Home >> Culture >> A découvrir >> TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESAu théâtre Sorano, l’improbable «Éveil du printemps».

TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESAu théâtre Sorano, l’improbable «Éveil du printemps».

Le théâtre du Sorano accueille les comédiens de l’AtelierCité du Théâtredelacité (ex-TNT) avec la pièce L’Éveil du printemps de l’allemand Frank Wedekind. Une création vieille de 127 ans où un groupe d’adolescents parlent sans tabous de leurs désirs (sexuels), de leurs peurs, le tout dans une mise en scène minimaliste signée Sébastien Bournac. 

 

Photo: Francois Passerini

 

C’est une pluie de sentiments qui tombe sur L’Éveil du printemps. Issu d’une famille comtale, Frank Wedekind écrit à 26 ans en 1891 la vie tumultueuse de sept adolescents emportés par une vague de doutes et de désirs. Dans cette transition vers l’âge adulte, les protagonistes s’affranchissent des tabous de leur contemporains compartimentés socialement et sclérosés moralement. Tout y passe: la perte de l’estime de soi, le poids de la scolarité, l’omniprésence de la religion, la diabolisation des relations sexuelles, l’homosexualité, … On voit des adolescents s’embrasser quand d’autres tentent d’affirmer leur corps en pleine métamorphose. «Ce qui me plait ici, c’est la dimension chorale de la pièce. Pas une histoire mais des histoires (…) la pièce [est écritesans plan préalable, en procédant simplement par accumulation de scènes nourries par [la] propre expérience [de Wedekind]», explique Sébastien Bournac, le metteur en scène.

Dans cette pièce, tous les registres du théâtre s’entrechoquent donnant lieu à des scènes improbables et impertinentes. Néanmoins, sachez qu’il est parfois difficile de comprendre instantanément certains passages et pensées complexes de l’auteur. Quant au plateau, le décor est minimaliste, seule l’immense voile semi-transparent sépare le monde des adultes de celui des adolescents. Il y a, dans L’Éveil du printemps, des problématiques intemporelles et pour éviter de tomber dans l’écueil du déjà-vu, Bournac n’a pas voulu faire jouer «simplement des scènes mais à inventer un scénario parallèle: l’aventure d’un groupe de jeunes d’aujourd’hui qui s’emparent de la pièce aujourd’hui».

Cette coproduction Théâtredelacité et théâtre Sorano met à nouveau en lumière les talentueux comédiens de l’Atelierdelacité. Au nombre de sept, ils réalisent dans L’Éveil du printemps une jolie floraison artistique. À voir jusqu’au 10 novembre 2018 au théâtre Sorano.

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Festival 31 Notes d’été: Édition 2018

Pour la 21ème édition du festival 31 Notes d’été, organisé par le Conseil départemental de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *