À la une | Critiques | par Célia Buosi | le 25 octobre 2012

©Jean-Louis Fernandez

Pièce : Nouveau Roman, de Christophe Honoré

Lieu : TNT, Toulouse

Date du spectacle : Du 23 au 26 octobre 2012

Commentaire :Depuis le 9 juillet 2012, Christophe Honoré nous présente sa pièce Nouveau Roman, un peu partout en France. Si vous avez l’occasion de ne pas la rater, allez-y!

D’abord, on y voit du beau monde. On est accueilli par le frère du cinéaste/écrivain/metteur en scène, Julien Honoré, qui fait les présentations.  Ludivine Sagnier en Nathalie Sarraute, Brigitte Catillon en Michel Butor, Anaïs Demoustier en Marguerite Duras, Julien Honoré en Claude Mauriac, Annie Mercier en Jérôme Lindon, Sébastien Pouderoux en Claude Simon, Mélodie Richard en Catherine Robbe Grillet, Jean-Charles Clichet en Alain Robbe Grillet, Mathurin Voltz en Robert Pinget, et enfin Benjamin Wangermée en Claude Ollier.  Pour compléter tout ça, la photo de Beckett est affichée en arrière plan sur une porte, visible ou invisible selon que la porte soit fermée ou ouverte.

Les premières minutes sont donc intenses; on s’imprègne d’un décor presque universitaire des années 50, avec tables, chaises, et une multitude de micros; et on ne sait plus si c’est le comédien ou bien le personnage qu’il incarne qui nous déstabilise un peu. Butor et Lindon sont incarnés par des femmes. Françoise Sagan fera une apparition dans le corps de Wangermée.

Un mélange des genres avec lequel on se met très vite à l’aise, voire qu’on adopte carrément. Mélange des genres aussi dans l’association des univers artistiques qui s’entremêlent tout le long de la représentation; la forme est théâtrale, le fond littéraire et cinématographique. Et quand Ludivine Sagnier se met à chanter, on plonge intégralement et d’un seul coup dans l’univers polyvalent de Christophe Honoré.

Contexte : Il s’agit d’une rétrospective sur le mouvement du « Nouveau Roman », et le rôle que chacun des personnages a pu y jouer. La pièce s’articule, et c’est là l’important, autour du regard qu’on en avait et qu’on en a aujourd’hui. Pour signifier cela, Christophe Honoré donne un aspect journalistique à sa pièce; Interviews télévisées et radiophoniques, retransmissions d’interventions télévisuelles, et prises de parole de chacun des acteurs, avec ou sans micro, selon les intentions. Cette mise en scène est subtile, et donne à voir des perspectives théâtrales ingénieuses. Le décor évolue, se module au grès des événements médiatiques ou des décisions internes qui touchent les Éditions de Minuit. Les fils des micros représentatifs de la voix de chacun s’entremêlent et se démêlent.

©Jean-Louis Fernandez

De tout cela, émergent les problématiques d’un groupe, quant à la place individuelle de chacun, de leur désir, de leurs moments de création ou de détresse. Le discours s’organise comme une grande conversation, un grand débat toujours ouvert, entre intimité et vie publique, passé et présent. Et grâce aux caméras, le spectateur voit tout, et de plus près. Il devient téléspectateur voire acteur, à certain moment, de la médiatisation autour du « Nouveau Roman ».

Et tout ça, c’est puissant. Autodafé, monologue sur leur appréhension de la guerre, traits d’esprit et même exaltation totale sur True Romance de Citizens!, avec boule disco à l’appui. C’est riche et vivant. L’émotion est là, bien que les propos soient parfois très pointus.

Car justement, à travers cette pièce, Christophe Honoré veut nous rappeler cette époque, pas si lointaine, et cette dynamique importante qui a marqué l’histoire littéraire française. Il lui rend donc un bel hommage et ouvre ainsi une belle réflexion sur l’écriture, encore plus d’actualité qu’il n’y paraît.

Pourcentage : 80%

Avis du conseil : Pour les amoureux de la littérature, du théâtre, du cinéma, de l’œuvre de Christophe Honoré ou juste de Ludivine Sagnier.

Suite logique : Courir s’acheter un manuel sur le Nouveau Roman afin de faire durer le plaisir et d’y voir un peu plus clair. Ne pas oublier de se balader sur Internet à la recherche du vrai visage des protagonistes, tant physique que moral. Éventuellement, s’attaquer à la lecture des bouquins et au visionnage des films, auquel cas, réécouter  Citizens! .

Plus d’infos sur la pièce ou sur l’événement Regard(s) 1, sur le site du TNT:  (http://www.tnt-cite.com)


Tags: , , , , , , , , ,

Qu'en pensez vous ? Pas de commentarie

Name requis

Website