Home >> Société >> Dans la rue >> TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTES[Portfolio] « Machos, fachos, cathos, vous nous brisez le clito ! »

TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTES[Portfolio] « Machos, fachos, cathos, vous nous brisez le clito ! »

Samedi 23 septembre 2017, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans les rues de Toulouse pour réaffirmer l’accès à l’avortement comme un droit fondamental.

 

Plus de 400 personnes ont participé au défilé toulousain – Photo Paul Roquecave, Aparté.com

 

Dans le cadre de la Journée internationale pour le droit à l’avortement qui aura lieu le 28 septembre 2017, le Collectif de défense de l’IVG dans la Haute-Garonne a organisé samedi 23 septembre une marche pour «le droit à l’avortement partout en Europe». C’est à 15h, devant la station de métro Jean-Jaurès à Toulouse, que plusieurs centaines de femmes et d’hommes on donné le top départ de la marche. Muni-e-s de pancartes et de banderoles, c’est en chansons et en criant des slogans que le cortège s’est rendu sur la place Arnaud-Bernard. Le trajet initial demandé par l’organisation prévoyait de passer par la préfecture, mais celle-ci s’y est opposée.

 

 

 

«Malheureusement j’ai connu cette époque où ça n’existait pas», remarque une passante. Outre les sourires complices et des pouces levés, il y a eu pendant cette marche quelques remarques et regards de désapprobation.

 

 

Ce rassemblement, —soutenu par de nombreuses associations, organisations syndicales et partis politiques— avait pour objectif de réaffirmer l’accès à l’avortement comme étant un « droit fondamental ». Il s’agissait par ailleurs de rappeler que ce droit reste fragile et menacé dans certains pays d’Europe comme en Pologne ou en Espagne. Pendant les prises de paroles, des voix ont dénoncé le manque de moyens financiers des centres de planification familiale et des centres pratiquant l’IVG réduisant, de fait, l’information à l’avortement. Certaines pancartes rappelaient que de nombreuses françaises se rendaient à l’étranger pour avorter. En France, le délai légal pour une IVG est de douze semaines de grossesse contre vingt-quatre aux Pays-Bas.

La marche était ponctuée de quelques petites surprises théâtrales inventées par un petit groupe de femmes et d’hommes. S’inspirant du théâtre de l’Opprimé d’Augusto Boal¹, les images offertes au public rappelaient certaines situations rencontrées par les femmes qui décident d’avorter telles que l’isolement, main tendue, rejet, soutien…

 

À la fin de la manifestation, un appel est lancé pour la signature d’une pétition pour le droit à l’avortement dans toute l’Europe qui sera déposée au Parlement européen à Bruxelles le 28 septembre prochain. Ce même jour aura lieu une nouvelle manifestation «Avortement en Europe : Les femmes décident» devant l’Hôtel Dieu Saint-Jacques à Toulouse, à 18h.

(1) Créée par Augusto Boal, la technique du théâtre de l’Opprimé rassemble différentes formes de théâtre participatif – la forme la plus connue et utilisée étant le théâtre-forum. Le théâtre image, qui est l’une des formes de théâtre de l’Opprimé, permet, par des sculptures humaines, de mettre en lumière une oppression et une proposition de solution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Lucie Dumas

(A)parté pas si vite !

En Occitanie, les inégalités femmes-hommes apparaissent dès les études

Aujourd’hui encore, les inégalités femmes-hommes au travail sont présentes dans notre société. Dans notre région, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *