Home >> Culture >> A découvrir >> La belle Gérone et l’audacieuse Figueres

La belle Gérone et l’audacieuse Figueres

[LONG-FORMAT] — Quoi de mieux, après «les exam’» ou le boulot, que de partir en (mini-)vacances pour souffler un peu? Depuis Toulouse, l’Espagne est à moins de 2h30 en TGV. Entre amis ou en couple, «Aparté.com» vous propose de découvrir deux villes : Figueres et Gérone.

Au bas de cette photo et en rouge, le « pont Eiffel » à Gérone – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Gérone (ou Girona en catalan) est une ville-musée à ciel ouvert dont sa création remonte à l’Antiquité. Située dans la vallée du Ter, la ville aux « quatre rivières » est un point de confluence entre le fleuve du Ter et des rivières avec la Güel, le Galligants et l’Onyar. Cette dernière sépare la vieille ville à l’Ouest de la partie moderne à l’Est. Les premières traces de civilisation sont encore présentes à l’image des remparts de la Força Villa. L’espace correspondait à l’emplacement de l’ancienne acropole fortifiée et délimitait, de fait, la frontière de la cité.

Ville à taille humaine, vous rejoindrez le centre historique depuis la gare en quinze minutes de marche. Il est d’ailleurs possible de visiter Gérone en une seule journée, à condition d’avoir des chaussures confortables. Nous vous conseillons de débuter votre balade pédestre en passant par le « pont Eiffel«  (ou Pont de les Peixateries Velles, en version catalane) imaginé par l’ingénieur français en 1877. En arrière-plan, c’est une véritable palette de couleurs. Les maisons suspendues sur l’Onyar composent avec son architecture multiple et diversifiée une magnifique carte postale. Elle fait de ce paysage pittoresque la signature incontestée de la ville bimillénaire.

 

 

Le « pont Eiffel » depuis la rive gauche – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Les ponts de l’hyper-centre sont majoritairement piétons – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Gérone a résisté à l’érosion du temps et des turpitudes humaines comme par exemple le quartier juif dénommé el Call, il a été entièrement restauré dans les années 1980. Cette partie de la ville est caractérisée par un enchevêtrement de ruelles en pentes qui date du Moyen-Âge. Toujours sur les hauteurs, vous découvrirez l’escalier monumental de style baroque du couvent Sant Martí Sacosta construit au XVIIe siècle et du palais Agullana encore aujourd’hui habité par de riches particuliers.

Avant d’atteindre la fin de el Carrer de la Força, la gigantesque cathédrale Sainte-Marie (catedral de Santa Maria) est installée au sommet d’une colline qui surplombe toute la ville et semble s’élancer vers le ciel. Avec une étendue de 23 mètres, la cathédrale détient le record de la plus large nef gothique du monde. Il a fallu plus de 400 ans (!) pour achever la construction de cet imposant édifice religieux. Son architecture a d’ailleurs servi de décors pour plusieurs scènes dans la série à succès Games of Thrones.

 

Au premier plan, le palais Agulla. Cet espace a servi de décor dans une scène de Game of Thrones – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Une fois par an au printemps, les fleurs investissent les rues de la ville dans le cadre du festival Temps de flors – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

L’escalier monumental conduisant vers la cathédrale Sainte-Marie, photographié là-aussi pendant le festival Temps de flors – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

 

Aussi, le fort dénivelé combiné aux températures méditerranéennes se trouve être un excellent terrain de jeu pour les cyclistes qui viennent des quatre coins du monde. Ne soyez donc pas surpris de rencontrer régulièrement des sportifs en lycra sur les routes pavées de Gérone ou bien aux terrasses de café. L’un des lieux de rencontres se trouve à la Le coin est réputé branché et s’ajoute à la présence des sportifs une population de jeunes adultes plutôt hipsters.

 

Un coût de la vie bien différent

Par temps caniculaire, accordez-vous quelques instants de fraicheur. Vous pouvez vous rendre dans l’une des nombreuses églises, comme celle de Saint-Félix (basilica de Sant Feliu) qui vous permettra de vous abriter des fortes chaleurs. Cependant si les températures vous paraissent insupportables, nous vous recommandons d’enjamber à nouveau l’Onyar pour prendre une glace au Rocambolesc, tenu par les frères Roca. La fratrie possède en ville le restaurant (3 étoiles au guide Michelin) El Celler de Can Roca et propose —avec sa petite boutique de crèmes glacées aux inspirations décoratives puisées dans le film Charlie et la chocolaterie des produits personnalisables avec une gamme de prix tout à fait abordable. Il faut le préciser, la vie en Catalogne est moins chère qu’en France et cela se traduit par des prix qui sont radicalement différents des habitudes tricolores. Dans les cafés, vous pouvez emporter votre expresso pour … 0,80€ (!).

 

En arrière-plan, l’église Saint-Félix – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

 

Pendant le Temps des flors, plusieurs dizaines de milliers de touristes visitent la ville – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Sur cette colonne, dans le cloître de la cathédrale Sainte-Marie, est gravé l’histoire de l’Arche de Noé – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

 

Le cloître de la cathédrale Sainte-Marie – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Vue depuis les remparts, le clocher de l’église Sant Pere de Galligants – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

La légende raconte que cette gargouille serait une sorcière. Cette dernière de son vivant aurait jeté des pierres sur les croyants et l’édifice religieux, un sortilège transforma l’hérétique en pierre. « Pierres tu jettes, pierres tu jetteras, en pierre tu te transformeras ». – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

À l’heure du déjeuner ou du dîner, « Aparté.com » vous conseille Probocador un petit restaurant à proximité de la place de l’Indépendance (Plaça de la Independència), lieu emblématique de la ville et qui peut correspondre à l’équivalent de la place du Capitole à Toulouse mais sans l’empreinte du pouvoir municipal. Sur la carte du restaurant, il est proposé de la cuisine traditionnelle de manière actualisée avec au choix de la viande ou du poisson. Dans l’assiette, tout est très goûtu et les portions sont généreuses. De l’autre côté des Pyrénées, il est de tradition de partager les entrées. Ici, la règle est respectée avec pas moins de six entrées différentes. Dans cet établissement à la décoration épurée et à l’évocation de la Méditerranée, Probocador est un véritable délice pour les papilles. Aussi, si vous souhaitez aller aux toilettes choisissez l’espace situé immédiatement à votre droite. Il y a une petite surprise très déconcertante!

Tout comme Toulouse, Gérone est une ville estudiantine et les places de l’Indépendance et Saint-Félix sont quelques-uns des lieux prisés pour leurs pubs et bars.

La mairie de Gérone et l’office de tourisme éditent un excellent guide pratique dénommé Pass Gérone sous la forme d’un passeport bleu foncé. Enfin, une application iOs ou Android pour smartphone est disponible pour épauler votre visite.

 

La vie hors-norme d’un homme à sa ville

À Figueres, l’art est partout. Ici, près de la rambla, une œuvre rend hommage à Dalí – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

C’est là où il est né et également où il repose. Les liens entre Salvador Dalí et Figueres sont forts. À une vingtaine de minutes en TGV après la frontière franco-espagnole se trouve cette ville qui arbore sur son drapeau deux feuilles de figuier.

Fils d’un notaire respecté dans la ville, Salvador Dalí a investit sur les ruines du théâtre municipal  un musée inauguré en 1974. Pensé et conçu par le père du surréalisme, chacune des surfaces et les moindres recoins portent l’empreinte de Dalí. Le génie de cet artiste ne s’est pas uniquement formalisé à produire des tableaux. Peintre, sculpteur, graveur, scénariste et écrivain catalan ; Sous toutes les tailles et formes, les œuvres exposées au théâtre-musée interpellent les sens du visiteur et suggèrent des illusions optiques. Vous le constaterez, les doubles-images ne sont jamais rares.

 

« Moins ils comprendront, plus ils reviendront », Dalí

 

Avant de devenir le père et l’une des références du surréalisme, Dalí maitrisait avec perfection les techniques basiques de la peinture dont celle de l’impressionnisme. Ce théâtre-musée est un véritable trésor culturel, les œuvres ne sont pas nécessairement agencées selon une chronologie. « Moins ils (les visiteurs, NDLR) comprendront, plus ils reviendront (au musée-théâtre, NDLR) », disait Dalí pour définir ce lieu unique dont il voulait absolument qu’il voit le jour à Figueres. Il faut consacrer au moins une jour pour contempler le génie artistique de Dalí.

 

La rambla de Figueres – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Cet immeuble correspond à la deuxième maison de Salvador Dali – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

L’entrée principale du théâtre-musée imaginé par Dali – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Cette fresque géante représente Gala, la deuxième femme du maître Dali – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Dalí avait pour habitude de séjourner régulièrement (et pour de longues périodes) à l’hôtel Duran. Il y consacrait d’ailleurs un nombre conséquent de repas entre amis dans un espace privatisé situé dans le restaurant au rez-de-chaussée. Les murs de l’hôtel-restaurant sont imprégnés de la vie de l’artiste, devenu par la force des choses un petit musée où partout vous verrez des photos, des lettres manuscrites écrites par sa femme Gala ou encore des décorations honorifiques. Quant à la cuisine proposée, l’établissement met à l’honneur des recettes locales et traditionnelles avec réussite. Il mérite le déplacement, tant par ce qu’il propose dans les assiettes que pour les histoires du lieu.

 

C’est à cette table et à l’emplacement de la troisième assiette en partant de la droite que Salvador Dali mangeait avec ses amis au restaurant Duran – Photo Kevin Figuier

 

Outre la trace laissée par Dalí dans sa ville, le patrimoine architectural n’est pas en reste. Les immeubles que vous rencontrerez dans votre balade sont de style modernisme, néoclassique ou encore éclectique (beaux-arts). La ville accueille d’autres lieux remarquables comme le musée du jouet de Catalogne ou bien du château de San Ferra datant de 1753 qui détient le record de la plus grande forteresse d’Europe.

Pour rejoindre Gérone et Figueres, les deux villes sont accessibles par le TGV. En coopération, la Renfe et la SNCF proposent quotidiennement un aller et un retour. En un peu plus de deux heures, vous pourrez rejoindre ces villes qui méritent le détour. Plus écologique que l’avion et la voiture, c’est également plus économique. Le prix d’appel pour un aller simple débute à 39€ et le tarif peut encore baisser si vous disposez de la carte jeune de la SNCF.

About Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier.

(A)parté pas si vite !

[Expo] La mission des « As de la jungle » au muséum de Toulouse

Avec le studio TAT Productions, le muséum de Toulouse ouvre au public à partir du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *