Home >> À la une >> TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESCrystal Castles n’est pas à l’étroit dans son Bikini

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESCrystal Castles n’est pas à l’étroit dans son Bikini

Le Bikini est officiellement devenu le lieu de la reconquête et de la surprise. Mercredi soir, Crystal Castles venait nous rendre visite. Je tentais, à coups de sabres et d’épées, d’arracher cette sensation de vacuité qui m’était ressortie de leur troisième opus, et me dis que la qualité de leur concert déciderait de mon futur en tant qu’auditeur de leur groupe. Après avoir combattu sueurs, douleurs et conducteurs, la salle chaleureuse du Bikini nous accueillait les bras ouverts, son bois flotté insufflant à mon cœur un peu de légèreté.

L’excitation et la puérilité dont j’étais empli face à un événement de cette envergure se transformèrent en désespoir face à la « première partie. » Bonjour, je me pointe avec un ordinateur, je te passe des morceaux, et ce serait sympa que tu boives et que tu danses sur ma musique. Avec les bras levés, comme moi. Ridicule, comme moi. Très bien, tu as tout compris, maintenant, fais cela pendant une heure. Plus sérieusement, j’ai rarement vu aussi peu d’intérêt chez un artiste. Son nom étant introuvable, sur la toile comme dans la bouche de mes confrères mélomanes, je ne citerai pas son nom, et il vaut mieux pour lui. A la fin de cette insupportable et interminable heure, le public applaudissait, mais c’était surtout pour qu’il s’en aille. Enfin. Et rapidement.

Durant les quarante-cinq minutes d’attente précédant l’arrivée de Crystal Castles, je pus remarquer un public atypique, que je n’avais pas l’habitude de croiser à des concerts. Soit 16 ans, soit 45, le public était pour le moins éclectique. Fêtards, raveurs, jeunes rebelles, drogués et autres papas regardant du fond de la salle leur jeunesse avec un air nostalgique, l’ambiance promettait. La taille des spectateurs ne fut, pour une fois, pas un problème, étant en moyenne à 1m60.

La folie arrive en même temps que le groupe. De son timbre strident qui rappelle les minettes effrayées dans les films d’horreur, Alice Glass ramène sa voix avec Plague, et uniquement sa voix, car la fumée trop fashion-stylée nous empêchera de l’apercevoir pendant les cinq premières minutes. Ethan Kath, créant une dichotomie mesurée avec l’hystérique à côté de lui, reste debout tandis que l’autre est déjà par terre. Complètement déchirée, Alice met pourtant une ambiance de feu, se servant souvent du premier rang comme d’échasses géantes. Le public est très réceptif, et le son lourd des enceintes donne instantanément envie de sauter partout.

Le concert fut hypnotique, transcendantal et aveuglant. Les morceaux prennent tout leur sens, même ceux du troisième album, et l’on se rend compte que c’est véritablement un groupe de scène. Les classiques tels qu’Alice Practice, Baptism, Crimewave étaient bien présents, mais le moment fort que je retiendrai du concert sera Black Panther, unique en live. Un charisme fou, un son bikiniesque qui donne envie de pleurer tant il est pur, les deux ou trois connards habituels qui font partie du jeu, une setlist presque parfaite, l’expérience était forte. Le groupe me donnerait presque envie de me réconcilier avec les discothèques – je ne sais pas si c’est une bonne idée.

Crédit photo © Paul Conge / Aparté.com

Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, retrouvez la galerie photo du concert, et notre critique de (III), dernier album de Crystal Castles en date.

 

Article rédigé par Olivier Cherfan

(A)parté pas si vite !

À Toulouse, le CNES veille sur une menace invisible

C’est à Toulouse, au Centre national d’études spatiales (CNES), que l’on surveille les débris spatiaux. …

2 commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec cette critique. La 1ère partie … OMG … passer des CD de concert à un concert, du jamais vu. Je trouve cependant que le concert a été un peu rapide (une petite heure à ma montre), il n’y a pas eu de rappels, malgré l’attente de 2h qui a précédé. Peut être n’étaient-t-ils pas en état ?

  2. mais la premiere partie c’est personne c’est juste un mec du staff! ils refusent de prendre des premieres parties à part quelques groupes comme Health mais ils étaient pas dispo pour la tournée européenne apparament.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *