Home >> À la une >> TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESArnaud Bernard, histoire d’un quartier singulier

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESArnaud Bernard, histoire d’un quartier singulier

Déjà, en 1981, on pouvait lire l’assertion suivante « Arnaud Bernard porte bien, encore aujourd’hui, le drapeau de sa spécificité. » Qu’ajouter de plus, si ce n’est d’essayer d’ébaucher mentalement une esquisse de ce que peut être ce drapeau?

Marché d'Arnaud Bernard. Crédits photos: Thomas Nicholls/Wikipédia

Petit retour en arrière. Arnaud Bernard est un quartier très récent de Toulouse, situé au Nord du centre de la ville. On re-situe.

Si par un pur hasard, vous vous ennuyez, un dimanche pluvieux par exemple, n’hésitez pas à aller faire un tour sur le site des Archives de Toulouse et à regardez les plans de la ville, depuis le Moyen-Âge. C’est étonnant comme notre ville a changé! Bon, une fois que vous vous serez brûlé les yeux et tordu le cou, car ces gens-là n’avaient aucune notion de où pouvaient bien se situer le nord et le sud, peut-être que vous comprendrez ce qui va suivre. A l’origine, il n’y avait pas d’Arnaud Bernard. Non, mais il y avait une porte, Naubernat, qui permettait de franchir les remparts de la ville. Tout a été détruit depuis, sauf un bout de mur conservé le long du boulevard Armand Duportal, et que les locataires des Cités U de l’Arsenal ont la chance d’avoir en guise de vue. Autrement, Naubernat était jadis utilisée comme entrée dans l’enceinte de la ville, directement sur le quartier de la basilique Saint-Sernin, et de Saint-Raymond. Selon le journal Le Midi Socialiste, daté du 4 novembre 1924, le pas de la porte de Naubernat servait de lieu d’exécution jusqu’en 1525, année où l’échafaud fut déplacé sur la place Saint-Georges. Ceci-dit, manifestement, on continua d’y pendre des gens jusqu’en 1751.

En 1832, dans une logique d’expansion des frontières de la ville, on démolit la porte. Et vers 1850, le quartier Arnaud Bernard est crée. Il s’étendait alors jusqu’au Canal du Midi, et autour de l’actuelle avenue Honoré Serres. C’est plus tard qu’il occupera la place qu’on lui connaît, en bordure de boulevard.

Arnaud Bernard, des années 1960 à nos jours

En fouillant dans les archives de l’université, on peut retrouver de vieux mémoires, écrits à la machine, et abordant avec précision les plans d’aménagement urbain du quartier d’il y a cinquante ans.  Le visage de la place n’a pas toujours été le même. A l’origine, des halles marchandes avaient été bâties en son centre, faisant du quartier un lieu de rencontres pour les commerçants. De nombreux commerces ont été ouverts, ainsi que de nombreux restaurants. Le quartier est par ailleurs devenu une excroissance des puces de Saint-Sernin. Au fil des années, les populations maghrébines s’y installent, côtoyant la première vague des immigrés espagnols et italiens, des étudiants, et des personnes âgées.

Dans les années 80, la place Arnaud Bernard est prise en étau entre deux grands axes de circulation, et sert, en partie, de parking. Côté boulevard, un espace avait été aménagé, avec des bancs et des fontaines dans le style années 50. Il a fallu entreprendre bon nombre de travaux, car près de 50% du parc locatif de cette époque était jugé insalubre!

De nos jours, Arnaud Bernard a cette image de quartier populaire et vétuste qui lui colle à la peau. Les collectivités l’ont bien souvent boudé, ne sachant quoi en faire. Malgré cette mauvaise réputation, il a toujours été ressenti comme un espace sécurisant, notamment par cette animation permanente qui a toujours fait partie de son charme.  Arnaud Bernard représente le quartier par excellence, celui où on est sensé se connaître, cohabiter et surtout partager. Rappelons que c’est ici qu’eut lieu le premier repas de quartier. Et aujourd’hui, la popularité de ce quartier, et son rayonnement, sont dus en particulier à la richesse de ses habitants, qui sont à l’origine, le plus souvent, des initiatives sociales et culturelles. Faites-y donc un tour à l’occasion, et laissez Aparté vous guider un peu. Ça a véritablement le mérite qu’on s’y penche un peu plus.

Article rédigé par Célia Buosi

(A)parté pas si vite !

Apothéose, la semaine de l’Etudiant finira en beauté le 21 octobre

Samedi 21 octobre… l’apothéose de la semaine de l’Etudiant. Aparté vous ouvrira les portes du …

3 commentaires

  1. Wonderful exaaonltipn of facts available here.

  2. La place Arnaud-Bernard était sous une halle jusqu’en 1964 avec une cabane de police au bout. Je suis née dans ce quartier et je recherche des photos de cette époque sous la halle.
    Si vous en possédez, vous serait-il possible de m’en adresser.
    Je vous en remercie par avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *