Home >> Société >> Dans la rue >> TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESManif’ du 9 avril à Toulouse : le pouvoir des fleurs

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESManif’ du 9 avril à Toulouse : le pouvoir des fleurs

Grosse mobilisation samedi 9 avril à Toulouse. La journée a commencé avec la manifestation contre le projet de loi travail, s’est poursuivie au Théâtre National de Toulouse (TNT) occupé par les intermittents et le Droit au logement (DAL), a continué au carnaval et s’est terminée sur la place du Capitole pour la sixième Nuit Debout. Contrairement à d’autres villes, tout s’est passé dans le calme. Récit d’une manifestation joyeuse et pacifiste.

IMG_4186

Le pouvoir – Photo Marie Desrumaux

 

Les manifestations se suivent et les parcours ne se ressemblent pas. Pour cette nouvelle journée de défilé contre le projet de loi travail, le cortège devait partir aux alentours de 11h de la place Arnaud-Bernard et se terminer devant le monument aux morts de François-Verdier. Une petite trotte de deux heures sur les boulevards, ponctuée par les délégations syndicales, lycéennes et Nuit Debout.

Dès le départ, ce qui marque, c’est l’ambiance joyeusement festive de la manif’. Journée carnaval oblige, on croise beaucoup de costumes et de masques dans les rangs. Idéal pour rester anonyme sur les centaines de photos qui seront prises de la manif’. Même François Hollande est dans la rue.

IMG_4163
« I believe I can fly » – photo Marie Desrumaux

 

Le cortège progresse, en cris et en chansons. Comme d’habitude, difficile de déterminer le nombre de manifestants. Plus nombreux que le 5 avril, mais largement moins que le 31 mars dira-t-on.

« Nous sommes le pouvoir »

Une batucada improvisée, la même que celle du 31 mars, défile elle aussi. Elle s’est agrandie et a inventé de nouveaux slogans : « Le premier ministre c’est le plus gentil, et les policiers sont très gentils aussi, pourquoi on est lààà, on serait mieux chez sooooi » scande la troupe aux visages peinturlurés. A intervalles irréguliers, tous se mettent à courir façon charge de CRS, totalement perturbants et imprévisibles.

Le code du travail au bûcher

A François-Verdier, où la manif’ est censée prendre fin et se dissiper, la batucada se détache et part à l’assaut du monument aux morts en clamant « Nous sommes le pouvoir ». Elle est suivie par un large troupeau de manifestants. Sous l’arche de l’arc de triomphe toulousain, ils bondissent et rebondissent au rythme des percussions et des casseroles, s’époumonent en chœur,  cachés des regards vigilants des CRS et de la BAC debout tout autour du carrefour.

IMG_4243

BAC à fleurs – Photo Marie Desrumaux

 

La fête continue, quelques poubelles ont été prises en otage et font office de tambours. Certaines personnes prennent la parole, font des déclarations, vivement approuvées par des mains qui s’agitent. Ici aussi, les bras et les mains parlent le langage signé Nuit Debout.

Brusquement, la foule se fend et s’écarte pour former un cercle. On amène un grand carton peint de rouge. Un coup de briquet, une flamme, et le code du travail part en fumée devant le monument, sous les hourras et les cris.

C’est la danse du feu, ça chante et ça sautille en cercle, un peu à la manière dont on imagine que les Sioux dansent autour de leur totem.

IMG_4345

Garder la flamme – Photo Marie Desrumaux

 

Puis, la rumeur et les SMS se répandent : le théâtre national de Toulouse (TNT) est occupé par le Droit au logement (DAL) et les intermittents. Il s’y tient une assemblée générale (AG). Pour y aller, il faut faire demi-tour et reprendre les boulevards en sens inverse. Sans surprise, un collier de CRS enserre les manifestants. Impossible de passer.

La foule se disperse dans les rues attenantes. Certains tentent de négocier et de monnayer le passage du groupe contre des cookies ou un Michoko mais les forces de l’ordre restent impassibles.

IMG_4630

« Rejoignez-nous ! » – Photo Marie Desrumaux

 

La foule commence à se clairsemer pendant que la résistance s’organise, tantôt debout tantôt assise. Une fille essaie de distribuer des fleurs aux CRS, d’autres cherchent à les envoûter en dansant et en les provoquant gentiment.

En toute ironie, certains manifestants poireautent un légume à la main, soi-disant pour se défendre si la situation dérape. Un jet de bouteille passe, son auteur est aussitôt réprimandé par le reste de la troupe. L’enjeu c’est de rester peace & love, totalement pacifiste, afin d’obtenir le droit de passer en douceur.

Et la stratégie finit par fonctionner. Au bout d’une heure de chants, d’argumentations sans réponse et d’invitations à se joindre au mouvement, le cordon de CRS se délite. Surprise. C’est la pagaille, les forces de l’ordre essaient de se replier dans le désordre et d’escorter la foule survoltée jusqu’au TNT.

IMG_4678

YOLO – Photo Marie Desrumaux

 

Arrivés devant le théâtre, les bravos et les mercis fusent. Les CRS sont applaudis tandis que les manifestants s’engouffrent dans le bâtiment. Certains serrent la main des policiers, qui acceptent les fleurs qu’on leur tend. Contrairement à Nantes, Rennes ou Paris la manifestation s’est déroulée dans le calme et la paix. Place désormais à l’AG dans le TNT, puis à Nuit Debout au Capitole en fin de journée.

 Pierre Collas & Marie Desrumaux.

Article rédigé par Marie Desrumaux

Beaucoup de Sciences Po Toulouse, un peu d'Aparté, d'Ouest France et de Boudu. Je traîne mes Stan du côté des mouvements sociaux, des minorités et des cultures alternatives.

(A)parté pas si vite !

Les idées et les rêves des jeunesses haut-garonnaises

Gratuité ou tarif réduit des transports en commun pour les jeunes, revenu universel dès 14 …

2 commentaires

  1. bonjour Marie, je suis le type sur votre photo qui saute en monocycle, bravo ce n’est pas évident de me prendre aussi net et bien cadré! Pourriez-vous me l’envoyer sur mon adresse gaby.costes@hotmail.fr ?
    Je vous remercie.
    Gabriel Costes

  2. bravo pour les photos et l’article .Les photos sont réalistes , des instantanés qui illustrent bien la manif et ponctuent le récit avec justesse.Quant au fond , l’article emmène le lecteur dans les pérégrinations de cette manif , son caractère festif , son évolution , bref le lecteur s’y croit!!Même plus besoin d’y être , il n’y a qu’a lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *