TEMPS DE LECTURE : 6 MINUTESChilly Gonzales Nuit #4

La rédaction d’Aparté.com était présente pour couvrir cette deuxième édition du festival La Petite Invite Les Nuits Sonores.  Marc Bonomelli et Mathis Grassot, stylos et carnets de note en poche, devaient en théorie chroniquer la nuit de clôture du festival. Enfin, ça, c’est ce qui était prévu…

(c) Pierre Delmas

En réalité, on était temporairement retenus dans la yourte de Alexander Shulgin plantée dans la cambrousse bordant la ville de Sébastopol en Crimée. Pour vous faire une piqure de rappel, l’éminent chercheur en substances psychoactives nous avait acculés dans un chausse-trappe hallucinatoire en nous allouant une dose de sa récente trouvaille chimique. Pour nous conduire ensuite à notre insu dans son repaire ukrainien avec l’accord du KGB, confidentiellement reformé.

Alors en situation irrégulière, on s’ingénia à être expulsés du territoire par les autorités en se faisant passer pour des prostituées ariégeoises immigrées. Et oui, Aparté.com a plus d’un tour dans son sac et nous avons pu regagner notre contrée natale sans trop d’embuches. On préfère cependant placer sous cape les détails de la partie fine à laquelle nous nous sommes adonnés avec des clandestins Boykos dans la soute de l’appareil soviétique nous ramenant au bercail. Précisons tout de même que nous n’aurions jamais bafoué notre dignité de live reporters s’il n’y avait pas eu de borshch-un succulent potage de betteraves local- à grappiller en prime. Parfois, la faim justifie les moyens.

À peine arrivé qu’on s’employait sur le champ à rattraper le temps perdu à pérégriner entre zones de conscience altérées et zones européennes paumées. Notre premier réflexe fut de passer un coup de fil à Alexander. Il avait eu le génie de dépêcher à la soirée de clôture des Nuits Sonores deux personnages aussi racés que diamétralement opposés, en tout et pour tout. Le premier n’était autre que Wolfgang Amadeus Mozart, alors en voyage spatio-temporel dans le noble but de magnifier son œuvre déjà colossale en cueillant l’inspiration à travers les âges de l’histoire de la musique. Le second, répondant au blase de Mister You, était un rappeur français en liberté conditionnelle. Il avait saisi l’occasion de se dérober à un contrôle de police en se réfugiant à la Halle Aux Grains.

Qui de mieux désignés que deux virtuoses, respectivement du classique et du flow, pour relater aux lecteurs d’Aparté l’incommensurable performance de Chilly Gonzales insaisissable artiste aux casquettes aussi multiples que les genres musicaux qu’il embrasse-  qui scella les Nuits Sonores à la Halle Aux Grains, et l’ineffaçable souvenir de la Petite Invite dans les cœurs.

Wolfgang Amadeus Mozart, compositeur spatio-temporel
Mister You- alias Yougataga. Mélomane en cavale

Aparté.com : Salutations messieurs ! Vous provenez d’univers musicaux radicalement différents, celui du rap pour Mister You -qu’on surnomme Yougataga dans le milieu-  et celui de la musique classique pour Wolfgang Amadeus…

Mister You: Ya zèh, Wolgang c’est mortel ! Franchement, t’as un swag du moyen âge mais comme il est michto ton nom gros !

Mozart: Veuillez pardonner mon ignorance, mais je viens d’une époque lointaine. Semble t-il que le parler des peuples a grandement changé en quelques siècles. Sauf votre respect je viens du siècle des lumières et non pas du moyen âge obscurantiste mon cher monsieur. Je suis en outre flatté par vos courbettes à l’égard de mon prénom. Vos contemporains ne tarissent manifestement pas leur admiration pour ma personne. Il est même parvenu à ma connaissance qu’un orchestre versaillais nommé Phoenix intitula son recueil de partitions Wolgang Amadeus. Je suis très honoré que votre époque éclairée soit marquée à tel point par ses prédécesseurs…

Mister You :Yah zèh qu’est qu’il me parle d’histoire de la rala le daron, j’ai pas fait L’ENA moi, j’ai fait que La Santé…

(c) Lola Mirti

Aparté.com: Je vous en prie messieurs, vous êtes ici pour exprimer vos sentiments sur la prestation donnée par l’artiste Canadien Chilly Gonzales. Pouvez vous relater, à ceux qui n’ont malheureusement pas pu y assister, de quoi il en retournait ?

Mozart : L’artiste se produisait dans une amphithéâtre en forme d’heptagone, au piano et accompagné d’un quintet d’instrumentistes. M. Gonzales alternait soli de piano d’une virtuosité des plus exemplaires – j’ai eu vent que l’homme détenait le record de durée de piano, soit vingt-sept heures d’affilée-  et morceaux de musique actuelle. Du rap si je ne m’abuse. Ce genre musical, si j’ose dire en faisant preuve d’une remarquable ouverture,  puise ses racines dans les vindictes et la réalité de la classe populaire de votre époque. Le maître a su créer une passerelle entre classicisme ancestral et air du temps. J’aime à dire que je mets ensemble les notes qui s’aiment. Gonzales n’est t-il pas la preuve incarnée de l’amour contre nature entre des âges et des genres antagonistes ?

Mister You: Avec pas mal d’arrangements hip-hop et électro. Chilly balance des samples depuis son iPad souvent. Y’a une grosse influence rap US dans le son du shraib, dans son swag de poser son flow et ses freestyles aussi.

(c) Lola Mirti

Aparté.com : Chilly Gonzales est réputé pour faire de ses prestations des spectacles complets, flirtant parfois avec le théâtre, voire le one man show. Quand était-il ce soir?

Mozart: L’artiste a émaillé son concert d’un humour affirmé. Les musiciens de mon époque sont trop souvent graves et solennels. Je n’aime pas ceux qui ne rient jamais, ce ne sont pas des gens sérieux. Gonzales se permet des moqueries sur ses musiciens germaniques, et un dénommé Hitler, dont j’ignore tout mais qui a l’air d’avoir fait parlé de lui ! L’artiste fait aussi participer des personnes du public avec une grande empathie, chose impensable chez moi, la musique étant réservé à une élite. Pourtant, le vrai génie sans cœur est un non sens !

Mister You : Ve-gra, vers la fin il a fait venir une meuf au piano pour qu’elle joue. Mais la meuf s’est tirée et il a commencé à la traiter de Fucking Bitch. Michto le keum!

(c) Lola Mirti

Aparté.com: Merci pour ce bref rapport messieurs. Un dernier mot à ajouter ?

Mozart: Vos livres d’histoire m’ont enquis que je trépasserai à 35 ans… Que de tourments et néants, vie cruelle !

Mister You: Dédicace à tous ceux qui m’ont soutenus en cavale ou en prison, ma daronne, mon public, les gosses qui  bicrave le shit, mes anciens codétenus, et à Claude Guéant et Marine Le Pen à qui j’dis: ARRETTE YOU SI TU PEUX.

Trop de travail ? Un état de santé précaire dû aux premières rigueurs climatiques ? Somme toute, vous avez loupé La Petite Invite Les Nuits Sonores 2011, le festival toulousain de référence de l’automne. Don’t worry. Be happy. Aparté était présent à toutes les soirées de cette deuxième édition du festival, afin de prendre le poul des artistes, notre rythme cardiaque en phase de beat. La suite du dossier ici.

Article rédigé par Marc Bonomelli

(A)parté pas si vite !

Saison 2018-19: Aparté(.com) recrute !

Nouvelle saison, nouvelles recrues. Si tu souhaites intégrer la rédaction, ou la partie événementielle on …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *