Home >> À la une >> TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTESTaratata et Des Mots De Minuit « s’en vont », qui pour les remplacer ?

TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTESTaratata et Des Mots De Minuit « s’en vont », qui pour les remplacer ?

Il y a peu, le groupe France Télévision annonçait la suppression de deux émissions emblématiques : « Des Mots de Minuit » et « Taratata ». Ces « annulations » ont provoqué de multiples réactions. Petit retour sur ce désormais sans-retour.

Sur Facebook, une pétition circule contre l’arrêt de l’émission et réunit plus de 50 000 fans.

Après près de vingt ans d’existence, Taratata tire sa révérence, ou plutôt est poussée vers la sortie – des artistes. La raison ? Le déficit économique que l’émission engendrerait. Même histoire pour des Mots de Minuit présenté par Philippe Lefait, qui après treize ans sur le petit écran, vient de tourner la dernière page de son roman télévisuel.

La crise planerait donc – aussi – sur le secteur télévisuel. Mais quel est son véritable visage ? Serait-il purement économique, ou culturel ?

Deux références

Créé par Nagui en 1993, Taratata est devenue avec le temps une émission musicale de référence pour les amateurs du genre. Depuis le premier numéro avec Bernard Lavilliers en invité d’honneur, l’émission a reçu les plus grands musiciens nationaux et internationaux, de Youssou N’Dour à Joe Cocker, en passant par Al Jarreau. Éclectisme musical à l’honneur, Taratata servit également de formidable tremplin à de multiples artistes, encore inconnus du grand public. Avec plus de deux-cents émissions – peu de programmes affichent un tel record – Taratata est sans conteste l’émission la plus reconnue du milieu artistique pour sa qualité – aussi bien de « mise en scène » que pour l’excellent travail fournit par les ingénieurs du son. La musique sans paillettes, simplement la musique.


Bande-annonce de la première de Taratata en 1991

C’est un peu la même histoire pour Des Mots de Minuit. Histoire particulière, puisque le programme s’est constitué de manière « héréditaire ». En 1992, Michel Field anime alors Le Cercle de Minuit. En 1994, ce dernier passe le flambeau à Laure Adler. En 1998, Philippe Lefait reprend « l’affaire » et rebaptise, en 1999, l’émission en Des Mots de Minuit. En 2003, l’hebdomadaire réalise son pic d’audience moyenne avec environ 400 000 spectateurs. En 2010, l’audience est estimée à 110 000 spectateurs.

Matière à polémiquer ?

Cette suppression a donné froid dans le dos aux fans des émissions respectives. Des fans, mais aussi des artistes qui  se mobilisent, pour le maintien de Taratata. Une pétition lancée le 31 mai dernier rassemble déjà plus de 120 000 signatures, avec des soutiens de renom comme James Blunt, Julien Doré, Hocus Pocus, Johny Halliday ou encore Valérie Damidot, Jonathan Lambert et Pierre Bellemare. Autant dire que l’émission n’est pas sectaire. Pour Des Mots de Minuit, le soutien est moins visible, bien qu’il existe. Mais l’émission est aussi moins emblématique et moins « populaire » que celle de Nagui, ce qui n’enlève rien à sa qualité.

Mais la véritable question qui se pose est de se demander s’il y a vraiment matière à polémiquer ? Toute bonne chose a une fin, dit le proverbe… Un nouveau directeur des programmes a été désigné il y a peu. Après tout, rien d’exceptionnel au fait que ce dernier veuille renouveler sa grille des programmes, sinon pourquoi en avoir changé  ? La télé se fait et se défait, comme tout le reste d’ailleurs. Un programme est éphémère. Et puis, au fond, il vaut mieux « mourir en bonne santé », que pourrissant et à l’agonie. La polémique est donc discutable. Ceux qui crient au scandale exagèrent quelque peu.

Il y a toujours un « mais »…

Mais un problème se pose. France Télévision est un service public. Les deux émissions étaient des émissions culturelles perdues au milieu d’un océan de bêtises télévisuelles. Ces deux cases vides vont maintenant devoir trouver de dignes successeurs. Le défi pour France Télé est désormais de ne pas déshonorer le service public. Ne pas privilégier le « bankable » au culturel. Ne pas privilégier le divertissement grossier au programme d’esprit. Tout le danger est là. Et il y a de quoi avoir peur !


Bande-annonce de Panique pas Papa! sur France 4

En effet, le service public commence à être gangrené par ces émissions abrutissantes – car franchement débiles – comme le récent « Panique Pas Papa ! » sur France 4. L’émission aurait sa place sur NRJ12, entre les melons siliconés de Nabila et le pois chiche cérébral d’un Cauet. Pour trouver de la débilité ambulante sur le service public, nul besoin de regarder ce qui se fait, un simple regard sur la grille des programmes actuelle, suffit à vous désespérer un gagnant à l’euro-million. Pour preuve le navrant Tex et ses « Z’amours », où vulgarité et humour à la vaseline baignent dans la même eau croupie.


Extrait d’une émission des Z’amours, diffusée sur France 2, en fin de matinée

Autre programme intellectuellement peu nécessiteux, La Parenthèse Inattendue présentée par Frédéric Lopez. Pour l’occasion, l’animateur endosse un costume – mal taillé – de curé assis dans son confessionnal poussiéreux, qui reçoit des has-been qui se mettent à pleurer – moment de lucidité ?. Bref, on oublie la pudeur et on passe en force – et en tank – sur le terrain moelleux de la subtilité.


Extraits de l’émission La Parenthèse inattendue présentée par Frédéric Lopez sur France 2 en soirée

Précisons que tout n’est pas perdu et que des émissions comme Ce soir (ou Jamais !)  ou Complément d’Enquête tiennent encore le coup – jusqu’à quand ? En supprimant Taratata et Des Mots de Minuit, le groupe France Télévisions se doit d’assurer la relève. Chose qui semble compliqué si l’on examine les programmes actuels et les difficultés financières évoquées. Affaire à suivre, donc !

Article rédigé par Yoann Solirenne

(A)parté pas si vite !

Saison 2018-19: Aparté(.com) recrute !

Nouvelle saison, nouvelles recrues. Si tu souhaites intégrer la rédaction, ou la partie événementielle on …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *