TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESNuit #1: La Petite Invite Les Nuits Sonores

La rédaction d’Aparté.com était présente pour ouvrir cette deuxième édition du festival La Petite Invite Les Nuits Sonores. Marc Bonomelli et Mathis Grassot, stylos et carnets de note en poche, devaient chroniquer la nuit #1 du festival. Enfin, ça, c’est ce qui était prévu, en théorie…

Pour être honnête, Aparté.com a préféré envoyer sur place un de ses plus prestigieux collaborateurs, permettant ainsi à ses deux plus zélés rédacteurs, Marc et Mathis, de rester tranquillement au chaud chez eux, confortablement installés dans leurs canapés respectifs, pour une séance intensive de visionnage de la dernière édition de la saga Star Wars, se délectant de mets et boissons délicats tels que les wraps boeuf poivre, cheeseburgers et autres sodas acidulés du traiteur américain MacDonald’s.

Par pure conscience professionnelle, nous avons interviewé Laïka, canidé soviétique rendu célèbre pour avoir été le premier être vivant à avoir gravité autour de la Terre, lové, bien au chaud, dans Spoutnik 2, ce dimanche 3 novembre 1957, pour le quarantième anniversaire de la Révolution bolchevique. Son engin spatial se désintègre au contact de l’atmosphère lors du retour sur Terre, selon les conclusions des plus éminents spécialistes soviétiques de l’époque. Ce que l’Histoire occulte, c’est qu’en réalité lors de son trajet retour, Laïka s’engouffre dans une faille spacio-temporelle qui, par la plus pure des coïncidences, la mène à Toulouse, au Bikini, soixante années jour pour jour.

En plus de posséder la parole et se distinguer par sa coolitude, Laïka nous résume brièvement la première nuit du festival.

Laïka, héros soviétique bien sympathique

Aparté.com: Salut Laïka! Alors comment s’est déroulé la Nuit#1 au Bikini ? On t’imagine l’oeil furtif et l’oreille aux aguets.

Laïka:
Coucou Aparté.com! Ouais, j’ai fait face à quelques difficultés pour récupérer mon accréditation et passer l’entrée. Je provoque toujours le même effet. C’est peu commun de voir un космонавт (ndlr: cosmonaute dans la langue de Molière)  en combinaison  des années 60 à quatre pattes. J’ai dû amadouer le videur en usant de la technique du « ILOVEYOU » que m’a enseigné ma camarade Mishka dont les maîtres,depuis peu, sont des dégénérés de capitalistes américains. Bref, après un attendrissant aboiement, je me faufile à l’intérieur du Bikini.  La soirée ne m’a pas déçu tant l’atmosphère spatiale et expérimentale me rappelait mon programme d’entrainement  au cosmodrome de Leninsk (ndlr: rebaptisé Baïkonour en 1995)

A: Quid de Dona Confuse en première partie?

Laïka: Avec ces contre-temps de dernière minute, je n’ai pu assister qu’à la fin de leur set. Pourtant en trois titres, le groupe impose son identité comme allant outre les bornes d’un quelconque style musical. Mental et expérimental  à la fois. J’ai apprécié tout comme l’ensemble de la salle (que j’ai estimé à 1000 personnes environ) les titres de l’album Ghost Healers’ Fascinating Box.  En clair, un fort bon début de soirée, parfait pour siroter une bière tout en allant s’en griller une par intermittence. »

Aparté.com: Et la suite avec Death In Vegas, la tête d’affiche de cette Nuit#1? 

Laïka:  Bon, pour moi qui ai connu la mort en orbite, et non à Vegas, j’aurai en effet bien aimé passer de vie à trépas avec en fond sonore Dirge de Death In Vegas ! Les effets de l’alcool se faisant ressentir, la performance du groupe n’en est que décuplée. Toujours dans la veine expérimentale, les anglais adeptes d’un savant mélange entre vintage et avant-garde, entre software et hardware, s’en donnent à coeur joie. Je n’ai réellement décollé qu’au milieu de leur set.
Seul bémol : le son très compressé a dû mal à prendre toute son ampleur dans une salle de concert. Pour ma part, un live en extérieur m’aurait permis de saisir bien mieux toutes les nuances de ce complexe sonore distillé par Death In Vegas.
Le groupe effectue un bref rappel pour la forme et le rideau se lève définitivement sur cette première nuit au Bikini pour le festival La Petite Invite Les Nuits Sonores 2011.

Death In Vegas ©Fanette G
Death In Vegas ©Fanette G
Death In Vegas ©Fanette G


A: Merci pour ce bref report ma chère Laïka. Un dernier mot à ajouter? 


Laïka: Selon le dicton populaire :  » A la Saint-Hubert, les oies sauvages fuient l’hiver. » Et là je commence à avoir légèrement froid aux pattes. Adieu Aparté.com

Trop de travail ? Un état de santé précaire dû aux premières rigueurs climatiques ? Somme toute, vous avez loupé La Petite Invite Les Nuits Sonores 2011, le festival toulousain de référence de l’automne. Don’t worry. Be happy. Aparté était présent à toutes les soirées de cette deuxième édition du festival, afin de prendre le poul des artistes, notre rythme cardiaque en phase de beat. La suite du dossier ici.

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Saison 2018-19: Aparté(.com) recrute !

Nouvelle saison, nouvelles recrues. Si tu souhaites intégrer la rédaction, ou la partie événementielle on …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *