TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESMetro, boulot, Monop’

À mesure que les grandes surfaces et les centres commerciaux prolifèrent, les plus petites épiceries s’échinent à se maintenir en vie. David contre Goliath, le rapport de force laisse entendre des lendemains des plus dramatiques pour le commerce de proximité. Les surfaces s’étendent, les galeries marchandes se reproduisent mais pourtant, depuis toujours, « faire les courses » sonne dans les mœurs comme une corvée. La consommation comme ses codes et ses constantes ont considérablement évolué. D’abord avec l’arrivée de nos sociétés modernes puis par l’effervescence de nouveaux comportements : l’excès ou le rejet, et entre les deux, une vision alternative du changement.
La culture « bio », les fast-foods, la rapidité de nos déjeuners, la récupération, le gaspillage sont autant d’éléments qui entretiennent ce déséquilibre sociétal. Nous, étudiants, sommes en plein cœur de ces enjeux et problématiques inhérents à nos trains de vie quotidiens. Voilà l’une des raisons pour laquelle Aparté était inspirée par cette thématique à couper l’appétit.

Les pièces du dossier:

/// Savez-vous planter les choux ?
Marion Champrigaud analyse la mouvance écolo dans son ensemble. De Konbini aux mecs en pantalons en lin, qui sont ces adeptes de ce mode de consommation alternatif, onéreux et aussi branché dans l’air du temps.

/// « Liturgie d’un supermarché » – Série photographique
Fiona Torre, la photographe attitrée d’Aparté est partie photographier les supermarchés toulousains. De cet exercice qu’elle ne pensait pas aussi périlleux, elle nous ramène des photographies sensibles et d’un naturel impressionnant. Passée à deux doigts d’une rixe avec des vigiles peu complaisants, elle offre ses photos pour Aparté.

/// Un samedi ordinaire à Monop’
C’est généralement ennuyeux de faire ses courses, surtout le samedi. A Monoprix comme ailleurs. Mathis Grassot nous raconte son périple dans les méandres de la grande consommation. Il était venu pour préparer sa soirée, il en est revenu avec beaucoup de choses à raconter.

/// Le métier de caissière pour les Nuls
Le métier de caissière est quelque chose d’universel. Aujourd’hui, l’appellation a changé en « hôtesse de caisse ». Ce terme, que l’on emploie le plus souvent au féminin, représente bien plus qu’une profession, il reflète aussi une conception particulière dans nos imaginaires. Vidéos, publicités, blogs, notre podium met en regard les différents contenus numériques abordant le métier de caissière.

/// Que sais-je ? Le Freeganisme
Mathis Grassot a plus d’un tour dans son sac. Synthétiquement et à la manière la collection Que sais-je ?, il explique minutieusement la teneur de cette mouvance nouvelle dont nous ne savons pas grand chose : le freeganisme. A lire !

Crédits
Illustration – Agathe Baulu – 2011
Une – Agathe Baulu – 2011 

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Festival ManifestO : la photographie internationale émergente s’expose à Toulouse

Avis aux amoureux de la photographie ! Pour sa 15eme édition, le festival ManifestO vous donne …