Home >> À la une >> TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESJuveniles, comme des grands

TEMPS DE LECTURE : 2 MINUTESJuveniles, comme des grands

Après un EP – We are young très remarqué en 2011, le trio synthé pop rennais s’installe en 2013 avec un premier album aux influences eighties, plutôt abouti. Une petite pépite dans les bacs depuis le 10 juin.   Juveniles cover

Ils étaient attendus depuis leur We are Young porteur de beaucoup d’espoirs. Juveniles, leur premier disque en partie produit par Yuksek, se révèle extrêmement bien fignolé. Une précision qui laisse d’ailleurs pantois. Plus généralement, l’ascension de la formation rennaise s’inscrit dans ce revival eighties qui a vu son lot de petits groupes français revenir aux fondamentaux synthé pop des Joy Division, New Order, The Smiths, The Stranglers, Tears for Fears, Depeche Mode, Talk Talk – pour ne citer qu’eux. Une approche qui peut rendre sceptique, comme un air de déjà vu…

Lire aussi : ALBUM/ The Smiths « The Queen is Dead« 

 

Juveniles réussit pourtant à mettre au placard toutes les idées préconçues avec 13 titres électro-pop impeccables,qui passent comme une lettre à la poste. Aidé d’une voix à la Steven Patrick Morrissey — chanteur des The Smiths —, d’un son très propre et d’une belle gueule, la machine à tubes est enclenchée. D’abord les très suprenants et lancinants « Logical » et « Washed Out » — coups de coeur ; « Strangers » et « Though the Night » qui nous replongent dans les profondeurs enchantées de la new wave britannique ; ou encore, « All I ever Wanted was your love », un titre plus contemporain et plus électro, mais qui a toute sa place aux côté d’un « Fantasy », plus explosif. Tantôt joyeux et dynamique, l’album est empreint d’une douce mélancolie — «Summer Nights », « We are Young ». Touche-à-tout dans leur genre, Juveniles frappe un grand coup, et ce n’est que leur premier essai.

Fantasy – Extrait de Juveniles par Juveniles:

Article rédigé par Florian Bardou

(A)parté pas si vite !

En Aparté avec … Antoine de Maximy

Le plus célèbre des routards français était de passage à Toulouse pour parler de son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *