Accueil >> À la une >> [PORTFOLIO] Aux Restos du cœur, ces héros Toulousains.

[PORTFOLIO] Aux Restos du cœur, ces héros Toulousains.

L’association des Restos du Cœur de la Haute-Garonne organise depuis 1993, des distributions de repas chauds dans les rues de Toulouse. Aujourd’hui, trente-deux ans après leur création par Coluche, les Relais du Cœur comptent près de 1 400 bénévoles sur le département. Photoreportage sur ces discrets héros aux grands cœurs.

 

Distribution « au camion » à Toulouse, quartier Marengo, sous le porche de l’imposante médiathèque José Cabanis — Photo Idhir Baha / Aparté.com

 

C’est une bulle qui se créé l’espace de deux heures, tous les soirs d’hiver à partir de 19h. Cette bulle croise la route de gens qui ne la voit pas, trop pressés de rentrer chez eux par ce froid. Cette bulle, c’est un rendez-vous qui change la vie de beaucoup et qui est donné par les Restos du Cœur de la Haute-Garonne.

Cette série photo se base sur une même équipe de bénévoles suivie une fois par semaine, pendant six semaines. Mais la distribution de repas est quotidienne d’octobre à avril, sous le porche de l’imposante médiathèque José Cabanis.

Un repas chaud et des instants échangés

C’est une équipe plus ou moins différente chaque soir qui s’occupe entre autre du transport, de la mise en place et de la distribution de la nourriture. Pour beaucoup de bénéficiaires, il s’agit de l’unique repas chaud de la journée, mais pas seulement. Ce moment est aussi une parenthèse réconfortante où des sourires, des conseils et des rires s’échangent, permettant  un instant d’oublier la solitude.

 

« Avec mes petits boulots j’ai de la chance d’avoir un toit. Je viens ici pour manger en fin de mois. C’est vital. »

 

Présente chaque mercredi au côté du camion des Restos, la BBR (Bibliothèque des bouquins de la rue) prête de la lecture en tout genre et pour tout niveaux. Basée sur le principe d’honnêteté et de confiance pour les prêts, la bibliothèque de rue des Relais du Cœur possède un stock de livres variés, aussi bien en styles qu’en langues. Des journaux, des revues, des romans, des thrillers ou encore des cahiers d’apprentissages sont mis à disposition.

Apprendre à lire. Apprendre à écrire. Ce sont de possibles objectifs quotidiens parmi d’autres, pour grands-parents comme petits-enfants, pour Français comme réfugiés, pour personnes en activité comme pour chercheurs d’emplois. La BBR n’hésite pas à dialoguer avec ceux qui le souhaite, pour mieux conseiller et guider selon les besoins et désirs de chacun.

 

Des bénévoles dévoués et à l’engagement total

Aussi bien chez les bénéficiaires que chez les bénévoles, on rencontre des personnes de conditions sociales très différentes. Les Restos du Cœur, ce sont des étudiants en école d’ingénieur ou en licence de Droit, qui viennent un soir par semaine prêter main forte à l’équipe de l’association ; ce sont des employés d’entreprises qui prennent de leur temps, pour aider des étrangers ; c’est un boulanger sans logement, après avoir perdu son travail, qui profite du pain dont on a tous besoin ; c’est une mère de famille qui cherche auprès de l’association des gants et des écharpes pour ses enfants.

« Je viens seulement pour discuter et profiter de la chaleur qu’apportent les bénévoles du Resto. Autrement j’ai personne avec qui échanger, je peux péter un cable seul chez moi. »

 

Il y a des soirs où les sourires sont nombreux et les rires raisonnent. Comme des soirs où les bénévoles font face à des retours injustes, et où les bénéficiaires sont témoins de scènes qui peuvent faire rager la plupart d’entre nous.

C’est vrai, certaines tensions peuvent s’exprimer, lorsque le manque de patience gagne dans la file d’attente, ou tout bêtement après un malentendu. Faim, froid, stress, et pour une minorité, alcool, catalysent cette impatience. Cependant ces incidents n’arrivent que très rarement. Mais c’est pourquoi la compréhension et la tolérance sont de mise chez les bénévoles, pour peut-être avoir un cœur aussi grand que celui du fondateur de l’association.

« Pour critiquer les gens il faut les connaître, et pour les connaître, il faut les aimer » disait Coluche.

Le camion des Restos rencontre plus de bénéficiaires en fin de mois qu’en début, et ce de façon flagrante. Aussi, les bénévoles donnent tout ce qu’ils ont chaque soir, en fonction du budget et des dons. La quantité de nourriture donnée par bénéficiaire est alors différente d’un jour à l’autre, alors que la faim elle, est régulière.

Photos par Idhir Baha — Aparté.com

 

 

 

 

Rédigé par Idhir Baha

Attendez, (A)partez pas si vite !

En Aparté avec… ANT-1

Retour de la tant attendue X-Arts Party pour la 6ème édition ce jeudi 23 au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *