TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTES5 raisons de s’intéresser à Fassbinder

Disparu prématurément à 37 ans, le cinéaste  allemand nous laisse néanmoins un grand héritage avec une quarantaine de films réalisés. La Cinémathèque de Toulouse a lancé le 12 janvier une rétrospective consacrée à ses œuvres, laquelle se terminera le 23 février. Voici 5 arguments de choc pour orienter votre curiosité vers son œuvre.

023088-000-a_mariabraun_04

Hanna Schygulla, la ‘muse’ du réalisateur – Image Cinématèque

1) Briller en société

« Michael Fassbender ? » répondra probablement votre interlocuteur lorsque vous évoquerez innocemment le sujet lors de votre prochain rendez-vous mondain. Il vous faudra alors enchaîner en toute modestie : « haha non, je parle de Rainer Werner Fassbinder, un ovni du cinéma, considéré comme un des réalisateurs allemands le plus important du 20ème siècle »

2) Parce que c’est la « Nouvelle Vague »

Ses influences ne peuvent qu’allécher les babines de tout cinéphile averti. Selon la critique, Fassbinder, c’est à la fois du Godard (pour la critique du genre classique, les faux-raccords volontaires et l’art de la citation), du Rohmer (pour la dimension littéraire et l’insistance sur les sentiments) ou encore du Chabrol (pour l’ironie, l’ambiance et les représentations de la vie provinciale). Une combinaison d’inspirations ne peut que susciter la curiosité et, encore une fois, l’admiration de votre audience (cf. Argument 1).

3) Fassbinder : des punchlines prometteuses

Ce serait presque un euphémisme d’avancer que le personnage avait de l’ambition. Fassbinder, c’était d’abord un acharné de travail qui n’hésitait pas à afficher la couleur. L’objectif visé était clair : « J’aimerais être pour le cinéma ce que Shakespeare est au théâtre, Marx à la politique et Freud à la psychologie. Quelqu’un après qui rien n’est plus comme avant ». Si d’aventure quelqu’un lui conseillait de calmer le rythme pour sa santé personnelle, il rétorquait « Je dormirai quand je serai mort ». Enfin, lorsqu’il s’agit de caractériser sa démarche artistique, une de ses citations les plus connues fait référence : « ce qu’on est incapable de changer, il faut au moins le décrire ».

4) L’engagement social

Les thèmes traités par le réalisateur n’allaient pas de soi dans les années 70. Il s’est mis à aborder des sujets comme l’homosexualité et les dysfonctionnements matrimoniaux, à une époque où le poids des traditions pesait plus fortement. Son œuvre est à mettre dans une perspective historique au-delà d’une dimension artistique. L’association de ces deux aspects dans le cinéma de Fassbinder laissent un héritage profond dans l’histoire du septième art.

5) Un mélange des genres comme vous n’en avez probablement pas vu encore

Les films de Fassbinder contiennent des scènes allant de l’intellectualisme prononcé à des dialogues extrêmement crus. L’effet produit par cette rupture avec les codes est le plus souvent saisissant. Pour ne citer que le très sulfureux Querelle, vous pourrez passez en rien de temps d’un très solennel passage existentiel du Nouveau Testament à « comment tu la trouves ma bite ? ». Le genre d’expérience cinématographique qui vaut le détour.

Article rédigé par Thibault Grimaldi

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *