Home >> Société >> Dans la rue >> Mélenchon et la Péniche insoumise voguent vers les législatives

Mélenchon et la Péniche insoumise voguent vers les législatives

Déjà testée par Jean-Luc Mélenchon sur les canaux parisiens pendant la campagne présidentielle, la « Péniche insoumise » se remet à flots sur le Canal du Midi pour aider les candidats toulousains à aborder les législatives.

La Péniche insoumise remonte le Canal du Midi — © François Cellier / Aparté.com

 

Lundi de Pentecôte, 10h30, la « Péniche insoumise »  lève l’ancre du port de l’Embouchure, avant de s’engager sur le Canal du Midi avec pour cap le port Sud de Ramonville qu’elle rejoindra à 15h30.

À son bord, Jean-Luc Mélenchon était de retour à Toulouse afin de prêter main forte aux candidats de la France insoumise pour les élections législatives en Haute-Garonne. Lors de son dernier meeting à Toulouse le 16 avril 2017, il avait réuni 70 000 personnes à la Prairie des Filtres et était arrivé en tête des voix dans la Ville rose.

C’est en musique et avec plus d’une heure de retard que l’embarcation arrive au port Saint-Sauveur où sont déjà réunis dans une ambiance bon enfant plus d’une centaine de militants.

La « Péniche insoumise » arrive au port Saint-Sauveur devant un bateau touristique — © François Cellier / Aparté.com

 

Après une intervention de Gilles Maudie, ingénieur spatial et candidat de la 3e circonscription de Haute-Garonne, c’est l’économiste de la France insoumise, Liêm Hoang-Ngoc qui entre en scène. Le candidat de la 4e circonscription rappelle à la foule que pour accéder au second tour, il suffit de réunir 12,5% des inscrits, tâche largement réalisable selon lui. Puis c’est au tour du leader de la France insoumise de s’exprimer.

Jean-Luc Mélenchon et à sa droite le représentant FI de la 4e circonscription, Liêm Hoang-Ngoc — © François Cellier / Aparté.com

 

La France insoumise se pose comme garante du code du travail

Jean-Luc Mélenchon réaffirme premièrement que « pas une voix ne doit aller au Front national », et qu’une « désintoxication massive de notre peuple contre l’abrutissement d’extrême-droite » est nécessaire. Il continue son discours avec quelques piques sur la décision du président Trump de se retirer des accords de Paris et sur l’affaire judiciaire qui l’oppose à la Société Générale.

Concernant la vanne controversée du président Macron sur les comoriens et les kwassa-kwassa, Mélenchon considère qu’« il arrive de faire des mauvaises blagues, mais quand on est président on fait attention » et que les petites phrases d’Emmanuel Macron s’assimilent à un « mépris de classe », car « elles ciblent toujours les pauvres, les misérables, les gens qui essaient de s’en sortir ».

M. Mélenchon s’établit en défenseur du code du travail, et il dénonce le passage en force de la réforme qui est prévue pour l’été 2017. Il brandit l’article du Parisien dévoilant les mesures envisagées par le gouvernement. Il est pour lui inadmissible qu’il y ait autant de lobbyistes et de représentants du patronat parmi les membres du gouvernement et des candidats La République en marche.

/// Pour en savoir plus : [OpenData] Haute-Garonne: Pour tout savoir des législatives

Le long du Canal du Midi — © François Cellier / Aparté.com

About François Cellier

Flâneur — Origami master — Rédac' chef bis — Chez Aparté.com depuis septembre 2013.

(A)parté pas si vite !

#CryptoParty ou les « notions d’hygiène numérique » à connaître

[Cet article est collaboratif, il peut être mis à jour sur simple demande via mail] …

2 commentaires

  1. Port de l’embuche? Embouchure non?

  2. C’est corrigé, merci pour ta lecture attentive. K. Figuier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *