TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESQuand la moustache fait mouche

Les fins observateurs auront pu noter une augmentation des visages moustachus ce mois-ci. Négligence de leurs propriétaires ? Relâchement général ? Pas du tout – ou du moins pas pour tous. Il s’agit en réalité d’un acte engagé. Né de l’union des mots « moustache » et « novembre », Movember est bien plus qu’un néologisme, c’est un mouvement qui prolifère.

http://blog.gaborit-d.com

Un mouvement en plein expansion. Le mouvement a pris naissance en Australie, puis a été récupéré par la fondation Movember et s’est internationalisé via des campagnes officielles (Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Finlande, Pays-Bas, Espagne, Afrique du Sud, Irlande … ) ou de façon plus spontanée (Russie, Hong-Kong… ). En France, il est pour l’instant l’oeuvre d’initiatives privées et diverses, mais devrait débarquer en grande pompe l’année prochaine.

Le concept ? Les participants, ou Mo bros (pour brother), se rasent de près le 1er novembre, et avec soin, puisqu’ils ne renouvelleront pas l’acte avant la fin du mois. Ils laissent ainsi pousser une moustache qu’ils arboreront fièrement.

Le but ? Sensibiliser aux causes masculines via les conversations qu’ils suscitent, et lever des fonds pour traiter certaines maladies propres aux hommes telles que le cancer de la prostate. En effet, si les mouvements de santé féminine ont pris de l’avance en matière de prévention, Movember compte bien combler le retard, notamment en contribuant au changement des habitudes de la gente masculine, en renforçant son information en terme de risque sanitaire et en encourageant les dépistages précoces.

Le plus du mouvement ? Non, bien qu’altruistes et pacifistes, ils ne versent pas encore de compensations financières à l’industrie du rasoir. En revanche, il semblerait que l’apparat duveteux soit en vogue… jusque dans les hautes sphères hollywoodiennes !

http://lamodealamimi.files.wordpress.com

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Aux Jardins Synthétiques : écrans, techno sombre, et le « demi-Dieu » Vatican Shadow

Cela fait maintenant 5 ans que le festival des Jardins Synthétiques investit le musée Saint Raymond …