monté sur le toit de cette véranda, c’est un accident bête et c’est d’autant plus rageant.  Je l’avais vu une semaine avant ça. Medhi, c’était l’un des seuls mecs connus qui pouvait parler avec n’importe qui, que ce soit des fans ou d’autres, il était toujours très abordable.

 

21/12/2012.Il ne te reste plus que 373 jours, 02 heures 25 minutes et 22 secondes avant la date fatidique du  21/12/12. Quels projets souhaites tu mener dans ce temps imparti ?
J’essayerais de collaborer le plus possible avec des artistes que j’aime et de sortir mes meilleurs titres. Comme ça je pourrai passer mon dernier moment en écoutant mes prod et en me disant que c’est cool. Et hop, c’est déjà la fin !

Parmi les causes avancées pour la fin du monde de 2012, laquelle privilégies-tu : l’inversion du champ magnétique terrestre, le changement de rotation de la Terre, une pluie d’astéroïdes  s’abattant sur la Terre, la découverte d’une nouvelle planète, le système trinaire, la rencontre du troisième type ?
Si la fin  du monde arrive bientôt  ça ne sera pas à cause de tout ce que tu m’as cité précédemment, mais simplement  à cause des hommes. Le seul coupable c’est lui, oui, l’Homme.

Aparté.com : Je ne sais pas si je te reverrai avant l’année prochaine, en tout cas, ça aura été un plaisir d’avoir connu. Adieu Jean Nipon.

I'm watching you

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

En Aparté avec … El Gringo, (très) jeune dessinateur

Bientôt majeur, le Toulousain El Gringo publie sur son compte Instagram ses dessins axés sur …