Home >> Société >> Dans la rue >> TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTES[PORTFOLIO] À Toulouse, une réquisition nommée Abbé Pierre

TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTES[PORTFOLIO] À Toulouse, une réquisition nommée Abbé Pierre

Le Droit au logement (Dal) occupe depuis début janvier 2017 un bâtiment vide appartenant au CHU de Toulouse. 70 personnes, dont 35 enfants vivent dans l’ancien service de dermatologie inoccupé depuis plusieurs années. Une solution d’urgence provisoire pour éviter de dormir à la rue.

Le bâtiment réquisitionné s’étale sur trois niveaux – Photo Kevin Figuier, Aparté.com

 

Sous une pluie légère, plusieurs militants aux bras chargés de denrées alimentaires patientent devant l’immense grille d’entrée de l’hôpital La Grave. Là, un maitre-chien et deux autres agents de sécurité privée veillent sur les lieux. Après quelques minutes d’attente, les portes s’ouvrent et offrent aux visiteurs une vue intégrale sur la chapelle saint-Joseph et son dôme.

Réquisition d’urgence

Avec la vague de froid, 115 places d’hébergement d’urgence supplémentaires ont été débloquées par la préfecture de Haute-Garonne. Ce renforcement est complété par « 25 places d’hébergement pour femmes isolées ». Malgré « la mobilisation de l’État pour la protection des sans abris continue et permanente (…) avec 4092 places [dans le département, NDLR], dont 948 places d’hébergement d’urgence  (+50% pour ces 3 dernières années) », explique l’autorité préfectorale dans un communiqué, il n’y a malheureusement pas assez de places pour héberger tous les sans domicile fixe.

Le Dal 31 n’est pas à cette première « réquisition », celle de La Grave ne sera pas la dernière.

Pour répondre à la nécessité de mettre à l’abri des personnes qui ne trouvent pas de place auprès du 115, l’association Droit au logement 31 (Dal 31) a « réquisitionné » depuis le début du mois de janvier 2017 un bâtiment inoccupé et appartenant au CHU de Toulouse.

 

Menace d’expulsion

Ainsi, près de seize familles pour un total de soixante-dix personnes dont trente-cinq enfants trouvent refuge dans l’ancien hôpital de jour. Totalement fonctionnel avec eau courante, électricité et chauffage le bâtiment de trois niveaux dispose à chaque étage de chambres d’hôpital d’environ 20 m², de nombreuses salles de réunion mais aussi un espace laboratoire transformé en une grande cuisine partagée.

Cette occupation qui peut être jugée comme « illégale » doit être signifiée par une décision de justice pour permettre une expulsion d’occupants sans titre. Le Dal 31 n’est pas à cette première « réquisition », celle de La Grave ne sera pas la dernière et dix ans après la mort d’Henri Grouès, le bâtiment a été renommé en « réquisition abbé Pierre ».

Photos Kevin Figuier, Aparté.com

 

Article rédigé par Kevin Figuier

Sur les Internet et sur papier.

(A)parté pas si vite !

#CryptoParty ou les « notions d’hygiène numérique » à connaître

[Cet article est collaboratif, il peut être mis à jour sur simple demande via mail] …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *