Home >> Culture >> Critiques >> TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES« L’Île Indigo ». Une création innovante et géniale « made in Toulouse »

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTES« L’Île Indigo ». Une création innovante et géniale « made in Toulouse »

Cocorico. Pour la première fois dans la Ville rose s’est jouée à la Halle aux grain l’île Indigo. Une création inédite d’un conte musical ET participatif. Destinée aux jeunes publics, l’œuvre a été imaginée à Toulouse.

La récitante Julie Martigny et le chef d’orchestre Christophe Mangou pendant la phase ultime des répétitions avec le public – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

9 h 50. Dans la Halle aux grains, c’est une sorte cour de récré géante. Le brouhaha est polyphonique. Ici, deux groupes s’affrontent à un dab challenge interposé. À l’intérieur, mille deux cents enfants venus « de toute l’académie de Toulouse » assistent à un conte musical d’un style nouveau, l’île Indigo.

C’est l’histoire d’une « odyssée onirique, poétique et drôle d’une enfant, qui comme tous les enfants cherche à tout prix à réparer l’équilibre familial mis en danger », explique-t-on à Aparté.com. Dix minutes plus tard, pour l’arrivée de l’ensemble des musiciens de l’orchestre sur la scène, c’est l’exultation. Comme des groupies, la salle applaudit à tout va, les cris de joies sont semblables à ceux des concerts de boys band.

Depuis plusieurs semaines, les élèves s’entrainent en classe pour une création originale participative. Une première à Toulouse. « C’est une expérience artistique et pédagogique originale qui permet à chaque spectateur de participer à l’exécution du conte musical avec sa voix, avec son corps, avec ses oreilles : chanter avec Lola (le personnage principal, NDLR), danser avec les marins, faire jaillir l’arc-en-ciel, souffler le vent, crépiter la pluie », peut-on lire dans le livret pédagogique.

Avec des tutoriels vidéos — réalisés par des étudiants du lycée des Arènes —, les CE2, CM1 et CM2 doivent respecter les neuf passages qui ponctuent ce conte musical. À l’origine de cette création originale réalisée par l’Orchestre national de Toulouse capitole (ONCT), c’est une « co-commande » formulée par l’Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre régional Avignon-Provence et bien évidemment l’ONCT.

Orchestrée par le maestro Christophe Mangou, l’île Indigo est « l’aboutissement de deux années de travail », se souvient encore le chef par ailleurs chargé du projet pédagogique au sein de l’ONCT. Pour l’épauler dans ce challenge, il a fait appel au compositeur auscitain Julien Le Hérissier et de l’auteure et interprète Julie Martigny qui s’est occupée d’écrire l’histoire du conte.

 

 

L’Île Indigo est joué à Toulouse et à Tarbes, il doit réunir au total plus de six milles spectateurs – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

« Té-ta-ten-ti-te-te-to-té-te-toi! »

Pour le chef d’orchestre, cette création originale est « la clé de voûte d’un bon projet pédagogique » et estime que « la connaissance passe par l’expérience. Sans participation, ce (qu’il) explique dans ces concerts aurait tendance à entrer par une oreille du spectateur pour en ressortir immédiatement par l’autre », poursuit encore le maestro Mangou.

Au-delà d’être un simple auditeur, le public devient acteur du spectacle. « Vous jouez avec l’orchestre, vous êtes comme un musicien », rappelle sur scène la récitante Julie Martigny dans l’ultime phase de répétition. Outre les chants, interventions verbales comme « té-ta-ten-ti-te-te-to-té-te-toi! », bruitages ou encore body percussion tous les élèves sont venus à la Halle aux grains avec son dessin mono-couleur. Assemblées de manière aléatoire, toutes ces feuilles A4 composent l’arc-en-ciel de l’île Indigo.

Mis à part un ou deux problèmes de synchronisation de la part du public, le résultat est très concluant. Par ailleurs, la musique composée par Le Hérissier est parfaite et joviale, à l’image de la Danse des marins.

Créé et joué pour la première fois à Toulouse, ce conte musical participatif est une idée géniale pour éveiller l’oreille musicale de chaque enfant. Cette initiative permet également d’apporter plus de visibilité et de compréhension sur la musique classique, trop souvent raillée pour son supposé côté élitiste.

Avec le pari osé du chef d’orchestre Christophe Mangou, l’Île Indigo devrait être inscrite dans les programmes du Bulletin officiel du ministère de l’Éducation nationale tant sa vertu éducative est une réussite. Preuve en est de la pertinence de cette initiative, l’unique concert programmé le dimanche 14 mai 2017 pour le public, la Halle aux grains affichait déjà complet depuis plusieurs semaines.

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier.

(A)parté pas si vite !

En Aparté avec… Fishbach : « Le mot variété n’est plus un gros mot! »

Située quelque part entre une pop planante riche en synthés et la chanson française, Fishbach …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *