Accueil >> À la une >> Usul et Dany Caligula : quel engagement politique à l’heure d’internet ?

Usul et Dany Caligula : quel engagement politique à l’heure d’internet ?

Du 9 au 13 Mai, le campus du Mirail accueille le festival Replik’arts. Dans ce cadre, les youtubers politiques Usul et Dany Caligula tenaient une rencontre autour de la place des nouveaux médias dans l’engagement.

 

Usul et Dany Caligula — © Paul Roquecave / Aparté.com

 

Jeudi 11 Mai 2017 — Maison des initiatives étudiantes — Université Toulouse – Jean-Jaurès

Usul termine sa clope à l’entrée du bâtiment, Dany Caligula attend assis au bureau. Rien n’a encore commencé et la salle est déjà pleine.

Manon Bril est déjà dans salle, qui tient la chaîne YouTubeC’est une autre histoire“. Cette Toulousaine qui prépare actuellement une thèse d’histoire à l’université Jean-Jaurès participe elle aussi à la construction de ces nouveaux médias sur internet.

 

Présidentielles, médias, et YouTube game

Il est indéniable que YouTube se politise, affirment les deux compères. L’usage qui en a été fait durant les présidentielles en est la preuve. Bien que Jean-Luc Mélenchon fasse la course en tête avec ses 360 000 abonnés, il est important de noter que tous les autres candidats sont présents sur ce réseau social. François Fillon étant l’exception qui confirme la règle.

 

“Même Jacques Cheminade a une chaîne YouTube !”

 

Cependant selon eux, les médias traditionnels sont ceux qui ont eu l’impact le plus important sur cette élection. Leur influence sur la victoire d’Emmanuel Macron est indéniable.

 

Légitimation des médias en ligne

La campagne présidentielle transforme internet en nouveau terrain de jeu, et ce n’est pas anodin. Les deux vidéastes pensent qu’internet est un espace politique en voie de légitimation. Il y a encore une poignée d’années, la toile était considérée comme un vulgaire repère de marginaux et marginales ignorants et ignorés. Aujourd’hui, elle est un espace en vogue, à la mode. Usul pointe du doigt le fait qu’internet — en étant de plus en plus populaire et tendance — se dépopularise. Il faut comprendre que, selon lui, les créateurs et créatrices sont de plus en plus éloignés des gens du peuple.

 

Rangées de chaises face aux médias en lignes — © Paul Roquecave / Aparté.com

 

Tout est politique

Usul et Dany Caligula sont deux “dangereux gauchistes”. Ils exposent ouvertement leurs théories néo-marxistes-cheguevarristes. Face à ces critiques — que nous n’exagérons qu’à peine — les deux youtubers assument leurs opinions politiques. Ils vont toutefois plus loin en déclarant que l’immense majorité des créateurs de contenus transmet aussi des idées et valeurs intrinsèquement politiques. Ainsi, les vidéos de musculation sont nombreuses à construire un véritable culte du corps, composante principale de dérives politiques d’extrême-droite du siècle dernier.

 

Personne ne porte d’habits rouges — © Paul Roquecave / Aparté.com

 

Espaces et entre-soi

Créer des espaces de débat, donner la parole à celles et ceux qui ne la prennent pas habituellement, tels sont les crédos attribués par les deux youtubers aux nouveaux médias. À Toulouse, une initiative a retenu l’attention d’Usul : il s’agit de La Brèche TV. Cette web-télé citoyenne rentre tout à fait dans cet état d’esprit. L’horizontalité en éternel horizon.

// Consulter notre article au sujet de La Brèche TV

Ce jour là, une critique souvent émise contre ces nouveaux espaces a émergé au cours des discussions : dans quelles mesures est-ce que tout cela est autre chose que de l’entre-soi ? Honnêtes, ils reconnaissent tous les deux que leurs publics respectifs sont idéologiquement marqués. La salle éclate de rires lorsque Usul résume le sujet en posant la question suivante :

 

“Est-ce qu’il y a des gens de droite ici ?”

 

Où sont les femmes ?

Le patriarcat sévit aussi sur Internet. Les femmes sont objets de stigmatisations. L’accès à la création de contenus est très inégal. Pour Dany Caligula, l’absence de quotas sur internet joue en défaveur des créatrices de contenus sur le web, contrairement aux médias traditionnels.  Face à cela, des initiatives éclosent les unes après les autres.

Le collectif des Internettes se bat ainsi pour permettre une diffusion plus large des vidéos publiées par des femmes sur YouTube. Malgré l’assentiment général, sur la quinzaine de prises de paroles, seules trois sont faites par des femmes.

 

Mâles — © Paul Roquecave / Aparté.com

 

“Fini d’être poli”

Alors que le front social a vu le jour lors de récentes manifestations parisiennes, les membres du collectif On veut mieux que ça, dont Dany Caligula est un des instigateurs, reviennent sur le rapport entre la rue et internet. Le mouvement social du printemps dernier a été marqué par leurs actions et par la pétition initiée par Caroline de Haas. Selon eux, ce cocktail inédit a eu un impact réel sur ce que fut le mouvement.

Usul ajoute qu’il est inutile d’opposer le réel au virtuel : derrières les pseudos se trouvent des personnes qui se rendront en manifestation. Optimistes, les deux créateurs voient les échecs passés des mouvements sociaux comme autant d’appuis et de savoirs acquis. Plus aucun rassemblement politique ne pourra maintenant se passer de ces nouveaux médias.

Rédigé par Valentin Chomienne

Attendez, (A)partez pas si vite !

En Aparté avec … Adam Laloum

En février 2017, le pianiste toulousain Adam Laloum remportait une Victoire de la musique classique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *