Home >> Culture >> A découvrir >> TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESAgathe Mélinand quitte le TNT en adaptant « Jean Santeuil » de Proust

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESAgathe Mélinand quitte le TNT en adaptant « Jean Santeuil » de Proust

C’est avec Jean Santeuil qu’Agathe Mélinand termine pratiquement dix années à la codirection du TNT. Adaptation d’un livre de Marcel Proust, ce roman autobiographique respire les rêves et les vicissitudes d’un certain Jean Santeuil.

 

Mme Santeuil et son fils, Jean – Photo Polo Garat, TNT

 

«C’est un livre étonnant, touchant, comme un essai sur le sujet. Proust, écrivain de l’intime, se dévoile et pose les thèmes», explique Agathe Mélinand. Ultime adaptation de la codirectrice, c’est donc avec du Marcel Proust que l’aventure au TNT se termine après dix années passées avec Laurent Pelly aux commandes du centre dramatique national (CDN).

Agathe Mélinand s’est saisie de l’œuvre Jean Santeuil écrite «douze ans avant le début de l’écriture de la ‘La Recherche’». À 24 ans, Proust consacre cinq années de travail «mais laisse le livre inachevé, mille fragments sont retrouvés et édités trente ans après sa mort», relate la metteuse en scène. Cette dernière a volontairement choisie le chapitre de l’enfance et de l’adolescence de Jean Santeuil. C’est l’histoire d’un jeune homme animé par la littérature et la poésie ; bercé géographiquement entre le Paris mondain des Champs-Élysées, les plages normandes et le château des Réveillon dans la Marne. Des conditions de vie facilitées mais qui peine à entrer dans le monde. Introverti et très souvent prostré dans son lit, élément central de la pièce, Jean Santeuil n’a d’attention que pour sa «petite maman» adorée. Littéralement aux pieds de sa mère, son amour est inconditionnel, omniprésent jusqu’à en devenir étouffant.

Le jeune Santeuil se lie d’amitié avec Henri de Réveillon, un copain de lycée où tout d’eux partagent balades pédestres, siestes, écritures et d’innombrables heures à rêver éveillés. Plus qu’une bromance, l’homosexualité sous-jacente entre Henri et Jean est en réalité un écho du passé de Marcel Proust. En effet, l’écrivain parisien a connu dans une époque charnière de sa vie entre l’adolescence et l’âge adulte un amant. Reynaldo Hahn, compositeur d’origine vénézuélienne tombe sous son charme. «J’avais admiré (…) sa miraculeuse rapidité de compréhension, son sens du comique ; mais je ne soupçonnais pas son génie, dont je n’eus la révélation que petit à petit, et je me doutais même pas qu’il fût quelqu’un d’extraordinaire», raconte le Caracassien dans Hommage à Marcel Proust en 1923, un an après la mort de l’écrivain.

 

Jean et son ami Henri dans le domaine des Réveillon – Photo Polo Garat, TNT

 

Pour ce Proust qui ne dit pas son nom, c’est le talentueux comédien Quentin Dolmaire qui interprète Jean Santeuil. Beau comme un enfant et fort comme un homme, l’acteur joue avec justesse un personnage fragile et magnétique. Dans un décor minimaliste et parfois conceptuel à l’image de ces trois fenêtres aux tailles différentes derrière lesquelles la pluie est ingénieusement projetée, Agathe Mélinand semble vouloir dévoiler aux yeux des spectateurs l’intime. Et en se préoccupant de l’essentiel. D’ailleurs, les comédiens se donnent parfois la réplique tellement près du public que l’on aurait presque envie d’entrer dans leurs conversations.

Avec Jean Santeuil, cette pièce parachève dix années de créations protéiformes voulue par cette direction bicéphale et paritaire. Inachevée, l’œuvre de Proust permet à chacun d’entreprendre la suite des autres chapitres du livre. On ose, pendant une seconde, imaginer celui de cette codirection pour les temps à venir et à l’image du jeune Jean Santeuil, on pense qu’il sera encore foisonnant d’idées avant-garde.

En janvier 2018, c’est Galin Stoev qui prendra le relais à la direction du TNT.

 

Enfance et adolescence de Jean Santeuil, de Marcel Proust. Adaptation et réalisation d’Agathe Mélinand. C’est au TNT, à 20h, du mardi au samedi jusqu’au 16 décembre 2017. Toutes les infos ici et .

 

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier.

(A)parté pas si vite !

En Aparté avec… Fishbach : « Le mot variété n’est plus un gros mot! »

Située quelque part entre une pop planante riche en synthés et la chanson française, Fishbach …

Un commentaire

  1. Merci beaucoup, je suis contente que vous ayez aimé. Agathe Mélinand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *